Thu05062021

Last update10:03:55 AM GMT

Back Justice Justice Justice en Mauritanie

Faits Divers en Mauritanie

Nouadhibou : La nuit des longs couteaux

Faits divers... Faits divers... Faits divers... Faits divers...Le Calame : La capitale économique Nouadhibou connaît ces temps-ci une hausse sans précédent de la criminalité. Certes cette grande ville en fut toujours un pôle : le meurtre du jeune Ould Jelvoun en 2019 et celui de la jeune fille restent dans les mémoires ; en 2009, un vieux gardien avait été décapité par des étrangers appartenant à une secte vaudou qui avaient éparpillé ses membres en différents endroits...

Cette ville industrielle et portuaire reçoit des centaines de subsahariens en route vers l'Europe. Ces expatriés agissent comme chez eux, leurs papiers sont rarement contrôlés, leur grande majorité n'a pas de permis de résidence et nombre d’entre eux se livrent à tout genre d'activités illicites...

Malgré les efforts des forces de sécurité, Nouadhibou est notamment une plaque tournante des stupéfiants et de l'alcool. En ce mois béni du Ramadan, un évènement hors du commun a tenu en haleine les autorités et l'opinion publique.

Très tôt dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24, vers vingt-trois heures, Abderrahmane passe non loin de la résidence du wali, en plein centre-ville, la rue grouille de monde. Apparemment drogués, trois individus de teint foncé armés de longs poignards et de machettes l’attaquent.

L'un d'eux tente de lui subtiliser son portable. Il résiste, un second le poignarde au bras avant de fuir car des passants accourent. Abderrahmane est conduit à l'hôpital et y reçoit des soins appropriés.

Une demi-heure plus tard au quartier Kraa Ennesrani – une appellation commémorant le passage des avions de l'Aéropostale de Mermoz et Saint-Exupéry – deux jeunes hommes sont grièvement blessés par encore trois malfaiteurs. Les deux blessés sont admis en urgence à l'hôpital.

Vers minuit, le jeune Mohamed Moctar Bouderbala vient juste de fermer son échoppe à proximité de l'école 8. Marchant dans la rue, le voilà soudain entouré par trois lascars machette au poing. Ils le délestent du contenu de ses poches… avant de le poignarder et fuir ! Les premières personnes accourues au secours ne peuvent malheureusement que constater le décès de l’infortuné.

Vers une heure, Mohamed ould Jiyed assis devant son domicile au quartier 5ème robinet, discute au téléphone quand les trois malfaiteurs le rouent de coups de machette, avant de ramasser son téléphone, vider ses poches et disparaître. Évacué d'urgence, le pauvre meurt avant d'atteindre l'hôpital.

Alerte générale ! Les autorités administratives et judiciaires se rendent sur les lieux des crimes et à l'hôpital pour dresser les constats. La direction régionale de la Sûreté ordonne une enquête immédiate.

Le DRS en personne veille toute la nuit pour la superviser et en rendre compte au wali dans toutes ses étapes. Très tôt suivie, la piste conduit à une cabane dans un des quartiers périphériques de Tarhil, à côté des Cabanons.

La voilà cernée puis investie, trois jeunes hommes en sont extirpés et conduits, menottes aux poignets, au commissariat central. Ebbe ould Boubacar, natif de Sélibaby en 2000, Sidi ould Ahmed Vall et Henoune ould Moustapha, tous deux nés en 2002 à Nouadhibou, avouent avoir perpétré les cinq agressions sous l’emprise d’une bouteille d'eau de Cologne achetée chez un boutiquier de la ville. On arrête celui-ci.

Le carnage de Nouadhibou servira-t-il de leçon aux autorités pour accentuer leurs efforts dans la lutte contre le trafic des drogues trop souvent impliquées dans les crimes ? Les peines judiciaires doivent être aussi plus dures envers ceux qui osent tuer de sang-froid.

Lors de la traditionnelle grâce présidentielle, les responsables chargés d’en cibler les bénéficiaires doivent veiller à en écarter rigoureusement les assassins et violeurs entachés de sang.

La bande de la terreur neutralisée

Au cours des deux premières semaines du mois d'Avril courant, les habitants d'El Mina et de Sebkha ont vécu dans la terreur plusieurs nuits durant. Une bande composée de plus de trente jeunes délinquants dirigée par des récidivistes sortis de prison faisait des dizaines de victimes.

On les voyait à circuler très tôt, armés de poignard, machette, couteau et tournevis, braquant tout passant. Qui ose tenir tête est battu rudement, parfois grièvement blessé. Ils attaquent des marchés au moment de leur fermeture et en amassent un gros butin. Plaintes et déclarations pleuvent aux commissariats.

Des patrouilles arrêtent quelques suspects mais les agressions et braquages se poursuivent. Une famille victime de cette dangereuse bande prend alors contact avec un parent membre de la brigade « Police secours ». Celle-ci tend un piège qui permet d'épingler un bon tiers de la bande dont ses deux principaux chefs.

L'arrestation de leurs complices n’a plus été qu’une question de temps. Une vingtaine de ces malfrats est aujourd’hui écrouée, la plupart du reste sous contrôle judiciaire. Les habitants d'El Mina et de Sebkha poussent de gros ouf de soulagement.

Mosy

 

Nouakchott : Deux meurtres au même moment

Le Calame : Le taux de criminalité est à son comble dans les grandes villes du pays. À Nouakchott, les crimes sont devenus habituels, pour les habitants de certains quartiers où l’on assiste quotidiennement à toutes sortes de ses manifestations. Le nombre de ceux déjà commis au cours du premier trimestre de la présente année dépasse celui de l'année passée. Dimanche fut particulièrement tragique en deux quartiers non loin du centre-ville, en milieu de journée, alors que la circulation battait son plein et les rues grouillaient de monde. Il y a un mois, deux autres quartiers de la ville avaient connu un vendredi similaire.

Le meurtre de Sebkha

Dimanche 21 Mars vers 15 h, l'axe  qui relie le cinéma El Veth au carrefour Sabah est bondé de monde, comme d'habitude à cette heure. Habillé d'un boubou et d'une culotte, un jeune homme passe hâtivement du côté des jardins maraîchers. Il semble inquiet et jette de fréquents coups d'œil derrière lui. Arrivé en face de l'usine de savons, le voilà rejoint en courant par un autre jeune homme habillé à l'européenne qui l'attrape au collet. Les coups commencent à pleuvoir sous les yeux indifférents des passants. Une violente bagarre les oppose pendant un bon quart d'heure, sans que personne n'intervienne ni n'informe la police. Celui qui porte le boubou encaisse plusieurs coups. Il finit par sortir un couteau et en assène plusieurs coups à son antagoniste qui s'écroule en sang, tandis que l'autre prend ses jambes à son cou... Le cadavre a été évacué vers l’hôpital à bord d'une charrette avant l'arrivée de la police.

Drame à Cité-plage

Au même moment, un cinquantenaire portant un sac marche dans une rue de Cité-plage. Une Toyota Corolla de couleur beige sans plaques d'immatriculation s'arrête tout près. Son chauffeur se couvre le visage à l'aide de son boubou et reste au volant, tandis que son passager descend pour essayer de soutirer le sac que porte l'homme. Mais ce dernier résiste et ne lâche pas son bien. L’agresseur le poignarde légèrement au bras. En vain. Un second coup plus violent lui donne cependant gain de cause et les bandits s’enfuient à bord de leur véhicule. Hélas,          le coup a sectionné une artère principale et c’est une terrible hémorragie. Le pauvre homme ne peut être secouru à temps et meurt  un peu plus tard, vidé de son sang. La police est venue accomplir les formalités de constat et  évacuer le cadavre.

Les enquêtes

La DRS de Nouakchott-Ouest a chargé une commission d'enquête d'élucider ces deux meurtres. Celle-ci est présidée par le commissaire de Tevragh Zeina3, épaulé par le fameux brigadier Sidi ould Moubarak et ses hommes, tous fins limiers à la traque des criminels. À Sebkha, le cadavre est vite identifié :c’est un multirécidiviste appelé Bolla. La piste de son meurtrier est presque tout aussi vite levée car des témoins ont pu donner sa description. Un portrait-robot est dressé dare-dare, il conduit à un autre repris de justice relâché tour juste de prison : Abdallahi « malien ». Ils s'étaient disputés, comme d'habitude, autour d'un butin saisi lors d'une série de braquages les jours passés.  « Malien »est épinglé le même soir vers vingt heures. Quant au meurtre du vieil homme, un indice permet de suivre une piste vers un « Michelin », réparateur de pneus en jargon populaire. Celui ci déclare que deux suspects à bord d'une Toyota Corolla de location lui avaient demandé d'enlever les plaques d'immatriculation qu'ils lui ont confiées avec les pièces du véhicule. Et les enquêteurs de prendre contact avec l'agence de location qui leur communique aussitôt le nom et le numéro du téléphone d'Abderrahmane, un jeune récidiviste venant de Nouadhibou où il avait séjourné en prison. Le même jour vers dix-huit heures, un appartement de location du quartier Centre émetteur est cerné puis investi. Deux jeunes hommes sont cueillis en compagnie d'une jeune fille. Conduit au commissariat, leurs auditions permettent de tout éclaircir. Abderrahmane est le neveu de l'homme assassiné. Il est arrivé de Nouadhibou avec son complice Ahmed Salem ould Mohamed Mahmoud – lui aussi récidiviste – quelques jours plus tôt et ont décidé de louer voiture et appartement pour mener la belle vie, en ne comptant que sur les braquages et autres délestages des sacs aux passants. Ils ont emmené une jeune prostituée pour leur tenir compagnie et faire croire au gérant des appartements qu'elle est la femme de l'un d'eux. Durant les deux premiers jours, ils ont réussi à accumuler suffisamment de butin pour payer l'appartement et les premières dépenses. Dimanche, ils ne se sont réveillés que vers quatorze heures. En quête de butin pour couvrir les dépenses de la journée, les voilà à tomber sur leur première proie: Sidi ould Abdessalam… l'oncle maternel d'Abderrahmane !Et ce dernier d’ordonner à son complice de lui soutirer son sac plein d'argent de la CAPEC, suppute-t-il, ‘’je vais me couvrir le visage pour qu'il ne me voie pas". Après la reconstitution du meurtre et l'instruction du dossier, les deux bandits sont placés au centre de confinement avant incarcération.

Mosy

Le fugitif « Ramdhane » repris

Le Calame : Depuis presque un mois, une bande de malfaiteurs sévissait aux alentours des quartiers poteaux 11, 12, 13 et 14 d'Arafat. Plusieurs personnes braquées et agressées, des villas et commerces dévalisés, des dizaines de plaintes et déclarations déposées à la police. Il ya deux semaines, une patrouille du commissariat de police Arafat 3 arrête un suspect, pris la main dans le sac en plein cambriolage. Embarqué au commissariat, il est aussitôt identifié : « Driss », principal lieutenant du fameux Dah« Lekhal », jeune frère du terrible Abdallahi « Lekhal » qui croupit au pénitencier d'Aleg. Les aveux de Driss permettent d'épingler Dah et un autre appelé Ramdhane. Gardés tous trois en garde-à-vue le temps de l'instruction de leur dossier puis déférés au parquet de la wilaya-Sud, les voilà en route pour la prison de Dar Naïm. Mais, en cette période de pandémie, ils doivent obligatoirement passer quinze jours dans un centre de confinement avant d'être incarcérés. Trois jours plus tard, Ramdhane y profite d'un moment d'inattention de la garde pour prendre la poudre d'escampette... La traque commence… Il y a quarante-huit heures, la police le déniche dans une cabane isolée au quartier Tarhil. Et le voilà illico remis en confinement ! Cette fois-ci, sous bonne garde, nous précise une source pénitentiaire.

Agression au collège Riyad 4

La violence en milieu scolaire s’est malheureusement beaucoup développée depuis quelques temps. Les dealers et autres trafiquants de drogue n’y cessent de chercher à faire goûter, par tous les moyens, leur camelote aux innocents adolescents pour les transformer en toxicomanes. Le nombre de consommateurs de leurs produits a de ce fait considérablement augmenté dans nos établissements scolaires et le crime y est devenu routinier, surtout à Nouakchott. Les braquages et agressions sont désormais au quotidien de certains lycées et collèges. Au lycée arabe, les filles  attendant un transport pour rentrer chez elles sont souvent braquées. On les déleste de leurs téléphones et maigres sommes. « Je ne peux hélas pas appliquer toute la rigueur requise », regrette la directrice du collège voisin, « parce que la majorité des élèves sont armés de couteaux ».

L'opinion publique garde en mémoire le tragique meurtre au collège Dar Naïm 2, l'année dernière. Un jeune y fut assassiné tout simplement parce qu'il ne voulait pas se séparer de son beau téléphone. Le jeudi 11 vers 13 heures au collège Riyad 4, un certain Yacoub ould Alioune discute avec des collègues devant le collège. Arrive un jeune homme qui semble sous l'effet de stupéfiants ou « mgeinzi » en jargon délinquant. Il ne fait pas partie des élèves de l'établissement. Une altercation l'oppose à Yacoub, bagarre… Yacoub cogne dur et prend le dessus. Le nouveau venu tire un couteau et lui en assène plusieurs coups au côté gauche du bas-ventre. Le jeune homme s'écroule dans le sang et le malfaiteur prend la fuite. On évacue le blessé d'urgence à l'hôpital de l'Amitié, il y est placé en réanimation et serait toujours vivant, aux dernières nouvelles. Le criminel court toujours.

Mosy

 

 

Mauritanie: 11 morts dans un accident sur la route de Boutilimit

ALAKHBAR (Nouakchott) - Onze personnes sont mortes et cinq autres blessées dans un accident de la route, survenu ce mercredi près de la ville de Boutilimit, située à 154 km au sud-est de la capitale Nouakchott.

Deux véhicules de type Renault sont entrés en collision sur la Route de l’espoir (PK 88) qui traverse Boutilimit reliant Nouakchott aux willayas de l’Est du pays.

Les blessées ont été évacués à l’hôpital de Ouad Naga à l'Est de Nouakchott.

Source : Alakhbar.info

La grâce présidentielle sans raison en Mauritanie

Vieille habitude à l'occasion des fêtes religieuses ou nationales, le chef de l'État publie un décret  graciant un certain nombre de prisonniers de droit commun non liés à des crimes, notamment de sang, afin de les encourager à se repentir dans une vie d'honnêtes citoyens. Le choix est ordinairement établi à partir de critères bien déterminés par le ministère de la Justice : bonne conduite en prison et purge de plus des deux tiers de la peine, condamnation pour bagarre, petit vol ou escroquerie, voire homicide involontaire. Les grands bandits multirécidivistes – et meurtriers pour la plupart – n'ont jamais bénéficié de la moindre grâce ailleurs dans le Monde. Mais, en Mauritanie, malheureusement si.

C’est en toute  bonne foi que le président de la République fait d’abord connaître sa décision globale de grâce et ordonne au ministre de la Justice de lui en présenter le détail ;ce dernier transmet l’ordre au Parquet qui en charge divers responsables judiciaires et pénitenciers – régisseurs de prison, greffiers et huissiers, tous censés techniquement compétents à bien cibler les prisonniers.  Des avocats usent de leurs relations avec ces responsables avec le dessein de faire relâcher le maximum de leurs clients… pour la plupart des bandits et assassins de grands chemins.  Les hauts responsables ne suivent donc pas directement la préparation de la grâce présidentielle et se contentent de croire les critères de sélection appliquées à la lettre. Mais les régisseurs et greffiers subissent toutes sortes de pressions de la part des parents, amis et collègues pour faire relâcher X ou Y condamné pour quelque abominable crime dont il n'a même pas encore purgé deux ou trois ans de peine. « Enregistre son nom dans la liste et le tour est joué ! » Une fois celle-ci complète, elle ne sera contrôlée par quiconque et publiée telle quelle. Voilà comment l'opinion publique se retrouve-t-elle, à chaque grâce présidentielle, scandalisée par le nombre de grands récidivistes libérés de prison. Et très inquiète car une recrudescence du crime va toujours s'en suivre. Celui qui découpa sa femme à la machette en 2014 venait d’être gracié la veille. Ould Varwi qui tua une commerçante au marché Capitale en 2016, avait été aussi relâché sur grâce présidentielle. Nombre d’autres meurtres ont été commis par de tels récidivistes qui n’auraient jamais dû sortir avant le terme de leur peine. Et tandis que les condamnés pour petit délit ou blessure involontaire ne profitent quasiment jamais du pardon, les lobbies et mafias qui protègent les vrais malfaiteurs ont tous les moyens pour faire gracier le maximum de ceux-ci...

Un voleur remet une arme à la police

Au cours d’une des dernières nuits, un appel masqué sonne au numéro vert de la permanence à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). « C'est un voleur qui vous parle », annonce le correspondant. « Nous ne sommes pas là pour blaguer », répond l’agent. « Ce n’est pas une blague et ne cherchez pas à me piéger, je connais toutes vos astuces ». L'officier de permanence fait signe au policier de couper la communication. Ce dernier hésite et lui fait signe d'attendre un peu pour voir de quoi il s'agit. L'homme à l'autre bout du fil les informe alors qu'il a une importante communication à leur faire. « Vas-y, on t’écoute ! – Je suis le chef d'une bande de cambrioleurs. Il ya quelques jours, nous avons réussi un coup au domicile de telle famille au quartier Lycée Bouhdida. Je sais qu’il y a parmi vous un parent de ces gens ». Et le policier concerné de se rappeler alors dudit cambriolage. « Que veux-tu ? », demande-t-il au voleur. « Nous y avons trouvé une arme à feu, un fusil de chasse (Bouvelka). Je veux vous le remettre car je ne sais pas m'en servir et je crains que mes hommes l'utilisent mal. – Ok, amène-le, tu n'auras pas de problèmes. –Hé ! Tu ne m’auras pas comme ça, je t'ai déjà dit, mets-toi bien ça dans la tête ! – Comment  vas-tu donc faire pour remettre l'arme ? – Le fusil est déjà déposé entre les branches d'un grand arbre au côté Est du lycée Bouhdida ».Et de couper sans plus tarder la communication. On téléphone aussitôt au commissariat de police Toujounine 1  qui envoie dare-dare des agents récupérer l'arme exactement à l’endroit indiqué par le voleur. La famille avait déjà fait la déclaration de vol audit commissariat.

Mosy

 

Teyarett: Les habitants de la poche 10 protestent contre l'attribution de leurs terrains à des influents

Teyarett: Les habitants de la poche 10 protestent contre l'attribution de leurs terrains à des influentsAl-akhbar - Les habitants du secteur dit poche 10, relevant de la moughataa de Teyarett, à Nouakchott Nord, ont protesté le mardi 16 février courant, devant le ministère de l’habitat, de l'urbanisme et de l’aménagement du territoire, contre l’attribution de leurs parcelles de terrain à des personnalités influentes et des hommes d’affaires.

« Nous n’avons ménagé aucun effort pour éviter de déranger le gouvernement, mais la ministre de l’habitat a persisté dans sa volonté despotique, après sa tentative d’exproprier les parcelles pour le compte d’hommes puissants », dit Savia Mint Mohamed Moustapha.

Elle a qualifié également de surprenant et d’inacceptable, la conduite de la ministre, relative à la démolition des habitations du secteur précité et la remise des parcelles à des tiers, appelant le Président Mohamed Ould Ghazouani à la révoquer de ses fonctions.

Mahmoud Allah Ould Cheikh, l’une des victimes de la poche 10, affirme pour sa part, qu’ils détiennent des documents et un plan architectural confirmant la reconnaissance du ministère de tutelle de leur droit de propriété du secteur, accusant la ministre d’octroyer les terrains à un proche.

Les habitants de la poche 10 avaient initié leur mouvement de protestation dénonçant la démolition de leurs maisons, au cours de la période de l’ex Premier ministre Ismail Bedda Ould Cheikh Sidiya, rappelle-t-on.

Edité par Al-akhbar

Traduit de l’Arabe par Cridem

L'Article Original

 

1269 cas de violence envers les femmes et les enfants en 2020

Les organisations non gouvernementales qui s'occupent des affaires sociales ne chôment pas. Après la publication  des rapports de plusieurs d'entre elles sur les viols au cours de l'année passée, voilà l'Association mauritanienne de la santé de la Mère et de l'Enfant qui vient de présenter le sien. Il fait état de 1269 cas de violence contre les femmes et les enfants au cours de l'année 2020. 351 ont été suivi de viols : 14 perpétrés sur des enfants de moins cinq ans ; 62 entre onze et seize ans ; 129  entre seize et dix-huit ans ; 146 au-delà. On compte 21garçons en ce triste lot.

Sur sa page électronique, l’association déplore que ses violences soient trop souvent taboues dans la société mauritanienne et insiste sur la nécessité de changer les mentalités, afin d’exiger, de tous, le respect de la spécificité de la femme et de l’enfant et d’en préserver partout les droits.

Mosy

Source : lecalame.info

Meurtre à Neteg : Papa « Essellal » avoue son forfait

Comme tout le monde le sait, la banlieue Sud de Nouakchott est classée par la police en zone à très haut risque. Le taux de criminalité y est particulièrement élevé. Des crimes en tout genre y sont commis quotidiennement.

Le quartier Neteg ne fait pas exception  à cette règle. Mercredi 13 Janvier vers le crépuscule, des témoins y remarquent deux jeunes hommes qui semblent se disputer un peu à l’écart d’une rue. Tout-à-coup, l'un d'eux poignarde l’autre et prend ses jambes à son cou. Le blessé s'écroule, baignant dans son sang… on s'approche  pour constater qu'il est déjà mort. La police vient sur place pour garder le lieu jusqu'à la fin des formalités habituelles. On évacue le cadavre à la morgue de l'hôpital de l'Amitié où il est identifié :un dépravé connu dans les commissariats et les prisons sous le pseudonyme de Papa « Bousneïna ». Une enquête est ouverte par le commissariat de police El Mina1. Vingt-quatre heures plus tard, un suspect est épinglé à Riyad : Papa « Essellal », un multirécidiviste fraîchement relâché du bagne. Lors de son audition, il avoue avoir eu une dispute avec son complice autour d'un téléphone portable dont ils avaient délesté la veille une victime qu'ils avaient agressée et braquée. Le défunt voulait le vendre alors que Papa « Essellal » l’exigeait pour ses besoins personnels. L'instruction de l’affaire est en cours. Après la reconstitution du meurtre, Papa sera envoyé vers le centre de confinement qui précède l'incarcération.

Le blessé des jardins décède au CHN

Les jardins maraîchers situés entre la Medina 3 et Sebkha  sont un terrain « traditionnel »des malfaiteurs et voyous en quête de proies. Le fameux Gougouhy terrorisales jardiniers et nombre de passants. Un bandit guinéen à coiffure rasta y sema lui aussi la peur avant d'être arrêté et expulsé du pays. On ne compte plus les victimes de braquages, agressions et même viols dans ces jardins maraîchers, parfois en plein jour.

Jeudi 14 Janvier vers 22 h, des passants découvrent, dans un des sentiers qui séparent les jardins, un homme à terre, grièvement blessé, inconscient  et ensanglanté. On l'évacue sans tarder aux urgences du Centre hospitalier national où il décède avant d’avoir reçu le moindre soin, négligence habituelle du service aidant. Après son identification par la police – Mouadh ould Badili, connu des fichiers – une enquête est diligentée par la fameuse Brigade de recherche du banditisme (BRB). Deux jours plus tard une piste conduit à Modou Cissé, un récidiviste étranger qui avoue avoir poignardé à mort feu ould Badili.  Le meurtrier est placé en garde à vue au commissariat de police Sebkha 2, avant la période de confinement post-carcérale.
La même nuit, une bande a agressé et blessé grièvement Brahim, commerçant à Dar ElBeïdha, avant de s’enfuir. Aux dernières nouvelles, ils courent toujours sans que la police n’ait encore pu les identifier.

Plus de trois cent viols en 2020

Le viol est malheureusement devenu quotidien en Mauritanie, avec une forte progression, ces dernières années, de celui perpétré sur des mineures. La majeure partie reste cependant inconnue, en raison du tabou pesant sur notre société. Règle générale, ce sont donc seulement au constat de grossesse qu’ils sont déclarés, malgré le travail de sensibilisation que mènent diverses ONG. De vrais monstres continuent à échapper à la justice, comme le tristement fameux violeur de Nouakchott qui court depuis 2004, après avoir violé plusieurs bébés de moins de deux ans.

Lourd bilan pour l’année écoulée, selon les chiffres avancés par ces ONG et confirmés par la police. La majorité des viols ont été perpétrés par des voisins des victimes :87 ;les bandits déclarés les suivant de peu : 83. Les amis des familles victimes arrivent en troisième position : 40. La quatrième place revient aux « inconnus » qu'on peut classer eux aussi comme malfaiteurs : 23. Viennent ensuite les taximen : 18 ; les domestiques et employés de maison : 16 ;les boutiquiers : 9 ; les oncles maternels des victimes : 7. Hommes en uniformes (4), maris des mamans des victimes (4), maîtres de Coran et condisciples de Mahadra (4). Les derniers de ce sinistre classement sont les parents qui habitent chez les victimes : 3.

Mosy


Mauritanie/Sécurité: La gendarmerie démantèle un réseau de passeurs de clandestins

 

Mauritanie/Sécurité: La gendarmerie démantèle un réseau de passeurs de clandestinsTawary - Une brigade de la gendarmerie nationale a arrêté, ce mardi 19 janvier 2021, à Nouakchott, un réseau de passeurs de clandestins vers l’Europe.

Au cours de cette opération, 150 personnes de différentes nationalités, en situation illégale ont été interpellées dans les wilaya de Nouakchott Ouest et Sud (Sebkha et dEl Mina). Les groupes sont entrés dans le pays par le canal de cette bande qui compte les faciliter le passage vers l’Europe, selon les informations.

Dans une déclaration faite à la Télévision Mauritaniya, le Colonel Dey Bamba Yezid, Commandant de la Zone-Ouest, a souligné que les éléments de la brigade de la gendarmerie ont mis la main sur les membres du réseau et un important matériel de transport et logistique.

L'opération de démantèlement de cette bande a duré quelques jours, dit-on. Dès la fin de l’enquête, les membres de ce réseau et les inculpés seront traduits en justice, a-t-il précisé.

Source : Tawary

Mauritanie : saisie de 16 000 cartouches de Kalachnikov sur un individu

Arrestation d’une personne en possession de 16.000 balles de Kalachnikov à Tintane dans l’Est du paysCe lundi 11 janvier, la police mauritanienne a réussi une opération de taille. Elle a procédé à l'arrestation d'un individu qui était en possession de 16.000 cartouches de kalachnikov. L'information est donnée par Alakhbar. L'interpellation a eu lieu à Tintane, une commune du sud de la Mauritanie, située dans la région de Hodh El Gharbi.

Cette affaire qui devra être élucidée, rappelle un cas similaire qui a secoué le Sénégal et la Mauritanie courant octobre 2019.

A l'époque, c'est 3900 munitions de calibre 7,62 mm qui avaient été dérobées dans un stock de l'armée sénégalaise.

Intercepté à Pire, dans le département de Tivaouane, le conducteur du véhicule dans lequel était transportée la marchandise qui devait être livrée à Rosso, à la frontière avec la Mauritanie, a mouillé un autre chauffeur sénégalais.

Arrêté et entendu à son tour, il a livré le nom du mauritanien impliqué dans ce trafic peu ordinaire au cœur duquel se trouvait un membre des forces armées sénégalaises. 

Pour dédramatiser cette affaire, la république islamique de Mauritanie avait précisé que les munitions étaient destinées à l'association de tir à la cible traditionnelle, sans convaincre.

Source : Dakaractu.com

Une fille retire 5 millions du compte bancaire de son beau-père et file tout droit vers le Sénégal

Une fille retire 5 millions du compte bancaire de son beau-père et file tout droit vers le SénégalElhawadith - Une famille résidant dans le quartier E-Nord relevant de la moughataa de Tevragh-Zeina, a fait l’objet d’un vol à la fin du mois de décembre dernier, ont révélé des sources généralement bien informées.

Le père de la famille affirme qu’un montant de 5 millions anciennes ouguiyas avait été retiré de son compte bancaire.

La pièce d’état civil qui a servi au retrait dudit montant appartient, selon une enquête diligentée par la police, à la belle-fille de la famille, dont l’époux vit au Canada, indique-t-on.

La suspecte vivait chez ses beaux-parents et se trouvait parmi eux, au moment des faits, avant de leur faire part de son souhait de passer quelques jours hors de la capitale Nouakchott avec les siens.

Mais, après investigations, il s’est avéré qu’elle a filé droit vers le Sénégal et qu’elle a été aidée dans son larcin par l’ami de son époux avec la complicité de ce dernier, qu’elle devra retrouver une fois hors de la Mauritanie, selon les sources précitées.

Edité par Elhawadith

Traduit de l’Arabe par Cridem

L'Article Original

Une patrouille militaire mauritanienne objet de tirs de feu après s’être approchée d’une position défensive marocaine

Une patrouille militaire mauritanienne objet de tirs de feu après s’être approchée d’une position défensive marocaineAMI - Un communiqué de l'Armée mauritanienne publié aujourd'hui, mercredi, indique qu’ "à la suite de l'enquête préliminaire menée après qu'une patrouille militaire ait fait l’objet de tirs de feu mardi soir, il s'est avéré que la patrouille s'était approchée de la position défensive d'une force marocaine qui l’a considérée comme cible hostile".

Le communiqué souligne que les éléments de la patrouille ont riposté à la source des tirs conformément aux règles d’accrochages, avant que l’identification ne soit établie et que cesse la fusillade, précisant en même temps qu’aucun dégât n’a été enregistré du côté des éléments de la patrouille.

L'armée marocaine tire par erreur sur un véhicule de l'armée mauritanienne (Al-akhbar)

L’armée marocaine a tiré par erreur sur un véhicule appartenant à l'armée mauritanienne, près de la zone de Boulenouar, relevant de la wilaya de Dakhet-Nouahibou.

Aucun dégât n’a été enregistré dans l’incident qui a été réglé à l’amiable, ont révélé des sources locales mauritaniennes.

L’incident intervient au lendemain de la tenue de la seconde réunion de la commission militaire mixte mauritano-marocaine, organisée lundi passé à Nouakchott.

La rencontre avait été coprésidée par le Chef d’état-major général des Armées mauritaniennes, le Général de Division Mohamed Bamba Meguett et l’Inspecteur général des Forces Armées Royales marocaines, le Général Abdelfatah Louarak, rappelle-t-on.

Edité par Alakhbar

Traduit de l’Arabe par Cridem

Voleurs de nuit de couvre-feu

Voleurs de nuit de couvre-feuL'Authentique - Beaucoup de gens pensent qu’il suffit de garer sa voiture le soir venu sous une lumière, pour la protéger de voleurs. Beaucoup d’autres sont persuadés que le soir, couvre-feu protège des voleurs...

Eh bien, tous ceux-là se trompent. S’ils n’y croient toujours pas, qu’ils le demandent aux habitants de la cité située à l’ouest du Carrefour Nouadhibou ! Jeudi dernier, pas moins de 15 voitures ont subi les actes de vandalismes de « marcheurs de nuit » alors qu’elles étaient toutes garées sous des lampes.

Quand ils sont venus récupérer matinalement le lendemain leurs voitures, les propriétaires desdits véhicules n’en croyaient pas leurs yeux : vitres latérales brisées, magnétophones arrachés, boites à gans vidées et d’importante sommes emportées….

Certaines males-arrières ont même subi des préjudices avec des pneus, des crics, des tableaux et autres matériels laissés imprudemment, qui ont disparu.

Vraisemblablement, les auteurs seraient des mécaniciens, ou du moins de personnes qui possèdent des dispositions en mécaniques : tous les effets volés auraient été arrachés minutieusement grâce à divers outils. Un véritable travail de professionnels, qui ont surtout agi sans faire de bruits.

Il faut dire que le couvre-feu n’est pas appliqué de manière stricte à Nouakchott où les personnes se permettent de circuler impunément jusqu’à des heures tardives de la soirée. D’autres abusent de la tolérance des forces de l’ordre en circulant jusqu’au matin, circulant à bord de voitures avec des phares éteintes et empruntant uniquement les ruelles.

A.B

 

Les tueurs d'Ould Né écroués

Faits divers... Faits divers... Faits divers... Faits divers...Le Calame : Dimanche 6 Décembre, quartier Centre émetteur de Tevragh Zeina, vers vingt-et-une heures, une Toyota Hilux venant du Nord s'arrête à un feu rouge. Deux jeunes hommes en sautent soudain et prennent leurs jambes à leur cou.

Ils tournent au coin de la rue et se séparent. Après avoir fait demi-tour à leurs trousses, la voiture s’immobilise à nouveau et ses deux autres occupants sautent à terre, poursuivant la chasse à pied. Des passants ont compris que les fuyards sont des malfaiteurs et se joignent à la traque.

Parmi eux, un jeune boutiquier athlétique et sportif qui distance le groupe et parvient à rejoindre un des fugitifs. Il veut l'attraper mais celui-ci se retourne soudain, poignard en main, et en porte plusieurs coups au thorax de son poursuivant qui s’écroule.

L’autre fuyard s’est débarrassé de son boubou et, échappant ainsi à ses poursuivants, disparaît lui aussi dans l'obscurité de la nuit. On s'occupe d'évacuer le blessé qui a malheureusement perdu beaucoup de sang. Il meurt avant d'atteindre l'hôpital.

La police vient dresser le constat et interroger les témoins. Les deux occupants de la Hilux déclarent qu'ils gèrent une agence de location de véhicules. Ils avaient loué une Toyota Avensis à deux jeunes hommes qui ont déposé toutes les garanties requises et promis de ne pas sortir de la ville.

Mais, deux jours plus tard, on informe l’agence que la Toyota vient de subir un accident au PK 50 de la route vers Nouadhibou. Les loueurs s’y rendent sans tarder mais quand ils veulent faire enregistrer leur plainte au poste de gendarmerie qui détient les deux occupants de la voiture, les gendarmes refusent de la recevoir.

« Cette affaire a débuté en ville », argumentent-ils, « elle est du ressort de la police ». Et les quatre concernés de revenir ensemble à Nouakchott. Au poste d'entrée, les policiers les orientent vers le commissariat Tevragh Zeïna 3. Et voilà comment, au premier feu rouge…

La police établit une surveillance discrète autour du beau boubou abandonné par l’un des fuyards. Bingo ! Celui-ci vient le récupérer vers vingt-trois heures, le voilà cueilli et bientôt identifié au commissariat : Habib El Haj Omar, un récidiviste, tout comme son complice Haddi qu’il ne peut que dénoncer. Ils viennent d’à peine quitter, et pour la énième fois, la prison.

Haddi est épinglé le lendemain au quartier Dar Essalam. Il reconnaît avoir poignardé le jeune Allali ould Né, âgé de trente-cinq ans et natif du Hodh ech-Charghi. Après l'instruction du dossier et reconstitution du meurtre, les deux bandits ont été déférés et écroués à la prison civile de Dar Naïm.

La bande du poteau 11

Faut-il encore rappeler l'insécurité qui ne cesse de prévaloir dans la majeure partie d'Arafat ? Malgré les efforts fournis par les diverses autorités, plusieurs zones la subissent variablement. Les habitants du quartier « Poteau 11 » se plaignent à qui veut les entendre qu'ils n'osent plus sortir la nuit et même parfois le jour.

Au cours de la semaine écoulée, plusieurs personnes ont été braquées et agressées, des foyers et commerces dévalisés. Faute à une dangereuse bande de récidivistes qui impose sa loi au quartier. Des victimes affirment avoir, à plusieurs reprises, alerté le poste de la Garde en faction sur l'axe principal. Ses agents auraient déclaré ne pas être concernés.

Mosy

Arrestation d’une femme d’affaires tunisienne à Nouakchott pour falsification

Arrestation d’une femme d’affaires tunisienne à Nouakchott pour falsificationRéalités - Les autorités mauritaniennes ont procédé à l’arrestation d’une femme d’affaires tunisienne quelques jours après son arrivée en Mauritanie pour lancer un projet d’investissement en partenariat avec des hommes d’affaires mauritaniens.

Selon des sources proches de ce dossier, la justice locale a déféré la femme d’affaires en prison sous l’accusation de falsification d’un document attribué au gouverneur de la banque centrale mauritanienne.

Les mêmes sources ajoutent que cette dame avait reçu en Tunisie des mains d’un expert économique mauritanien, une lettre falsifiée attribuée au gouverneur de la banque centrale.

Cette lettre lui avait été remise avant son départ pour la Mauritanie pour y investir.

C’est en se rendant à la banque pour régler certaines affaires financières que la femme d’affaires s’est vue appréhendée par la police locale à l’entrée de l’institution bancaire. Ce qui, selon ces mêmes sources, conforte l’idée qu’elle avait été dénoncée.

Certains des proches du dossier de la femme d’affaires s’interrogent sur l’authenticité de cette accusation en affirmant qu’elle ne pouvait en aucune manière être coupable de ce qu’on lui reproche sinon comment se serait elle rendu à la banque pour régler une situation financière si elle était l’auteure de cette falsification.

Les même sources accusent des mauritaniens de l’avoir piégée pour la dénoncer ensuite pour être arrêtée pour falsification.

Affaire à suivre.

Ould Aweinat au cachot

Comme relaté en notre précédente livraison, un jeune « djenk »fut tué à coup de poignard, au cours d'une soirée dansante à Dar Naïm, par un de ses compagnons qui prit aussitôt la poudre d'escampette. Après le constat des autorités, la dépouille de la victime, Abdallahi dit Papa, était déposée à la morgue de l'hôpital Cheikh Zayed. Et la traque du meurtrier, Baba ould Aweïnat, commence. Il est arrêté deux jours plus tard à Teyaret. Au cours de son audition, il reconnaît les faits puis, après la reconstitution du meurtre, il est déféré au parquet de Nouakchott Nord pour se voir notifié, le même jour, un mandat de dépôt par le procureur de la République. Le voilà écroué à la prison civile de Dar Naïm.

Notons qu'au cours de cette semaine, on déplore deux autres meurtres à l'intérieur du pays. Avec tous ces points communs d’avoir été perpétrés, entre amis, au cours d’une bagarre dans des salles de jeux ou de cérémonies.

Les malfaiteurs fêtent l'Indépendance à leur manière

Le Samedi 28 Novembre a été célébré en grandes pompes partout dans le pays. Notamment à Nouakchott au quartier Palais des congrès dont l'avenue Mokhtar Ould Daddah faisait, le soir, son grand plein de voitures. Les automobilistes et leurs passagers brandissaient des drapeaux et chantaient dans un concert de klaxons. Pour cause plus précise et triviale, le concert gratuit présenté en plein air par la diva Garmi mint Abba devant ledit palais. Circulation bloquée pendant deux heures de temps malgré la présence de quelques agents du GGSR. Les trottoirs étaient donc bondés. Occasion d'or pour les pickpockets et autres malfaiteurs infiltrés dans l’énorme foule ! Plusieurs sacs à main de femmes sont dérobés. Des dizaines de téléphones portables subtilisés par des voyous qui disparaissent aussitôt dans l’attroupement. D'autres voyous feignent de se bagarrer, permettant à leurs complices de vider les poches durant les bousculades et autres sauve-qui-peut...

Une femme filme avec son précieux téléphone : violemment giflée, l’en voilà délestée ! Des voitures de police interviennent enfin.. Trop tard : les délinquants sont déjà loin !

La police fait de son mieux à Arafat

Suite à la recrudescence de la criminalité au Sud de Nouakchott, la police a multiplié, ces deux dernières semaines, patrouilles et rondes dans la mouqataa d'Arafat. Des unités motorisées et à pied ont été mobilisées par la Direction régionale de la police. Le DRS, en personne dit-on, supervise cette nécessaire opération. Un résultat positif, selon les citoyens. Les vols, braquages et agressions qui étaient monnaie courante n’ont cessé de diminuer. Les commissariats ont arrêté nombre de récidivistes qui sévissaient ou rôdaient dans la zone. Samedi 28 vers 23h au quartier 11, une patrouille a ainsi sauvé in extremis un jeune homme des griffes d'une bande. Au moment où on lui mettait les couteaux au cou, deux policiers en civil remarquent la scène et interviennent. Ils réussissent à arrêter l'un des bandits, son complice parvient à s’enfuir. Espérons que cette vigilance se poursuive longtemps !Pour les habitants de ces quartiers périphériques qui ont vraiment besoin de se sentir en sécurité, c’est comme respirer une bouffée d'oxygène.

Mosy

Source : Le Calame

Le Calame - Le meurtrier de Tin Soueïlim écroué

Faits divers… Faits divers… Faits divers…L’Est de Nouakchott est une permanente et notoire zone de criminalité. Le quartier Tin Soueïlim n’a notamment cessé de subir, depuis deux ans, une hausse sans précédent de la délinquance.

Les braquages, agressions et autres délits y sont lots quotidiens, malgré la proximité de quatre commissariats de police et les patrouilles de la Garde et des gendarmes. En 2019, quatre meurtres y furent perpétrés à quelques mois d’intervalles.

Dimanche 15 Novembre vers le crépuscule, le quartier des restaurants du carrefour Tin Soueïlim grouille de monde, comme d'habitude. Des dizaines de jeunes hommes et femmes stationnent devant le restaurant El Maghrib el-Arabi.

La plupart sont des clients en l'attente d'être servis. Badauds, d’autres suivent des matchs de football sur de grands écrans installés à la devanture des restaurants. Des serveurs vont et viennent pour servir les commandes aux automobilistes à bord de leur véhicule.

Mais voilà qu’une bagarre oppose deux serveurs, Haroun Sow et Abdelaziz ould Isselmou, tout frais émoulu de la mahadra qu’il a quittée pour chercher du travail. Personne n'intervient pour les séparer.

Haroun tire son poignard et en assène plusieurs coups à son jeune adversaire qui meurt sur le champ. Une nombreuse foule entoure alors le lieu du drame. Le meurtrier dit ne pas regretter son acte et attend la police. Celle-ci arrive un peu plus tard, chasse les curieux et embarque Haroun et tout le personnel du restaurant au commissariat Arafat 2.

Une fois l'instruction de ce dossier bouclée et reconstitué le meurtre, son auteur qui a tout reconnu a été déféré au parquet et écroué à la prison de Dar Naïm. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le restaurant théâtre du drame est toujours fermé.

Meurtre au secteur 18

Dar Naïm toujours en triste vedette… Cette fois-ci, c’est en son secteur 18, une semaine plus tard vers trois heures du matin, que les faits se déroulent. Tout commence pourtant le plus heureusement par une soirée dansante.

On s’y amuse et chante mais voici trois individus à la mine patibulaire qui entrent dans la danse. Chacun se méfie d'eux et ne veut pas les approcher. « Ce sont de dangereux récidivistes », souffle-t-on aux jeunes filles qui s'éloignent aussitôt.

L’ambiance s’alourdit et une bagarre éclate, une heure plus tard, entre deux des nouveaux venus envapés de hachisch. L'un poignarde l’autre qui meurt aussitôt. Le tueur prend alors ses jambes à son cou et disparaît suivi de son second compagnon.

Informée, la police vient garder le lieu jusqu'à l'arrivée du substitut du procureur. Après le constat et l'évacuation du cadavre, une enquête est ouverte. La victime est identifiée le lendemain : c’est un repris de justice appelé Papa.

Comme après chaque meurtre de ce genre, la police a procédé à une rafle de routine pour arrêter tous les récidivistes en liberté. Leur audition n'a jusqu'à présent donné aucun résultat.

Des bandits blessent un gardien

Ces dernières années, Rosso déplore aussi une hausse sans précédent de la criminalité. Les meurtres de la fillette violée et d’une dame hantent les mémoires. On arrête presque tous les jours des trafiquants de drogue.

Tard dans la nuit du samedi 21, Samba, un gardien de pharmacie près de l'hôpital du PK 10,se voit attaqué par des malfaiteurs armés de machettes. Il résiste vaillamment avec son gourdin jusqu’à ce qu’un violent coup de machette lui sectionne la main droite.

Le voilà assommé. Mais une voiture passe heureusement sur la route et les bandits s’enfuient. On évacue le blessé inanimé. Les enquêteurs pensent que la bande vient du Sénégal ou du PK 6 de Rosso. Aux dernières nouvelles, des suspects sont actuellement auditionnés.

Mosy

Le Calame - La fille de Son Excellence

Faits divers… Faits divers… Faits divers… Les marchands de devises sont toujours aux aguets sur les carrefours de l'axe El Haj Oumar qui relie Tevragh Zeïna au marché Capitale. De bonne heure le matin à tard la nuit, de jeunes hommes debout sur les trottoirs hèlent de la main les automobilistes. Ils ont ordinairement en poche l'équivalent d'un demi-million d'UM en devises.

Et de négocier directement avec le client, en s’espérant un bénéfice substantiel, si celui-là veut échanger une petite somme. Pour des montants plus conséquents, ils le conduisent auprès de leurs patrons au marché...

Vendredi dernier, l’un de ces pauvres marchands se tient au carrefour cinéma Oasis. Une Toyota Corolla s'arrête à ses pieds. Une jeune fille est au volant, deux jeunes hommes l’accompagnent. L'un d'eux descend et demande deux milles euros.

« La fille de Son Excellence le Ministre en a besoin pour voyager ce soir. –. Pas de problème », répond le changeur, « mais je dois passer à la boutique de mon patron pour compléter la somme ». Le jeune homme embarque dans la voiture qui continue vers le marché. « Attendez-moi là, je reviens avec les euros ». Aussitôt dit, aussitôt fait. La fille de Son Excellence sort maintenant des liasses d’ouguiyas de son sac et commence à compter.

« Ha, ilman que deux cent mille, je les ai à la maison, accompagne-nous là-bas pour faire l’échange sans trop perdre de temps. – Bien sûr ! » En route donc vers le quartier F Nord de Tevragh Zeïna !On s’arrête au coin d’une rue, la demoiselle descend, revient quelques minutes plus tard et remet au marchand le manquant. « Le compte y est ! », se réjouit celui-là. L’échange se conclut et voici notre heureux cambiste déposé au bord de l’avenue. « Bon voyage, mademoiselle la fille de Son Excellence ! ».

Las !Le retour au marché révèle la farine où le pauvre marchand s’est fait rouler : la quasi-totalité des billets sont faux. Son patron l'accompagne aussitôt à la recherche de ses clients. En vain : personne du quartier où s’est fait la transaction n’y connaît la moindre fille de ministre ! On retiendra, de cette histoire, qu'une fille devenue celèbre s'adonnait naguère à ce genre d'escroquerie. Elle connut la prison puis s'exila du pays.

Un lycéen poignardé

La délinquance en milieu scolaire ne cesse de préoccuper les autorités et les parents d'élèves. Des crimes et délits sont quotidiennement commis dans les établissements d’enseignement ou leurs environs immédiats. Les dealers et autres distributeurs de stupéfiants y fourguent quantité de drogues. À Riyad, des bandes de malfaiteurs descendent sur les collèges et obligent tout le monde à déguerpir. Les deux meurtres qui furent perpétrés, il y a plus d'une année au lycée et au collège Dar Naïm, hantent toujours les mémoires. Un récidiviste était venu régler ses comptes avec un élève en le tuant à coups de poignard, au vu et au su des élèves, sans que personne ne bronche. Le second meurtre a eu lieu il y a quelques mois. Le fils du wali de Nouakchott-Nord a été assassiné par des bandits qui voulaient s'emparer de son téléphone...

Il y a quelques jours vers onze heures, de jeunes élèves du lycée El Jedida du Ksar jouent devant l'établissement Une altercation éclate soudain entre deux d’entre eux. L'un tabasse l'autre qui réplique en plantant son couteau au bras de son agresseur. Le blessé est rapidement évacué à l‘hôpital, le « blesseur » se retrouve en garde-à-vue au commissariat du Ksar 1. Objet probable de la rixe : les faveurs d’une jeune fille...

Mosy

Mauritanie - deux pirogues échouent à Nouadhibou et à Nouakchott: 5 morts et plusieurs disparus

Mauritanie - deux pirogues échouent à Nouadhibou et à Nouakchott: 5 morts et plusieurs disparusEnQuete+ - Deux pirogues en provenance de Mbour ont échoué, dans leur voyage, sur les côtes mauritaniennes de Nouadhibou et de Mouamghar (Nouakchott). La première pirogue interceptée à Nouadhibou avait 81 passagers retrouvés à bord, alors que celle de Mouamghar avait 71 personnes dont le capitaine tombé et qui a disparu en plein océan. Le décompte macabre fait état de 5 morts et plusieurs disparus, selon les rescapés.

C’est l’hécatombe en Mauritanie. Le spectacle dans les locaux de la Direction de la surveillance du territoire (DST) de la Mauritanie était à la désolation, ce dimanche 1er novembre. De jeunes gens à la fleur de l’âge, assis à même le sol, étalés comme des sardines ou encore couchés dans l’attente d’un secours pour sauver leurs vies. Tous étaient à l’agonie.

Dès leur arrivée le samedi 31 octobre vers 18 h à Nouakchott, une personne est décédée. Le lendemain, tôt le matin, une autre a rendu l’âme, avant que Matar Cissé, (20 ans) ne décède juste avant l’arrivée sur les lieux des ambulances de la clinique Kissi mobilisées par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). C’était triste pour ces jeunes qui bravent l’océan dans un climat peu clément à la recherche d’une vie meilleure.

‘’Nous avons dormi toute la nuit. Au réveil, nous avons constaté que notre capitaine n’était plus avec nous, et il est tombé dans l’eau avec le GPS’’, déclare Balla Faye, un rescapé, la vingtaine, plongeur de son état. ‘’D’autres ont pris sa place pour conduire la pirogue sans le GPS et c’était trop dure.

Certains ont décidé d’aller en direction du Maroc, mais il y avait beaucoup de vent et nous avons décidé de prendre la direction de la Mauritanie, sur conseil de membres d’un bateau rencontré en mer’’, poursuit-il. ‘’Nous avons navigué pendant quatre jours avant d’atteindre les côtes mauritaniennes, par un froid glacial, alors que toute notre nourriture était finie’’.

La faim, la fatigue, les conditions climatiques du voyage qui a duré 9 jours sont les facteurs qui ont exténué les malheureux voyageurs. ‘’Si c’était à recommencer, ce serait sans moi. Ce que j’ai vécu et vu avec notre frère Matar Cissé qui a rendu l’âme devant nous, ne m’encourage plus jamais à prendre la mer. Ce voyage est un suicide.

S’il y a un voyage, ce sera par avion et non par la mer (ses larmes coulent). La voie maritime n’est pas la meilleure. J’ai payé 400 000 F CFA pour récolter ce calvaire et perdre des vies humaines’’, pleure-t-il.

Selon Balla Faye, il y avait deux pirogues, dont l’une serait arrivée à destination. Tous ces candidats ont payé chacun entre 300 000 et 400 000 F CFA, selon les humeurs des organisateurs aujourd’hui disparus dans la nature.

Dans cette pirogue où ont embarqué Balla Faye et compagnie, difficile de dire combien ils étaient ; personne ne sait. ‘’Il y avait du monde à bord. Certes, il y a des disparus que nous n’avons pas compté, peut-être parce que nous dormions entre-temps et au réveil, on a constaté beaucoup d’eau dans la pirogue. Il fallait l’enlever avec beaucoup de difficultés. C’était horrible et fatigant’’, a-t-il partagé.

La plupart sont des jeunes qui avaient embarqué de la Pointe Sarène, près de Mbour. Les autres viennent de Linguère, du Djolof, de la Casamance, de la Gambie ou encore d’autres contrées du Sénégal. Sur les 70 personnes retrouvées dans cette pirogue, trois sont décédés, quatre Gambiens rescapés dont la seule femme du voyage et un Guinéen admis avec les 18 autres Sénégalais dans la clinique Kissi.

Les autres ont été tous reconduits à la frontière. Parmi les 19 hospitalisés dont le Guinéen, deux étaient en réanimation. Mais ce lundi 2 novembre, l’état de tous les internés était stable.

A Nouadhibou où, sur les 81 passagers, 44 étaient admis à l’hôpital régional, deux sont morts et 15 sont disparus, selon les rescapés, et les autres sont déjà renvoyés au Sénégal. Cette pirogue a embarqué à Nianing.

Le plus dramatique, c’est que ces candidats n’arrivent pas à comprendre les conditions d’une telle aventure et à reconnaître les organisateurs du voyage. Pourtant, ils sont formels : ‘’Ceux qui ont organisé ces voyages sont tous de Mbour, mais nous ne les connaissons pas physiquement, parce que nous les rencontrons nuitamment’’, soutient Babacar Mbaye, l’un des responsables du groupe des rescapés.

L’Etat doit renforcer son système sécuritaire en mer, surtout dans cette zone où les pirogues prennent le départ. Selon les rescapés, les organisateurs envoient une grande pirogue en haute mer. Mais ce sont les petits esquifs de pêche qui convoient comme le plus normalement du monde les candidats dans la discrétion, loin des yeux des garde-côtes et de la gendarmerie.

Pourtant, ‘’le jour de notre départ, le vendredi 23 octobre, la gendarmerie était sur les lieux. On avait même peur’’, révèle un rescapé.

L’OIM à la rescousse …

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) est venue dare-dare secourir les malades. Le président de la communauté sénégalaise, Assane Guèye, a appelé avec insistance les responsables de l’OIM qui ont mobilisé deux ambulances qui ont fait la navette entre la DST et la clinique Kissi. Un service rapide et organisé a permis de sauver des vies humaines.

Grâce à une équipe expérimentée, sous l’égide d’un médecin de l’OIM, 19 migrants qui agonisaient, ont été sauvés in-extrémis.

L’ambassadeur de Gambie en Mauritanie, qui avait 4 compatriotes parmi les rescapés, s’est déplacé en personne sur les lieux avec une forte délégation. Il a pris toutes les dispositions financières nécessaires pour les assister.

Les Sénégalais ont eu droit à une telle assistance avec la présence du président de la communauté et d’une délégation de l’ambassade arrivée aux environs de midi, au moment où le troisième candidat Matar Cissé rendait l’âme. L’ambassadeur et son conseiller ont rendu visite, dans la soirée, aux rescapés internés à la clinique.

Ibou Badiane, correspondant en Mauritanie.

La pendue de Dar El Beïdha

Faits divers… Faits divers… Faits divers…Il est hélas quasiment inutile de rappeler le caractère précaire de la sécurité en la zone Sud de Nouakchott, surtout au quartier périphérique de Dar El Beïdha qui n'a connu le calme et la paix que rarement. Chaque jour y apporte son lot de crimes...C'est dans ce quartier qu'un jeune récidiviste égorgea son ami de sang-froid, en pleine rue, au vu et au su des passants.


Il y a trois jours vers 17 h, une mère de famille quitte son domicile à Dar El Beïdha. Élève coranique, sa fille Halima âgée de quatorze ans reste à la maison avec sa jeune cousine. La maman passe un moment chez une amie et revient chez elle. Pour y découvrir l’horreur : sa fille Halima balançant, morte, pendue au bout d’une corde attachée en haut d'un poteau de la véranda d'entrée, à côté d’une échelle.

Vite alertée, la police fait appel au substitut du procureur pour le constat rituel et ouvre une enquête. Tous les membres de ladite famille, en plus de la cousine et du mari de la maman, sont auditionnés. Son géniteur est également convoqué et entendu.

On conclut rapidement au suicide. Mais des questions demeurent sans réponse. Rien, ni l’âge ni l'éducation, ne peut justifier une telle décision de la fillette. Un trop lourd secret ? Sinon, assassinat ? Par qui, alors, et pour quel motif ? C’est probablement pour éviter de porter atteinte à la cohésion de cette famille endeuillée que la police a préféré ne pas trop creuser…

La vieille cheffe du cartel

1992 : une jeune bissau-guinéenne entre en Mauritanie en provenance du Sénégal. On lui délivre, comme à tous les émigrés ouest-africains, un visa de transit CEDEAO, puisque le pays est encore membre de cette organisation sous-régionale.

La nouvelle venue se dirige aussitôt vers Nouakchott, nouvelle étape, pense-t-elle, vers l'Eldorado européen. Et de s'installer à Sebkha chez des compatriotes, en l'attente d’une pirogue de la mort...Elle doit cependant travailler pour subsister et économiser en vue de son voyage.

Elle s’engage comme domestique chez une famille maure au quartier Capitale mais l’expérience ne fait pas long feu, faute de langue commune. La voici vendeuse ambulante de beignets.

Deux mois plus tard, elle loue une chambre où son mari mécanicien la rejoint avant de trouver emploi chez un garagiste malien. Un an plus tard, le couple occupe une petite maison avec le reste de la famille qui les a rejoints.

Antoinette rencontre un émigré ghanéen qui lui propose une louche affaire qu'elle commence par refuser : écouler des litres de soum-soum à travers la ville. Mais son mari finit par la convaincre. Elle commence alors à gagner beaucoup plus d’argent et cela l'incite à redoubler d'efforts. Elle gagne ainsi la confiance de son fournisseur qui lui confie la gestion de sa distillerie.

Recherché par la police, il quitte le pays et notre bissau-guinéenne devient la patronne de l’affaire. Elle engage fils, filles, proches et monte petit-à-petit un réseau très efficace de production-distribution dudit alcool « bon » marché. Elle connaît la prison à plusieurs reprises sans jamais se décourager.

La police investit et saisi-t-elle ses distilleries fixes ? Elle en invente de nouvelles itinérantes, par camions et bus ! Expulsée du pays entre 2011 et 2015, elle n’en cessera pas moins de gérer son cartel à partir de Rosso-Sénégal. Elle est encore aujourd’hui l’une des reines du trafic et de la distribution du vin maudit par le Saint Coran.

Mosy

Une mère de famille sauvée des griffes de malfaiteurs

Faits divers… Faits divers… El Hay es-Sakin est un quartier périphérique tristement célèbre. C'est le repère de plusieurs bandes criminelles qui y circulent jour et nuit. Le fameux « El Eidhadh » y habite et opère le plus souvent. Les frères Foiliya sévissent aussi la plupart du temps en ce coin perdu...

La recrudescence de la criminalité vécue tout dernièrement à Nouakchott fut particulièrement ressentie dans ce quartier. Les forces de sécurité n'y chôment jamais.

Il y a quelques jours, une vieille femme qui habite seule subit l’irruption en son domicilie de malfaiteurs à une heure tardive de la nuit. Ils la menacent de machettes et poignards. Heureusement, elle parvient à toucher discrètement son téléphone et appeler le numéro de son fils, dernier à la contacter.

Celui-ci décroche et se rend compte très vite compte du mauvais quart d'heure que passe sa maman. Il prend aussitôt contact avec la gendarmerie qui envoie sans tarder une patrouille sur place. La bande au complet est arrêtée avant de pouvoir se retirer de la maison. Il s'agit d'un groupe de récidivistes, dont deux tout dernièrement graciés.

La dame et le taxi

A.L. est une cinquantenaire qui vit au quartier Poteau 11 d'Arafat. Souffrant d'hypertension artérielle, elle part, la semaine dernière, chercher des médicaments introuvables dans les pharmacies du coin. Hélant un taxi vers dix heures du matin, la voici en route avec deux jeunes de teint clair dont les visages sont cachés par des masques anti-Covid19.

Arrivée en vue de la première pharmacie près l'hôpital de l'Amitié, elle demande au chauffeur de la déposer. Celui-ci obtempère aussi tôt. Et la dame d’ouvrir son sac pour payer. Mais la voici soudain sous la menace d’un poignard pointé par l’autre jeune homme. « Pas de bruit ! Passe le sac, vite ! ». Effrayée, elle le lui donne.

Moins d’une minute plus tard, la voilà balancée hors du véhicule qui démarre sur les chapeaux de roue... Adieu, papiers et argent ! Scène identique avec plusieurs autres femmes en divers quartiers de la ville. La police n'a pas encore arrêté les coupables.

Mosy

Source : Le Calame