Sun07252021

Last update09:18:31 AM GMT

Back Dossier

Dossier

COVID 19 : Ces chiffres qui n’effraient (presque) point ?

COVID 19 : Ces chiffres qui n’effraient (presque) point ?Le Calame - Depuis quelques jours, la Mauritanie est frappée par la 3e vague de la COVID19. Les chiffres qui avaient abordé une courbe ascendante ont repris leur envol depuis quelques jours, voire quelques semaines.

Ils ont même franchi la centaine de contaminations par jour. Du jamais vu lors des deux premières vagues. Suffisant pour inquiéter et interpeler les pouvoirs publics qui avaient commencé à se réjouir vite de la très forte baisse des chiffres de contaminations et de décès, même si une 3e vague continuait à les préoccuper.

En effet, la Mauritanie ne pouvait faire exception alors que ses voisins sont inondés par cette vague avec de nouveaux variants. Seulement, chez nous, les citoyens et même dans une certaine mesure les responsables sont très laxistes.

En effet, en dépit de ce qui se passe ailleurs, certains mauritaniens continuent à faire comme si cela n’arrivait ou n’existait pas. Partout on a observé un relâchement dangereux, un incivisme intolérable. Pas de masque, pas de gel, encore moins de respect de distanciation sociale. Jusqu’au niveau des structures de santé. Ne parlons pas de marchés ou pendant les cérémonies de famille (mariage, attachement, autres invitations…). Ce qui, comme on le sait, accentue les cas contacts et sociaux. Les visites et les différents concours sont aussi des opportunités pour le virus de se propager.

En dépassant les cent cas de contaminations avec quelques morts, le virus nous rappelle qu’il continue à vivre parmi nous, de jour comme de nuit. Le couvre-feu n’y peut rien, lui continuera à circuler surtout en plein jour parce que les conditions lui sont favorables.

Même si aujourd’hui, la Mauritanie dispose désormais de sérieux atouts pour faire face à la propagation du virus – tests, personnel, infrastructures, réanimation, oxygène- le civisme nous commande de rester vigilant car nos hôpitaux ne résisteront pas longtemps face à un flot de cas graves nécessitant des hospitalisations et de l’oxygène. D’ailleurs, à en croire le ministère de la santé la production d’oxygène connaît encore des problèmes.

La campagne de sensibilisation dont on entend parler dans les médias publics et les réseaux sociaux ne semble d’aucun effet ; les cas continuent à grimper. Les gens continuent à se promener dans les rues de « notre belle capitale », comme dit Mamane mais également dans nos villes. Ceux qui avaient dit que le virus est une pure invention des occidentaux pour diminuer la population en Afrique peuvent continuer leur campagne. Ils peuvent aussi reprocher à leurs états de chercher de l’argent auprès des partenaires au développement et en même temps s’interroger sur le sort réservé aux milliards annoncés par le gouvernement pour faire face à la pandémie.

Partout, les citoyens déambulent sans se préoccuper des risques qu’ils encourent et font courir aux autres. Ceci dans des voitures, dans des marchés et autres cafés. On dirait que les chiffres n’effraient presque personne. Pourtant, le danger est toujours là. Il nous menace tous. Sans oublier certes de demander des comptes à nos gouvernants sur la gestion des milliards mobilisés, nous devons tous engager la bataille de la sensibilisation et surtout de la vaccination dont on parle très peu dans nos foyers et dans nos espaces publics.

La société civile et la jeunesse ne doivent plus laisser ce combat aux seuls politiques, ils ont vu les résultats. Allez voir le sort réservé à certains équipements placés et oubliés dans nos marchés, dans nos administrations, dans nos gares routières etc. Que sont devenus nos hôpitaux de campagnes ?

DL

 

Enquête sur les origines du Covid-19 : l'OMS veut un audit des laboratoires, Pékin s'offusque

Enquête sur les origines du Covid-19 : l'OMS veut un audit des laboratoires, Pékin s'offusque Euronews - Les regards se braquent de nouveau sur Wuhan. Pour la deuxième phase de son enquête sur l'origine du Covid-19, l'organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé l'accès aux données brutes sur les premiers jours de contamination et un audit sur les laboratoires opérant dans zone, ce qui fait surtout grincer des dents à Pékin.

"Dans le programme de recherche [de l'OMS], l'hypothèse selon laquelle "la violation par la Chine du protocole de laboratoire aurait provoqué la fuite du virus" est centrale. Cela reflète, selon moi, un manque de respect pour le bon sens et de l’arrogance envers la science", a déclaré Zeng Yixin Vice-ministre de la Commission nationale chinoise de la santé.

Dans une première phase d'enquête en mars, l'OMS s'était plutôt prononcé sur l'hypothèse de la zoonose : la transmission de la maladie par les animaux. Mais la théorie d'une fuite de laboratoire est régulièrement avancée dans le monde occidental.

"Trouver les origines de ce virus est un exercice scientifique qui doit rester à l'écart de la politique. Pour cela, nous attendons de la Chine qu'elle soutienne cette nouvelle phase du processus scientifique en partageant toutes les données pertinentes dans un esprit de transparence", explique Tedros Adhanom Ghebreyesus Chef de l'Organisation mondiale de la santé.

La Chine de son côté pointe du doigt le laboratoire de recherche sur le bioterrorisme de Fort Detrick, près de Washington. Selon le Global Times, quotidien chinois au ton résolument nationaliste, 5 millions d'internautes avaient signé mercredi une pétition pour l'ouverture d'une enquête sur Fort Detrick.

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki elle déclaré que : "L'opposition de Pékin à une poursuite de l'enquête de l'OMS sur l'origine de la pandémie est "irresponsable" et "dangereuse".

Margaux Racaniere

 

Covid-19 " 17 Juillet 2021" : 0 décès, 210 cas positifs et 63 cas guéris

Covid-19 Essahraa - Le ministère de la Santé a annoncé le samedi 17 juillet courant, avoir enregistré 210 nouvelles contaminations à la pandémie du Covid-19, au cours des 24 dernières heures.

La dernière mise à jour de la situation épidémiologique a montré également la guérison de 63 cas, confirmés après 2 495 tests de diagnostic.

Toutefois, aucun de cas de décès au coronavirus n’a été déploré au cours de la même période, a fait également savoir le Département gouvernemental dans son bulletin quotidien.

Le tableau du jour de la pandémie du Covid-19 affichait hier vendredi 16 juillet courant, : 5 décès, 111 cas positifs et 47 cas guéris, rappelle-t-on.

Source : Essahraa.net

Nouadhibou : Incinération de 27 tonnes de médicaments périmés

Nouadhibou : Incinération de 27 tonnes de médicaments périmésAMI - 27 tonnes de divers médicaments périmés ont été incinérées dans la décharge sud de Nouadhibou.

Ces médicaments ont été saisis dans les structures locales de santé, dans les pharmaciens de la ville. La destruction s'inscrit dans le cadre des efforts conjoints entre la direction régionale de l'action sanitaire et l'association des pharmacies, avec l'appui de la commune de Nouadhibou.

Dr Cheikh Ould El Ghaouth, médecin-chef chargé de la surveillance des pharmacies au niveau local, a affirmé, dans un communiqué remis à l'Agence mauritanienne d’information, que cette opération est la plus importante du genre, compte tenu du volume de médicaments périmés qui ont été incinérés.

L’incinération s'est déroulé en présence d'un représentant des autorités régionales, du chef du service d'hygiène de la direction régionale de l’action sanitaire et d'un représentant de l'association des pharmaciens.

Source : AMI

Réception d’un lot de vaccins chinois Sinopharm contre le covid-19, don de la Chine

Réception d’un lot de vaccins chinois Sinopharm contre le covid-19, don de la ChineAMI - La République populaire de Chine a fait don, samedi, à la Mauritanie d'un second lot de 280.000 vaccins Sinopharm contre le covid-19.

Le don remis par l’ambassadeur de Chine en Mauritanie, SE M. Li Baijun, a été réceptionné à l’aéroport international de Nouakchott Oumtounsy par le ministre de la Santé, M. Sidi Ould Zahaf, en compagnie de son homologue de la Défense nationale, M. Hanenna Ould Sidi.

Il a pour objectif d’aider la Mauritanie à vaincre la pandémie et réduire ses conséquences en termes de cas de contamination et de décès.

S’exprimant à l’occasion, le ministre de la Santé a précisé qu’une partie du lot est destinée aux forces armées dans le cadre de la coopération entre les institutions militaires des deux pays amis.

Il a ajouté que ce don, deuxième du genre, permettra la pérennité de l’opération de vaccination contre le covid-19.

Le ministre a enfin exhorté les citoyens à se faire vacciner massivement pour se prémunir contre la pandémie.

Pour sa part l’ambassadeur de la République Populaire de Chine en Mauritanie, SE M. Li Baijun s’est félicité de la réception du don par les ministres de la Santé et de la Défense nationale, et a précisé que le don de vaccins est un volet non négligeable de la coopération sino-mauritanienne.

Il a rappelé que le gouvernement chinois avait attribué à la Mauritanie des aides médicales comprenant des appareils de respiration, des blouses de protection et d'autres équipements.

« Cet effort traduit la volonté des dirigeants d’aller de l’avant dans le renforcement les liens de coopération et d’en faire un modèle à suivre. La Chine poursuivra son soutien à la Mauritanie, surtout dans la lutte contre le covid-19 », a conclu l’ambassadeur.

Source : AMI

 

Info360. Covid-19: la RAM achemine un lot de vaccins Sinopharm à destination de…la Mauritanie

Info360. Covid-19: la RAM achemine un lot de vaccins Sinopharm à destination de…la MauritanieLe360 - Un dreamliner de la compagnie Royal Air Maroc s’est envolé ce vendredi matin, 28 mai 2021, en direction de Pékin, en vue d’acheminer un lot de vaccins destiné au voisin du Sud, la Mauritanie, a appris Le360 de sources concordantes.

Voilà un geste diplomatique fort qui ne manquera pas d’irriter ceux qui cherchent par tous les moyens à nuire aux liens solides entre le Maroc et la Mauritanie. "Grâce au Maroc, la Mauritanie aura désormais plus de vaccins que l’Algérie", commente cet observateur de la géopolitique maghrébine.

A l’heure où nous mettions en ligne, le dreamliner 787-8 assurant le vol AT 8360 s’apprêtait à entrer dans l’espace aérien chinois, à destination de l’aéroport de Pékin.

Nos sources indiquent qu’il s’agit bel et bien d’un vol de fret (cargo), sans toutefois préciser l’identité du donneur d’ordre, ni sa nationalité (marocaine, mauritanienne ou autre).

Un responsable au ministère marocain de la Santé confirme à son tour qu’aucune livraison de doses Sinopharm destinée au Maroc n’est prévue ce week-end.

Un membre du comité scientifique de la vaccination assure qu’un dreamliner 787 pourrait transporter jusqu’à 2 millions de doses Sinopharm (sur la base du nouveau packaging du vaccin chinois: 2 doses par ampoule).

Vidéo. Rabat et Nouakchott confirment "l'excellence" de leurs relations et veulent booster leur coopération économique

A la date du 23 mai 2021, la Mauritanie comptait 6.273 personnes totalement vaccinées, alors que 22.109 autres avaient déjà reçu la première dose.

Jusqu’à fin avril dernier, la Mauritanie avait reçu en tout 151.000 doses, dont 70.000 au titre du programme Covax, 50.000 sous forme de don chinois et 31.200 doses fournies par la France dans le cadre de Covax.

Lundi dernier à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, s’est entretenu avec son homologue mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed.

Lors d’un point de presse conjoint, Nasser Bourita a qualifié de "très importante" la visite du ministre mauritanien qui était porteur d’un message du chef de l’Etat, Mohammed Ould Cheikh El-Ghazouani au roi Mohammed VI, ayant trait aux relations bilatérales et à la coordination concernant des questions régionales.

Par Wadie El Mouden

Mauritanie : nouvelles mesures de prévention contre le Covid-19 après la découverte d’un cas du variant britannique

Mauritanie : nouvelles mesures de prévention contre le covid après la découverte d’un cas du variant britanniqueSahara Médias - Le ministère mauritanien de la santé a annoncé dans la nuit de lundi à mardi avoir découvert la semaine dernière un premier cas du variant britannique du covid-19, après des analyses effectuées à l’institut Pasteur à Dakar.

C’est ainsi que le ministère a pris une série de mesures préventives pour les voyageurs afin de faire face au virus mutant.

Le ministère a précisé que tous les voyageurs venus des pays sources du virus (Royaume Uni, Afrique du Sud, Brésil et Inde) seront isolés provisoirement au niveau des points d’entrée, avant d’être acheminés vers les lieux de confinement et leur prise en charge pendant une dizaine de jours.

Après 10 jours il leur sera fait un test PCR et s’il s’avère négatif ils il sera mis fin à leur confinement et si le test est positif, ils seront pris en charge suivant le protocole national, avant de subir un second test PCR pour déterminer la nature du virus.

La fin du confinement sera assujettie à un test PCR pour les sujets porteurs du virus variant de manière organisée et si le test s’avère positif, le sujet sera de nouveau mis en quarantaine pour une semaine supplémentaire.

Le ministère a par ailleurs décidé de mettre en place une quarantaine d’équipes pour effectuer les tests pour les voyageurs venus par différentes voies (terrestre, maritime et aérienne).

Les autorités sanitaires exigent des voyageurs à l’arrivée la présentation d’une attestation de test négatif (PCR ou test rapide).

Le ministère soumet les mauritaniens à l’arrivée, ne disposant pas d’attestation de test négatif du covid, à un test (Antigénique) et si le test s’avère positif les mesures de confinement seront à la charge de la société de transport.

Le ministère a ajouté que les voyageurs d’autres nationalités qui ne disposent pas d’un test négatif au covid seront refoulés à la charge du transporteur.

Le ministère a par ailleurs décidé d’utiliser des caméras thermiques de haute qualité ou des thermomètres manuels et en cas de fièvre la personne sera soumise à un test ou au test (Antigénique).

Si le test est positif le voyageur sera pris en charge suivant le protocole national établi.

Le ministère a ajouté que les sujets positifs devront être mis en quarantaine pendant une dizaine de jours et les personnes contacts une semaine, période pendant laquelle les équipes de surveillance épidémiologique se rendront régulièrement auprès d’eux.

Source : Sahara Médias