Thu05062021

Last update10:03:55 AM GMT

Back Divers

Faits Divers

La coopération militaire mauritano-sénégalaise évoquée à Nouakchott

La coopération militaire mauritano-sénégalaise évoquée à NouakchottSahara Médias - Le chef d’état-major général des armées mauritaniennes le général de division Mohamed Bamba Meguett a reçu ce lundi l’inspecteur général des armées sénégalaises El Hadj Daouda Niang actuellement en visite en Mauritanie.

Selon le site de l’armée cette rencontre a permis d’examiner les relations de coopération militaire entre les deux pays et les moyens de les développer. Cette audience s’est déroulée en présence le chef du troisième bureau, Ahmed Ben Aouf et certains collaborateurs de l’inspecteur général des forces armées sénégalaises.

Le responsable militaire sénégalais était arrivé hier dimanche pour une visite qui devra se poursuivre jusqu’au 7 mai.

Des responsables militaires sénégalais avaient effectué ces derniers mois des visites en Mauritanie dans le cadre de la coordination militaire entre les deux pays qui prévoit la coopération dans les domaines sécuritaires et la lutte contre le terrorisme.

Des unités de l’armée sénégalaise avaient participé aux manœuvres Flintlock organisées ces dernières années en Mauritanie.

Des exercices militaires organisés par les forces spéciales américaines en Afrique (AFRICOM) depuis 2005 destinés à renforcer les capacités des forces armées des pays participant à la lutte contre les organisations extrémistes violentes et la protection de leurs frontières et leurs populations.

La Mauritanie et le Sénégal entretiennent également une coordination militaire dans les zones frontalières et des rencontres périodiques se tiennent entre les responsables militaires dans ces régions auxquels se joignent la gendarmerie, la garde nationale, des représentants de la police, la douane et la protection civile.

Source : Sahara Médias

Mauritanie : le premier ministre annonce qu’une grande partie du programme du président a été réalisée

Mauritanie : le premier ministre annonce qu’une grande partie du programme du président a été réaliséeSahara Médias - Le premier ministre mauritanien Mohamed O. Bilal qui visitait ce lundi le ministère des affaires économiques et la promotion des secteurs productifs, a déclaré que beaucoup a été réalisé dans e cadre du programme du président de la république, notamment dans le domaine social comme par exemple la prise en charge des couches vulnérables et la construction d’infrastructures.

Le premier ministre a ajouté que le rythme pouvait être plus rapide eu égard aux larges espoirs suscités auprès des populations par le programme du président TAAHOUDATY.

Ould Bilal a encore dit que l’administration est l’unique moyen d’appliquer ce programme afin de réaliser les objectifs fixés révélés dans la politique générale du gouvernement et les stratégies sectorielles et les stratégies de la croissance accélérée et le bien-être commun.

Il a ajouté que l’administration se doit être au rendez-vous de par l’efficacité et l’efficience, accélérer la prise des décisions appropriées et dépasser la bureaucratie.

L’action de l’administration a encore dit ould Bilal, doit être basée sur les textes et les procédures, la coordination et la concertation et au niveau de tous les échelons de la hiérarchie doit prévaloir l’esprit d’équipe.

Le premier ministre, lors de sa visite au ministère des affaires économiques et la promotion des secteurs productifs, a insisté sur la nécessité de respecter les symboles de l’état, sa défense, rappelant que le comportement du responsable doit traduire la confiance et le respect et doit donner la meilleure image de l’état qu’il représente.

Il a insisté sur la nécessité pour les auxiliaires de l’administration de se sentir responsable en traitant les dossiers qui leur sont soumis et lors des négociations des accords avec d’autres parties et d’avoir présent à l’esprit, à tout moment, les intérêts du pays et des citoyens.

Enfin le premier ministre a dit que l’indicateur essentiel pour le gouvernement, quant à la réussite de toute politique, est la prise en compte des intérêts et des aspirations des citoyens, offrir les services de base dont ils ont besoin et non pas rester sur des indicateurs figés et abstraits.

Source : Sahara Médias

Transition au Tchad: Mohamed Bazoum et Mohamed Ould Ghazouani mènent des consultations

(illustration) Tchad: Ndjamena, place de la Nation, le 23 avril, jour des obsèques de l'ancien président Idriss Déby Itno, le 23 avril 2021.Au Tchad, après l’inhumation du maréchal Idriss Déby Itno, la classe politique est consultée sur l’avenir de la transition. Ce vendredi après les obsèques, deux présidents du G5-Sahel ont rencontré les acteurs politiques pour recueillir leurs avis.

La transition est dirigée pour le moment par un conseil militaire dirigée par le général Mahamat Idriss Déby, fils du chef de l’état tchadien défunt mais fortement contesté par la classe politique et la société civile.

La Coalition militaire, une alliance des plusieurs mouvements armés actifs dans le nord du pays, a exprimé dans un communiqué sa « grande préoccupation » sur la situation du pays. Son porte-parole Gassim Cherif, explique quelle est la stratégie de la coalition désormais, face au nouveau pouvoir soutenu publiquement par la France, et qu'elle juge illégal et illégitime.

Nous avons établi des contacts avec la junte actuelle, pour éviter d’arriver à une situation de guerre ouverte. Si la junte militaire ne reçoit pas cette main tendue, nous serons obligés, dans les jours et les semaines à venir, de marcher sur Ndjamena.

Le chef de la rébellion du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad, le FACT, n'était lui pas joignable.

Des institutions de transition chargées d'organiser des élections

Deux présidents, Mohamed Bazoum du Niger et Mohamed Ould Ghazouani de la Mauritanie, ont été mandatés par leurs collègues du G5-Sahel et le président français pour écouter les acteurs politiques sur le modèle de transition qu’ils souhaitent.

Nous avons pris cette décision parce qu’il n’y a pas d'initiative de médiation politique venant d'Afrique centrale en ce moment, ont expliqué les deux chefs d’états à la trentaine de leaders politiques de l'opposition et de la majorité confondus qui ont été conviés dans un hôtel de la capitale. Parmi eux se trouvaient Saleh Kebzabo, Succès MasraMahamat Ahmat Alhabo (secrétaire général du PLD) ou encore Mahamat Zen Bada, le secrétaire général du parti d'Idriss Deby Itno.

Après les discussions, les médiateurs ont noté la nécessité d’un dialogue pour mettre en place des institutions de transition qui seront chargées de rédiger une nouvelle Constitution et organiser des élections.

Les conclusions de la rencontre seront transmises au Conseil militaire de transition à qui les chefs d’Etats du G5-Sahel et la France ont demandé une transition inclusive qui prenne en compte, toutes les composantes de la société tchadienne.

La France, garante du processus de transition

« Ce qui ressort des consultations du président (Macron) avec ses homologues, c'est la nécessité d'aller très vite dans une transition inclusive qui fasse de la place aux forces politiques », expliquait un de ses conseillers du président français, ajoutant « tout le monde est bien conscient que le volet civil de la transition devra avoir des pouvoirs importants et qu’il faudra avoir un équilibre satisfaisant entre le Conseil militaire de transition et le dispositif civil qui se mettra en place ». « C'est la seule voie aujourd'hui, conclut cette même source, car un processus purement militaire n'y arrivera pas ».

L’Union africaine et le G5-Sahel seront en première ligne dans ce dossier. La France jouera elle un rôle de garant.

Source : RFI

Tchad: le président Macron et les présidents du Sahel évoquent la transition civilo-militaire

Le président français Emmanuel Macron avec Mahamat Idriss Deby, fils d'Idriss Déby Itno. Ndjamena, le 23 avril 2021.Présent à Ndjamena pour les obsèques du président Idriss Déby, le président français Emmanuel Macron a échangé avec les président du Sahel ainsi qu’avec le président du comité militaire de transition du Tchad. Un soutien commun a été apporté au processus de transition civilo-militaire en cours dans le pays, mais une fermeté a été aussi affichée concernant la durée de la transition.

Alors que la charte publiée mercredi 21 avril confère les quasi pleins pouvoirs au président du conseil militaire, le président Macron et ses homologues sahéliens ont insisté sur le fait que cette transition devra s’appuyer sur d’autres organes que le seul conseil militaire.

« Tout le monde est bien conscient que le volet civil de la transition devra avoir des pouvoirs importants et qu’il faudra avoir un équilibre satisfaisant entre le comité militaire de transition et le dispositif civil qui se mettra en place », explique-t-on dans l’entourage du président français.

L’objectif étant toujours selon cette même source « d’embarquer l’ensemble des forces politiques et de la société civile tchadienne pour que la transition puisse fonctionner ». Sur la durée de la transition, Sahéliens et Français se sont voulus fermes: 18 mois, pas plus.

Emmanuel Macron n’a pas prévu de rencontrer lors de ce déplacement express des responsables de l’opposition ou de la société civile, mais son entourage assure que des contacts ont été pris avec des représentants de la classe politique tchadienne pour, explique-t-on, entendre tous les messages.

Source : RFI

 

CSA : des fonctionnaires limogés après avoir été épinglés par la Cour des Comptes

CSA : des fonctionnaires limogés après avoir été épinglés par la Cour des ComptesAl-akhbar - Le Commissaire à la Sécurité Alimentaire (CSA), Hbibi Ould Ham, a limogé des responsables de son département sur la base de rapports émis par la Cour des comptes.

Une mesure qui intervient moins de 24 heures après la révocation du Conseil des ministres de deux directeurs de sociétés publiques de leurs fonctions, également sur la base de rapports établis par cette même Cour.

Le patron du CSA a limogé le directeur du transport au sein du département Mohamed Lemine Ahmed Vall, en plus d’un chef de service au niveau de la même direction.

Le Conseil des ministres avait mis mercredi passé fin aux fonctions des directeurs des sociétés nationales d’Aménagement Agricole et des Travaux (SNAAT) et des Forages et Puits (SNFP), respectivement,Mohamed Mahmoud Ould Yahya Mohamed Mahmoud Ould El Eyil.

Traduit de l’Arabe par Cridem

 

Mauritanie: le leader de l’UFP déplore la persistance d’une crise multidimensionnelle

Vidéo. Mauritanie: le leader de l’UFP déplore la persistance d’une crise multidimensionnelleLe360 Afrique - L’Union des Forces de Progrès (UFP) a organisé son Conseil national. Ce fut l'occasion pour son leader Mohamed Ould Maouloud de revenir sur la crise multidimensionnelle que traverse la Mauritanie et invite le gouvernement à un dialogue inclusif pour sortir le pays de cette situation.


Après des remous internes suivis d’un congrès au mois de septembre 2020, l’Union des Forces de Progrès (UFP/opposition, formation issue du Mouvement national démocratique, symbole de la gauche des années 1970), a organisé son Conseil national (organe suprême entre les congrès), le week-end passé.

Un conclave au terme duquel Mohamed Maouloud, président du parti, a livré son analyse de la situation du pays, déplorant une crise multidimensionnelle persistante et la fin de toute forme d’espoir.

Un exercice en parfaite conformité avec le rôle et la vocation de l’opposition, consistant à donner sa lecture par rapport à la marche des affaires publiques pour aider à l’amélioration des conditions de vie des populations.

Evoquant la gestion des affaires publiques, l’opposant parle «d’une crise très grave. Un sentiment dominant: la déception, face à la persistance des problèmes structurels tels que l’unité nationale, la question historique de l’esclavage, la destruction de l’appareil d’Etat par la décennie de règne de la gabegie sous le pouvoir précédent, la poursuite des nominations clientélistes, de l’attribution des marchés de gré à gré,...» qui marquent l’ancrage du style de gouvernance sous le pouvoir des années 2008-2019.

Dans ce long chapelet de difficultés qui accablent les populations, le leader de l’UFP identifie également «les problèmes de survie, le chômage massif des jeunes, qui créent une situation sociale explosive et un terrain favorable aux pêcheurs en eaux troubles, au moment où on assiste à une dangereuse poussée de l’insécurité à la frontière avec le Mali».

Pour faire face à tous ces problèmes, ould Maouloud invite le pouvoir «à initier un Dialogue national inclusif, en vue de trouver des solutions qui passent par une réflexion collective pour des réformes consensuelles» capables de sauver le pays.

Par De notre correspondant à Nouakchott
Amadou Seck

 

Algérie-Maroc : le président de la RASD Brahim Ghali hospitalisé d’urgence en Espagne

Algérie-Maroc : le président de la RASD Brahim Ghali hospitalisé d’urgence en EspagneTelQuel : Selon une information exclusive révélée par Jeune Afrique, le chef du Polisario Brahim Ghali a été admis d’urgence le 21 avril au soir dans un hôpital de Logroño, non loin de Saragosse, en Espagne.

Âgé de 73 ans, Brahim Ghali souffrirait selon le média panafricain d’un cancer de l’appareil digestif depuis plusieurs années. En Espagne, il est hospitalisé sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne.

L’Allemagne, où le président algérien Abdelmadjid Tebboune a été hospitalisé plusieurs mois, a refusé d’accueillir Brahim Ghali.

Après intervention d'Abdelmadjid Tebboune auprès du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, et l’obtention de l’assurance qu’il ne serait pas inquiété par la justice, Brahim Ghali a été transféré en Espagne à bord d’un avion médicalisé affrété par la présidence algérienne, accompagné d’une équipe médicale algérienne.

Par Soufiane Chahid