Sun07252021

Last update09:18:31 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

Le processus de la haute cour de justice depuis la constitution de 1958 à 2021

  • PDF

Le processus de la haute cour de justice depuis la constitution de 1958 à 2021Les membres de la haute cour de justice ont été élus mardi après de grandes controverses et des accusations de mauvaises volontés portées contre le parti au pouvoir, union pour la république (UPR) et contre le pouvoir en place.

Cette haute cour de justice, prévue par la constitution, est demeurée absente du paysage politique du pays pendant des décennies.

La haute cour de justice a pour mission de juger le Président de la République dans les affaires de haute trahison, le Premier ministre et les membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions, en cas d’accusation de « crimes ou délits ».

Ces prérogatives font d’elle un outil dangereux mais aussi un pilier solide pour la consolidation de la transparence.

Cette institution a eu droit ces derniers mois à une place importante dans les médias, elle qui avait été prévue dans la constitution de 1958, deux ans avant l’indépendance mais que est restée lettre morte pendant des dizaines d’années.

La première constitution pluraliste de la Mauritanie de 1991, et la plus importante dans l’histoire du pays, avait consacré l’article 92 à cette institution qui devait être constituée à part égale par les élus des deux chambres, l’assemblée nationale et le sénat.

Il a fallu attendre 16 ans, sous le régime de Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi, pour que la première loi organique de cette institution soit approuvée et que débutent les premières étapes effectives de sa mise en place.

Mais le coup d’état d’aout 2008 et la crise politique qui l’a précédée a fait de celle-ci une arme entre les mains des putschistes contre le président élu, Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi.

Après le coup d’état, le président du haut conseil de l’état, Mohamed O. Abdel Aziz avait appelé à une session parlementaire extraordinaire, tenue en 2008 au cours de laquelle ont été élus les membres de la haute cour de justice.

Sa présidence reviendra à Sidi Mohamed O. Maham avec deux vice-présidents Diop Abdalla Demba (1er vice-président) et Mohamed Mahmoud O. Emmatt (2ème vice-président.)

Malgré sa constitution, cette haute cour de justice avait été vidée de sa substance, car elle ne s’est jamais réunie et n’a jamais eu de budget jusqu’à 2013, pour retomber dans l’oubli.

L’opposition a continué, ces dernières années, à demander son activation, avant que les amendements constitutionnels de 2017 ne créent un vide juridique avec la suppression du sénat, représenté à nombre égal avec l’assemblée nationale dans cette cour.

Dès le début du pouvoir de Mohamed O. Cheikh Ghazouani, un groupe de parlementaires avait proposé un amendement à la loi créant la cour afin de l’adapter aux dernières modifications constitutionnelles, en plus d’autres réformes, des amendements qui seront approuvés par l’assemblée nationale lors d’une session ordinaire en juillet 2020.

En novembre 2020 le conseil constitutionnel mauritanien avait déclaré « conforme à la constitution » la loi organisant la haute cour de justice adoptée par le parlement, et partant ouvrait la porte à la constitution de la cour, une question qui était restée un sujet de discorde entre les différents groupes parlementaires.

Source : Sahara Médias

Communiqué du Conseil des Ministres du Mardi 20 Juillet 2021

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Mardi 20 Juillet 2021Le Conseil des Ministres s'est réuni le Mardi 20 Juillet 2021, sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.


Le Conseil a examiné et approuvé les deux Projets de lois suivants :

-Projet de loi relatif aux armes à feu légères et de petit calibre.

Le présent projet de loi harmonise la législation nationale sur les armes à feu avec les minima inscrits dans la Convention des Nations Unis sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée et son protocole additionnel relatif aux armes à feu.

-Projet de loi portant ratification de la Convention de la non double imposition entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Gouvernement de l’Etat du Koweït tendant à éviter les doubles impositions et à prévenir l’évasion financière en matière d’impôt sur le revenu et sur le capital, signé à Nouakchott le 27 décembre 2009.

Ce projet de loi s'inscrit dans le cadre de la promotion et de l’impulsion des relations de coopération économique et commerciale entre les deux pays. Cet accord vise à établir des contrôles juridiques et réglementaires visant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion financière liée à l'impôt sur le revenu et à l'impôt sur le capital.

Ce qui améliorerait le climat des affaires, faciliterait les opportunités de coopération commerciale et attirerait les investissements étrangers directs, réalisant ainsi la croissance économique et la prospérité.

Le Conseil a également examiné et adopté les Projets de décrets suivants :

-Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration de l’Académie navale.

-Projet de décret autorisant la dérogation à la procédure d’appel à la concurrence sur une zone du domaine pétrolier relative au champ gazier de Banda.

Le projet de décret propose de mettre en place un processus de sélection d’un Opérateur pour signer un contrat d’Exploration-Production sur Banda en vue de développer le projet pour la production d’énergie GTP et toute autres utilisations du gaz y compris le Gaz Naturel Liquide.

-Projet de décret portant approbation de l’Avenant N°1 au contrat d’Exploration-Production portant sur le Bloc C-15 du Bassin Côtier Signé le 30 juin 2021 entre l’Etat Mauritanien et la Société Total E&P Mauritanie.

-Projet de décret portant approbation de l’Avenant N°1 au contrat d’Exploration-Production portant sur le Bloc C-31 du Bassin Côtier Signé le 30 juin 2021 entre l’Etat Mauritanien et la Société Total E&P Mauritanie

Les deux projets de décret visent l’approbation de la signature des deux avenants pour réorganiser les étapes d'exploration conformément à l'article 20 du Code des hydrocarbures, concernant la durée de la période de recherche.

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Source : AMI

Entretiens présidentiels après l’enlèvement de deux mauritaniens sur un chantier au Mali

  • PDF

Entretiens présidentiels après l’enlèvement de deux mauritaniens sur un chantier au MaliSahara Médias - Le président mauritanien Mohamed O. Cheikh Ghazouani s’est entretenu samedi soir au téléphone avec le président de la transition malienne Assimi Goïta, après l’enlèvement de deux mauritaniens par des hommes armés sur un chantier de travaux en territoire malien.


Selon l’agence mauritanienne d’information ces entretiens téléphoniques interviennent dans le cadre du grand intérêt et du suivi intensifié à propos de l’attaque armée menée contre un chantier de travaux publics entre les villes de Kala et Nara en territoire malien menée par des hommes armés non identifiés et qui a conduit à l’enlèvement de deux mauritaniens et trois chinois.

L’agence n’a pas donné d’autres précisions à propos de cette communication téléphonique entre le président mauritanien et le président de la transition militaire malienne.

Il s’agit du premier enlèvement de mauritaniens depuis plus de 10 ans, le dernier enlèvement ayant été celui d’un gendarme mauritanien à Adel Begrou en 2011.

Source : Sahara Médias

Mauritanie : Des sanctions sévères contre ceux qui insultent le Président de la République

  • PDF

Mauritanie : Des sanctions sévères contre ceux qui insultent le Président de la RépubliqueAdrar-Info - L’ère actuelle en Mauritanie – avant même la loi ratifiée par le gouvernement aujourd’hui – est caractérisée comme la moins tolérante en matière d’ expressions d’opinion, surtout si elle est comparée à l’ère précédente, dans laquelle la liberté d’expression a atteint ses niveaux maximum.

Et la Mauritanie a avancé sur la plupart des pays de la région en termes de liberté de la presse, selon la plupart des indicateurs.

De l’avis de certains observateurs mauritaniens, le projet de loi émis par le gouvernement dans la soirée du mercredi 14 juillet donne l’impression que le régime du président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazwani s’oriente désormais vers la mise en place d’une politique générale de restriction des libertés, en utilisant le pouvoir judiciaire qui, avec la mise en œuvre de la nouvelle loi, passera de garant de la protection des droits et libertés à gardien du régime.!.

Détails dans la nouvelle loi :

L’ article 2 de la nouvelle loi stipule qu’"il est considéré comme une insulte au prestige de l’État et de ses symboles, quiconque intentionnellement, par l’utilisation de technologies de médias numériques ou de plateformes de médias sociaux, porte atteinte aux principes et au caractère sacré de la religion islamique, l’unité nationale et le domaine territorial, ou insulte ou outrage la personne du Président de la République, le drapeau ou l’hymne national".

L’auteur de l’un de ces crimes – sans préjudice des peines plus sévères prévues par d’autres lois – sera puni d’un emprisonnement de deux à quatre ans et d’amendes de 200 000 nouveaux ouguiyas à 500 000 nouveaux ouguiyas.

L’article 3 stipule : « Est considérée comme une insulte à la sécurité nationale, toute publication ou distribution de texte, de matériel audio ou vidéo par le biais de la réglementation des médias numériques ou des plateformes de médias sociaux visant à saper le moral des membres des forces armées et de sécurité et déstabilisant leur loyauté ».

L’auteur de ce crime sera puni d’un emprisonnement de deux à quatre ans et d’une amende de deux cent mille à quatre cent mille Ouguiyas.

L’article 4 de la loi susmentionnée stipule que « est considérée comme une violation de la paix civile et de la cohésion sociale, toute distribution par le biais des médias numériques ou des médias sociaux de matériel audio, texte ou vidéo comprenant des calomnies, des diffamations dirigées contre une partie du pays ou une composante du peuple, ou qui incite à la haine entre ces composantes ou s’incitent mutuellement.L’auteur de certains de ces actes sera puni d’un emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de deux cent mille à quatre cent mille.

L’article 7 de la loi précitée autorise le ministère public à exercer l’action publique pour appliquer de plein droit les peines prévues par la présente loi, et il peut également l’exercer sur plainte, conformément à la loi.

Source : anbaa.info

Traduit par Adrar.info

 

Des braises sous un projet de loi

  • PDF

Des braises sous un projet de loi Le Rénovateur Quotidien - Dans l’emphase d’un discours jaillit d’une visite effectuée au Trarza, il y a quelques jours, Mohamed Ould Ghazouani évoquait avec un ton ferme la menace que représente la propagation dans les réseaux sociaux de discours bellicistes non sans.qualifier leurs auteurs de pyromanes.

Le message est on ne peut plus clair pour qui sait lire entre les mots le projet qui se profile derrière cette rhétorique présidentielle. Et patatras l’annonce est faite sur un projet de loi qui n’attendait que conseil des ministres pour être adopté. Que vise-t-il donc et pourquoi tant de précipitation à vouloir légiférer dans un contexte politique relativement calme.

Quelles menaces craint on aujourd’hui plus qu’hier en matière d’unité nationale pour que subitement on veuille durcir le ton et mesurer au compas et à l’équerre là où notre liberté doit s’arrêter, aux portes d’une énième loi barricadent nos opinions et prises de positions?

Est-ce la meilleure manière de rendre service à la liberté d’expression puisque c’est d’elle qu’il s’agit réellement? Quelle manœuvre pousse notre président à s’engager subitement dans une pente abrupte au point de prendre de court les professionnels des médias qui ont grincé les dents et froncé les sourcils. Eux qui semblaient croire aux acquis sur la liberté d’expression obtenue au prix d’une douloureuse bataille craignent un retour à l’âge de la baillonnette.

Et ces avancées qui ont jusque-là consacré la liberté de la presse l’ont été successivement sous la période de la première transition démocratique conduite par feu le colonel Ely Ould Mohamed Vall puis par le président élu démocratiquement feu Sidi Ould Cheikh Abdellahi pour être poursuivi pourtant par l’ex président Aziz qui en dépit de ses mauvaises relations avec la presse et les hommes politiques de l’opposition n’avait adopté une telle approche restrictive à l’égard de la liberté de penser. D’ailleurs avec lui la communication avec la presse était régulière quoiqu’on dise !

Il est normal de tracer les frontières entre le droit de s’exprimer et la liberté d’offenser sans toutefois verser dans l’amalgame où une loi viendrait installer la.peur et le terrorisme intellectuel. De telle sorte qu’un journaliste serait attaqué en justice pour le simple fait d’avoir observé que lors d'un conseil des ministres les nominations ont un caractère tribal ou strictement familial. Ou encore que l’accaparement des terres viserait des communautés sociales données etc.

Oserait – on qualifier telle décision de raciste ou de xénophobe même si les preuves existent? C’est dire que personne n’est épargné surtout les leaders d’opinion et autres analystes politiques. Les raisons de s’inquiéter sont bien réelles si on brandit les arguments trop crus d’atteintes à l’unité nationale. La loi a toujours défini les contours des libertés aussi bien dans les pires régimes d’exception que les régimes démocratiques.

Vouloir davantage en rajouter c’est faire un rétropédalage là où il ne fallait pas. Le président doit se consacrer à autre chose que jeter une pierre dans le champ des libertés. Les réseaux sociaux sont des médias alternatifs entre les mains d’anonymes qui n’ont certes pas le droit d’abuser du virtuel . Mais c’est un cadre ouvert aux débats contradictoires où des modérateurs avertis interviennent pour recadrer les débats.

Quand à la presse professionnelle, son rôle n’est pas à démontrer pour son implication libre et courageuse dans la construction de la démocratie, nonobstant certains travers inhérents à l’environnement dans lequel elle baigne.

A ceux qui donneront du contenu à ce projet de loi on leur demanderait de la retenue et de la lucidité dans ses amendements. Et au président de ne pas céder aux mauvais chants des sirènes. Vivement les libertés pour que vive la démocratie.

CTD

 

Mauritanie-Sénégal : signature de 7 nouveaux accords dans les domaines judiciaire, les équipements et les transports et la pêche

  • PDF

Mauritanie-Sénégal : signature de 7 nouveaux accords dans les domaines judiciaire, les équipements et les transports et la pêcheSahara Médias - Les gouvernements mauritanien et sénégalais ont signé lundi quatre nouveaux accords de coopération dans les domaines de la justice, l’environnement, l’équipement et les transports et la pêche, en marge de la visite de travail de deux jours qu’effectue le chef de l’état sénégalais Macky Sall en Mauritanie, et qui avait commencé par un entretien avec son homologue mauritanien Mohamed O. Cheikh Ghazouani.

La signature de ces conventions est intervenue lors d’une cérémonie au palais présidentiel présidée sous la présidence des deux chefs d’état et en présence des membres des deux délégations.

Les quatre accords relatifs au domaine de la justice ont été signés par le ministre mauritanien des affaires étrangères, de la coopération et des mauritaniens de l’extérieur, Ismael O. cheikh Ahmed et son homologue sénégalaise Aïssata Tall Sall.

Ces accords concernent la coopération judiciaire dans le domaine pénal, la coopération judiciaire dans les domaines civil et commercial et l’extradition de personnes recherchées dans les deux pays.

Ils ont également signé un accord de coopération entre les deux pays dans le domaine de l’environnement et du développement durable, alors que les deux pays se préparent à l’exploitation prochaine du champ gazier qu’ils partagent qui impose de grands défis eu égard aux changements climatiques successifs dans la sous-région.

Le ministre de l’équipement et des transports, Mouhamedou Ahmedou M’Heïmid et son homologue sénégalais Mansour Faye ont signé un accord de coopération entre les deux pays dans le domaine du transport terrestre.

Un accord qui intervient un mois après le début des travaux de construction du pont de Rosso qui reliera les deux rives du fleuve.

Enfin le ministre mauritanien de la pêche et de l’économie maritime, Dy O. Zeine et son homologue sénégalais Ali N’Doye ont signé un accord entre les deux pays dans le domaine de la pêche et la pisciculture.

En vertu de cet accord la Mauritanie octroi des autorisations de pêche aux pêcheurs sénégalais dans les eaux territoriales mauritaniennes, l’un des plus importants dossiers de coopération entre les deux pays.

Dans le domaine de la pisciculture, la première expérience dans le domaine en Mauritanie date de 2005 dans le lac « FOUM GLEITA » grâce à 8000 poissons importés du Sénégal et à la coopération entre les experts mauritaniens et sénégalais.

Source : RFI

Le ministre de l’habitat : Nous œuvrerons pour doter tous les services de l’Etat des bâtiments modernes

  • PDF

Le ministre de l’habitat : Nous œuvrerons pour doter tous les services de l’Etat des bâtiments modernesAMI - « Nous sommes là pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction de grands bâtiments publics, dont l’objectif est de doter tous les services de l’Etat des locaux modernes, et conforment aux normes.

Au niveau de l’extension du Centre Hospitalier de Nouakchott, des obstacles existent et entravent l’avancement du travail, et nous allons les remédiés, tandis que dans autres chantiers le travail suit son cours normal. Nous avons donné des recommandations pour la prise en compte de la dimension architecturale de chaque édifice».

C’est ce qu’a déclaré, dimanche, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, M. Sid’Ahmed Ould Mohamed, au terme d’une tournée d’information au niveau des chantiers de construction d’un complexe gouvernemental de neuf étages, situé à la place de l’ancienne villa de passage, de l’extension du Centre Hospitalier de Nouakchott, de nouveau local de l’Assemblée nationale et un autre complexe gouvernemental de plusieurs étages, situé aux environs du stade du Ksar.

Au niveau de chacune de ces étapes, le ministre a suivi des explications sur le déroulement du travail, les techniques suivies et la nature des difficultés rencontrées ainsi que le plan d’exécution et le délai définis dans le cahier de charges.

Le ministre était accompagné du secrétaire général du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire et du wali de Nouakchott-Ouest.

Source : AMI

Communiqué du Conseil des Minsitres du Mercredi 7 Juillet 2021

  • PDF

Communiqué du Conseil des Minsitres du Mercredi 7 Juillet 2021Le Conseil des Ministres s'est réuni le Mercredi 7 Juillet 2021 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.

Le Conseil a examiné et approuvé un projet de loi modifiant certaines dispositions de l’Ordonnance n°2005-015 en date du 5 Décembre 2005, relative à la Protection Pénale de l’Enfant.

Le présent projet de de loi vise à renforcer la lutte contre la récidive des mineurs, conformément aux engagements du Président de la République en matière de sécurité des personnes et des biens à laquelle les récidivistes portent une atteinte particulièrement intolérable.

A cet effet, il durcit la pratique judiciaire à l’encontre des récidivistes et définit les conditions dans lesquelles les juges peuvent décider de ne pas faire bénéficier les mineurs de plus de seize ans de l’atténuation de la responsabilité pénale notamment à l’encontre des auteurs d’infractions sexuelles contre les mineurs.

Le Conseil a également examiné et adopté un projet de décret portant modification du décret n°2004-027 du 1er Avril 2004 fixant le plafond des cotisations dues à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Le présent projet de décret vise à harmoniser la législation sociale à l’évolution socio-économique et à valoriser le rendement des agents soumis au régime de la sécurité sociale.

Informé des résultats de la visite de travail effectuée par son Excellence le Président de la République le lundi 05 juillet 2021 dans la wilaya du Trarza, le Conseil des Ministres a adressé ses remerciements et ses vives félicitations aux populations de cette wilaya en général et des Moughataas de Rosso et de Keur Macene en particulier pour la grande mobilisation et la chaleur de l'accueil réservé au Président de la République ainsi qu'à la délégation qui l'accompagnait au cours de cette importante visite durant laquelle il a supervisé le lancement de la campagne agricole 2021-2022 et a procédé à l'inauguration d'importants projets de développement et de services au profit des populations.

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre des Affaires Économiques et du Développement des Secteurs Productifs et le Ministre des Finances ont présenté une communication conjointe relative au dispositif national pour le développement de l’entreprenariat.

Cette communication vise à proposer un nouveau dispositif national pour faire face aux obstacles devant l’entreprenariat et promouvoir le développement des entreprises en Mauritanie.

Enfin, le Conseil a pris la mesure individuelle suivante:

Ministère de la Justice

Cabinet du Ministre

Conseiller Technique: El Heiba Ould El Qoutoub, Greffier en Chef.

Source : AMI

Diplomatie : le Chef de l’Etat en Mauritanie en début de semaine

  • PDF

Diplomatie : le Chef de l’Etat en Mauritanie en début de semaineSénégal7 - C’est iRadio qui donne l’information dans son édition de ce jeudi, le Chef de l’Etat Macky Sall se rend en Mauritanie en début de semaine dans le cadre des relations séculaires entre les deux pays.

Occasion qui sera saisie par la communauté sénégalais établie dans ce pays pour accueillir leur président et lui présenter leurs doléances.

En ce qui concerne les pêcheurs sénégalais, ils affirment que depuis l’arrivée du président Mohamed Ghazouani à la tête de la Mauritanie, ils n’éprouvent plus aucune difficulté pour détenir des permis de pêche.

Assane SEYE-Senegal7

 

Le président Ghazouani depuis Rosso : « la sécurité dans le pays est préservée et elle n’est pas négociable »

  • PDF

Le président Ghazouani depuis Rosso : « la sécurité dans le pays est préservée et elle n’est pas négociable »Sahara Médias - Le président mauritanien, Mohamed O. Cheikh Ghazouani, a déclaré lundi depuis la ville de Rosso que la sécurité dans le pays est préservée grâce à la vigilance des forces armées et de sécurité et l’éveil des citoyens, réaffirmant que la préservation de la sécurité dans le pays n’est pas négociable.

Le président Ghazouani qui donnait le coup d’envoi à la campagne agricole 2021-2022 et à d’autres projets d’infrastructures, a prononcé un mot improvisé axé sur la question de la sécurité dans le pays « préservée, Dieu Merci, a-t-il dit, grâce à la vigilance de nos forces armées et de sécurité et à l’éveil de nos citoyens ».

Le président Ghazouani a encore dit que la sécurité, à l’image d’autres faits, peut être perçue ou sentie, une réalité préservée grâce à l’éveil des citoyens et le rôle joué par les parties concernées par la sécurité, qu’il s’agisse de la sécurité face aux défis extérieurs ou la sécurité intérieure.

Ould Ghazouani a réaffirmé que « tout le monde doit s’empêcher de compromettre la sécurité de nos citoyens, la sécurité de notre pays, car celle-ci est l’affaire de tous dans chaque pays, et c’est même le fondement de chaque État ».

Le président Ghazouani a commencé son discours par remercier les populations de la wilaya du Trarza pour la chaleur de l’accueil et l’hospitalité auxquels ils ont habitué leurs hôtes.

Cette visite a encore dit le président de la république est destinée à lancer la campagne agricole 2021-2022, en inaugurant une série d’infrastructures agricoles ou encore des projets destinés à améliorer la situation des habitants de Rosso.

Il a qualifié de stratégique la ville de Rosso, car elle constitue la plus grande porte en direction de notre voisin, la république sœur du Sénégal, et a par ailleurs la particularité de disposer d’un potentiel important en eau et de grands espaces de terres arables pour les besoins de l’agriculture.

Ould Ghazouani a appelé à ce que la wilaya du Trarza soit la locomotive de l’effort national sur la voie de la sécurité alimentaire du pays afin de parvenir à l’autosuffisance alimentaire en légumes et en céréales les plus consommés.

Le président de la république a déclaré qu’il était conscient des difficultés rencontrées par les agriculteurs sur différents plans, comme par exemple le problème des financements, celui des assurances agricoles, la protection de la production et ben d’autres.

« C’est pour résoudre ces problèmes, a notamment déclaré le président Ghazouani, qu’est intervenue la dernière restructuration du gouvernement réservant deux ministères distincts à l’agriculture et à l’élevage afin que chacun d’entre eux puissent avoir son propre staff.

Source : Sahara Médias

L’ancien président Aziz refuse de recevoir une délégation du MNPCT

  • PDF

L’ancien président Aziz refuse de recevoir une délégation du MNPCTSahara Médias - L’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz a refusé lundi de recevoir une délégation du mécanisme national pour la prévention contre la torture qui s’était rendu dans son lieu de détention.

Une information confirmée par l’institution dans son communiqué publié lundi, qui précise cependant qu’elle a eu l’assurance de la part de ceux qui ont en charge la gestion des lieux que les conditions de détention de l’ancien président sont bonnes.

Ce mécanisme avait été créé le 10 septembre 2015 en application de la convention internationale pour la prévention de la torture que la Mauritanie a ratifié.

Elle peut procéder à des visites organisées ou inopinées et à tout moment et dans tous les lieux où pourraient se trouver des personnes privées de leur liberté, afin de se rendre compte de leurs conditions de détention.

Elle peut visiter les personnes privées de liberté dans leur lieu de détention de manière régulière afin de renforcer leur protection au besoin contre la torture et toutes autres formes de sanctions ou traitement cruel.

Mohamed O. Abdel Aziz, détenu depuis le 22 juin, avait déjà refusé de recevoir une délégation de la commission nationale des droits de l’homme.

Source : Sahara Médias

Ghazouani : « les auteurs des rumeurs malveillantes jouent avec le feu et je le leur déconseille vivement»

  • PDF

Ghazouani : « les auteurs des rumeurs malveillantes jouent avec le feu et je le leur déconseille vivement»Sahara Médias - Le président Ghazouani a déclaré lundi à Rosso que certains « profitent de la révolution technologique pour perturber la quiétude générale à travers la diffusion de rumeurs malveillantes et un discours de haine, un comportement inacceptable ».

Le président évoquait la question de la sécurité dans le pays a affirmé que celle-ci est assurée dans le pays quand bien même elle souffrirait du « mauvais usage fait de l’internet, négatif et inacceptable. »

Ghazouani a ajouté qu’il souhaitait que cette technologie soit utilisée pour accélérer l’acheminement des connaissances, les libertés dans le domaine de l’information et la presse et les libertés individuelles et générales.

Il a ajouté qu’il est cependant inacceptable que ces technologies soient mises à profit pour perturber la quiétude générale en véhiculant des rumeurs mensongères pour opposer certaines composantes de notre peuple à d’autres.

Le président a rassuré cependant en réaffirmant que celui qui s’adonne à tels agissements joue avec le feu et qu’il voudrait l’en dissuader.

Le président a dit que les autorités concernées planchent actuellement sur des textes juridiques à même de mettre fin à ce phénomène destructeur, rassurant cependant que les libertés individuelles et collectives garanties par la constitution seront préservées.

Ould Ghazouani a souhaité que cette révolution technologique ait été utilisée pour appuyer les libertés générales, celles de la presse et à véhiculer des données à temps.

« C’est ce que nous souhaitons a notamment dit le chef de l’état et son contraire est tout simplement inacceptable».

Source : Sahara Médias

 

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Mercredi 30 Juin 2021

  • PDF

Communiqué du Conseil des Minsitres du Mercredi 30 Juin 2021AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le Mercredi 30 Juin 2021 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre du Pétrole, des Mines et de l’Énergie a présenté une communication relative au Programme de Transformation du secteur de l’électricité.

Cette communication passe en revue les défis du secteur de l'électricité et présente les grandes lignes d'un programme ambitieux d'assainissement et de transformation dudit secteur afin de lui permettre de jouer son rôle de catalyseur de développement économique et social du pays.


Le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire a présenté une communication relative à la problématique de l’urbanisme à Nouakchott.


La présente communication a pour objet de présenter la problématique liée à l’urbanisme de la ville de Nouakchott, les solutions proposées conformément aux orientations stratégiques du Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) à l’horizon 2040.


Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes:


Ministère de la Justice


Cabinet du Ministre


Monsieur Ahmed Haroun Cheikh Sidiya, conseiller technique du Ministre, est mis fin à ses fonctions.


Ministère de l’Agriculture


Cabinet du Ministre


Chargé de Mission : Mohamed Nemine, précédemment conseiller technique chargé du CILSS


Conseiller Technique Chargé des Filières Agricoles et de la Protection des Végétaux : Adama Abdellahi Barry, titulaire d’un doctorat en protection des végétaux,


Conseiller Technique Chargé de la Formation et de la Recherche Agricole : Mohamed Moctar Ould Sidi Mohamed, Ingénieur agronome.


Conseiller Technique Chargé de l’Agroéconomie : Moulay M’hamed Moulay Ahmed, précédemment Conseiller Technique chargé de la Formation et de la Recherche Agricole.


Conseiller Technique chargé du CILSS: Mohamed Ould Ahmed Bennane Ingénieur Agronome, précédemment cadre au cabinet du Ministre.


Inspections Interne


Inspecteur : Taleb Ely Ould Taleb Ahmed, précédemment Directeur de l’ex direction Statistiques et informations agricoles.


Cellule Chargé de Communication


Coordinateur : El Ghoutoub Mohamed Abdellahi Bellil, titulaire d’une maitrise en civilisation et médias.


Administrations Centrale


Direction de la Planification, des Statistiques, de la Coopération et du Suivi-évaluation


Directeur : Abdellahi Baba Zeyad, précédemment directeur des Stratégies, de la Coopération et du Suivi-évaluation.


Direction du Développement des Filières Agricoles


Directeur : Baba Ahmed Neghra, précédemment même poste.


Direction de la Protection des Végétaux


Directeur : Sidi Mohamed El Ghassem, précédemment Directeur Général du Ferme M’pourié.


Direction de l’Aménagement Rural


Directeur : Sidi Mohamed M’Kheitir, précédemment même poste.


Direction des Affaires Administrative et Financières


Directeur : Baba Cheikh Sid’Ahmed, précédemment même poste


Etablissement Publics


Ferme M’Pourié


Directeur Général : Khatri Ould Attigh, précédemment Délégué Régional du Trarza.


Ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle


Cabinet du Ministre


Chargé de Mission: Jemal Oumar, titulaire d'un DEA en histoire contemporaine de l'Université du Caire


Direction des Ressources Humaines


Directeur Adjoint: Alassane Amadou Daff, précédemment Directeur Adjoint des Affaires Administratives et Financières


Direction des Affaires Administratives et Financières


Directeur: Baba Ould Abdellhi, précédemment Directeur Adjoint des Ressources Humaines


Directeur Adjoint: Cheikh Limam Mohamed El Hassen, précédemment chef service des moyens généraux


Ministère de l'Action Sociale, de l'Enfance et de la Famille


Cabinet du Ministre


Conseiller Technique chargé des Affaires Juridiques: Ahmed Ould Messoud, précédemment Substitut du Procureur près la Cour Suprême.


Administration Centrale


Direction des Ressources Humaines


Directeur: Yahfdhou Ould El Hassen Ould ELmouhab, titulaire d'un DESS en Psychothérapie.

Source : AMI

Et si Mauritanie méritait son Président?

  • PDF

Et si Mauritanie méritait son Président?Le Rénovateur Quotidien - Pendant que le débat enfle sur l’empire financier de l’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz, mis en cause dans une affaire de présumé scandale de biens mals acquis qui lui a valu des poursuites judiciaires et aujourd’hui une détention préventive, l’opinion publique en vient à se poser des questions sur la moralité de ses dirigeants.

L’homme qui est visé par des faits aussi gravissimes s’est fait passer pendant 10 ans pour un apôtre de la gestion vertueuse des deniers publics. Il a fait » vomir » à des hommes d’affaires ,hauts dignitaires des régimes précédents et même des siens des milliards de billets de banque.

Aussitôt hors du palais il sera épinglé par les mêmes mauvaises pratiques qu’il disait abhorer. Son successeur riant sous cap doit-il aller au-delà du simple sujet Aziz pour montrer que nul n’est au-dessus de la loi.

En déclarant le 1er août 2019 son patrimoine devant la Commission pour la Transparence financière dans la vie publique, Mohamed Ould Ghazouani, s’est-il contenté d’accomplir un geste symbolique passé d’ailleurs inaperçu dans un contexte où les mauritaniens sortaient d’une élection émaillée de violences. Rien n’avait filtré sur ce patrimoine pour donner une idée sur ses biens sachant qu’il est difficile de savoir ce que possèdent réellement nos dirigeants.

Tout ce que l’on sait est que le document établissant ladite déclaration de patrimoine fut remis au Rapporteur de la Commission pour la Transparence financière dans la vie publique, en présence du président de la Cour suprême et du président de cette Commission.

Mohamed Ould Abdel Aziz qui avait avant son successeur passé cet examen de conscience plutôt ce trompe-l’oeil peut-il honnêtement se regarder dans la glace et fixer les mauritaniens droit dans les yeux? A son tour et pour l’histoire Ghazouani doit bien jouer la transparence avec les mauritaniens. Car pour combattre un mal faudrait être le premier à donner le bon exemple. Il pourrait durant tout son mandat bénéficier des préjugés favorables tant que lui et ses proches ne grugent les marchés publics.

Tant que les rumeurs sur ses présumés palais personnels tres valeureux qui alimentant les débats contradictoires au centre desquels lui et son ancien camarade sont les pièces maîtresses. Tant que les investissements colossaux (bien couverts) dans des filières commerciales juteuses qu’on lui prête par l’intermédiaire de ses plus proches ne dépassent pas le stade de montage à dessein de nuire. Tant que l’influence familiale ne prenne les allures de l’état dans l’état. Tant que les énormes opportunités économiques et financières ne soient un mirage lointain pour un pays pauvre de plus en plus peuplé par des millions de misérables faute d’une gestion saine et rigoureuse.

En Afrique la première dame tire toujours les ficelles de l’appareil d’État. En Mauritanie elle pèse de son poids avec une grande ascendance sur les décisions de nominations et d’octroi de grands privilèges. Plus son apparition sous les caméras est régulière mieux cette image plane sur le palais. Même discrète sa main fait bouger les pions.

Ghazouani doit tenir la dragée haute. Car le défi est de taille. Mais le temps n’attend pas les retards dans le passage à l’offensive. Les lignes de front ouvertes sont nombreuses pour savoir bien manœuvrer. Le social, l’éducation, la santé, l’employabilité des jeunes, les discriminations…

Le gouvernement doit être à la pointe du combat sous la houlette du Président dont l’effacement royal donne l’impression d’une indifférence sur la prise en main des grands problèmes du pays. Sans se calfeutrer dans le confort des salons somptueux. La bataille se situe sur le terrain, le partage sous le soleil et les vents de cette misère populaire.

Sans se faire raconter…Sans croire aux mensonges des médias officiels. Ni aux fanfaronnades des laudateurs.

Il est temps, grand temps que la Mauritanie mérite son Président!

Source : Le Rénovateur Quotidien

Mauritanie : mise en place d’une base de données pour les empreintes des criminels

  • PDF

Mauritanie : mise en place d’une base de données pour les empreintes des criminelsSahara Médias - Le ministre mauritanien de l’intérieur et de la décentralisation Mohamed Salem O. Merzoug a déclaré lundi que le gouvernement travaille à la mise en place d’une direction scientifique et technique spécialisée dans l’examen des empreintes digitales lors des enquêtes criminelles en Mauritanie.

Le ministre qui s’exprimait devant les députés lors d’une séance plénière à propos de la propagation de la criminalité, a révélé que la nouvelle direction disposera d’un laboratoire équipé de moyens techniques modernes à même de contribuer à faire la lumière sur les crimes dans l’avenir.

Ould Merzoug a ajouté que le ministère, dans le même ordre d’idées, va créer une base des données spéciales relatives aux criminels accusés de viols et de meurtres.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du plan annoncé récemment par le gouvernement pour combattre la criminalité en milieu urbain, notamment après les demandes répétées des populations pour assurer leur protection et leur sécurité face à la propagation des meurtres et des viols.

Devant les députés, le ministre de l’intérieur a affirmé que le taux de la criminalité dans le pays a baissé depuis l’arrivée au pouvoir du président Ghazouani en 2019.

Le ministre qui a reconnu que la police auparavant était dans l’impossibilité d’entrer dans certains quartiers de la capitale, qui sont aujourd’hui sécurisés et des passages ouverts à l’intérieur de ceux-ci.

Ould Merzoug a balayé du revers de la main les informations selon lesquelles la capitale connait un dérapage sécuritaire, réaffirmant que l’état avait tous les moyens d’assurer la sécurité et que personne n’était à mesure de défier le pays ou les autorités ou de perturber sa sécurité ou sa stabilité.

Source : Sahara Médias

Tawassoul : Nous rejetons la politisation du dossier de l’ancien président et exigeons un procès équitable

  • PDF

Tawassoul : Nous rejetons la politisation du dossier de l’ancien président et exigeons un procès équitableAdrar-Info - Le chef du parti d’opposition Rassemblement National pour la Réforme et le Développement (Tawassoul ), Mohamed Mahmoud Ould Seyidi, a déclaré que le parti exige un procès équitable et impartial pour l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz, et refuse la politisation de son dossier.

Ould Seyidi a ajouté, dans un entretien avec des personnalités de son parti à Nouadhibou, que leur position sur le dossier est complexe :

D’une part, ils ne veulent pas entrer dans les détails des accusations portées contre lui ou l’accabler, malgré leurs positions antérieures le concernant, et comment ils ont réussi à trouver la position appropriée en refusant que le pays soit dirigé de manière illégale.

Le deuxième point est que le dossier est maintenant entre les mains du pouvoir judiciaire. Ils ne bousculent pas ce dernier, ne lui suggèrent rien , ne font pas pression sur les juges, et attendent ce que le pouvoir judiciaire décidera du dossier qu’il a ouvert depuis quelques mois.

Ould Seyidi a conclu en disant : « Le troisième et dernier point est notre adhésion à un procès équitable et à l’examen du dossier de manière intégrée et globale.

Source :www.zahraainfo.com

Traduit par Adrar.info

Du locataire du palais brun à l’hôtel des barreaux… le temps de la méditation!

  • PDF

Du locataire du palais  brun à l’hôtel des barreaux…  le temps de la méditation!Le Rénovateur Quotidien - Entre ce qui reste du clan de l’ancien président Mohamed Ould Andel Aziz et les soutiens de Ghazouani, c’est la guerre des tranchées.

Sur les réseaux sociaux notamment Whatsapp, les audios et vidéos circulent sans arrêt. La toile est investie par les zélateurs de chaque camp qui s’y donnent à cœur joie. Des tirs croisés nourris d’interminables salves de médisances et d’indécentes descentes alternant débilités et insanités sans servir ni les deux clans en.guerre moins encore les autres mauritaniens qui suivent ce spectacle abracadabrant.

Ce qui est plus remarquable dans ces accrochages, c’est la manipulation orchestrée par les lobbys de l’ancien système qui a changé de camp usant des méthodes d’antan pour se retourner contre le maître d’hier lâché cyniquement par ceux -la mêmes qui se prosternaient pour lui.

Mais la machine de guerre du pauvre Aziz tente de résister en introduisant toujours de nouveaux recrus dans le rang de jeunes snipeurs des réseaux sociaux.

Dans un enregistrement audio, un de ces défenseurs de l’ancien président laisse éclater sa colère sans perdre la lucidité pour faire un procès accablant du pouvoir actuel qu’il défie de lui apporter une seule réalisation qui ne soit l’appropriation des œuvres de son mentor Aziz. Relevant au passage le rôle actif joué par les proches de la famille présidentielle dans l’arrestation de Ould Abdel Aziz.

Pour dédouaner le détenu Aziz, son carré de fidèles parle de règlement de comptes « honteux et lâché » visant à réduire au silence un homme qui dérange le régime en place selon eux, qui n’a rien fait bouger et pour cacher ses échecs s’engouffre dans le dossier de corruption et de blanchiment des biens publics pour divertir les mauritaniens. Comme si cela ne suffisait pas, il choisit l’ultime recours à la force pour l’envoyer aux » enfers » terrestres.

Ce à quoi le cercle Ghazouanien balaie d’un coup de pied comme celui qu’il vient d’administrer à l’ancien locataire du palais brun devenu l’hôte des barreaux de la police. En attendant la suite de cet épisode éprouvant. Aziz médite déjà sur son sort et surtout sur l’accélération de la roue du destin.

Lui qui hier au sommet de sa gloire craint et intraitable se retrouve comme dans un cauchemar réduit à un homme tournant dans un univers Kafkaïen L’histoire a ses raisons que seule la raison d’état connaît pourrait-on bien dire!

CTD

La Mauritanie et la Russie signent un accord de coopération militaire

  • PDF

La Mauritanie et la Russie signent un accord de coopération militaireEssahraa - Le ministre mauritanien de la Défense Hanena Ould Sidi et le vice-ministre russe de la Défense Alexander Fomin ont signé un accord de coopération militaire entre les deux pays.

Le document matérialisant ledit accord avait été signé au cours d'une réunion tenue en marge de la neuvième Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, indique un communiqué publié en anglais sur le site Internet du ministère russe de la Défense.

Les deux parties ont souligné l'importance de développer la coopération militaire russo-mauritanienne et leur volonté de commencer à mettre en œuvre l'accord dès que possible.

Source : Essahara

Le Président de la République supervise le lancement de l’assurance maladie pour 100 000 ménages pauvres

  • PDF

Le Président de la République supervise le lancement de l’assurance maladie pour 100 000 ménages pauvresAMI - Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a supervisé, vendredi à Nouakchott, la cérémonie du lancement officiel d'une assurance maladie complète et gratuite pour 100 000 ménages les plus pauvres.

A cette occasion, le Président de la République a remis des cartes d’assurance maladie gratuite à certains bénéficiaires issus des différentes wilayas du pays.

L’opération constitue la concrétisation l’engagement du Président de la République de rehausser le niveau des ménages les plus pauvres et les plus vulnérables, et de leur faciliter l’accès aux services de base y compris les services sanitaires de qualité.

L’objectif de ce programme est de faire bénéficier cent mille ménages pauvres, soit environ six cent vingt mille personnes d’une assurance maladie gratuite.

Les prestations couvertes par l’assurance maladie complète et gratuite sont :

- Les soins ambulatoires : Préventions, consultations, traitements et les services auxiliaires ;

- Les soins hospitaliers : Consultations, Chirurgies, traitements et services

- Les évacuations pour soins nécessaires listés ;

- Les listes des spécialités et des actes médicaux et paramédicaux ;

- Les appareillages ;

- Les frais des transports médicaux.

Ce premier lot de bénéficiaires comprend environ cent sept mille individus, y compris les personnes vivants avec un handicap ou une maladie chronique.

Le processus d'intégration de ces ménages cibles à l'assurance maladie Gratuite et complète se poursuivra pour couvrir l’ensemble des 100 000 ménages ciblés d’ fin de 2021.

Notons que l’Assurance maladie est considérée comme l'un des principaux leviers du développement économique et social des nations, car elle permet aux bénéficiaires d'accéder aux services de santé, de limiter les dépenses liés aux traitements en cas de maladie de l'individu, de renforcer la cohésion sociale et réduit les inégalités et les disparités sociales et leurs conséquences négatives.

La cérémonie de lancement officiel s’est déroulée en présence du Premier ministre, des présidents des institutions constitutionnelles nationales, des membres du gouvernement, de certains membres du corps diplomatique et d’un grand nombre d’invités.

Source : AMI

Le remaniement ministérel emporte le Commissaire à la Sécurité alimentaire, Boukhreiss recyclé

  • PDF

Le remaniement ministérel emporte le Commissaire à la Sécurité alimentaire, Boukhreiss recycléLe remaniement ministériel de ce mercredi 26 mai a emporté le Commissaire à la Sécurité alimentaire, en l'occurence Hbibi ould Ham. Hacena ould Boukhreiss ( Droits de l'Homme) s'en va au ministère de l'Assainissement et de l'Hydraulique.

Dans la foulée, la Présidence de la République a annoncé que par décret en date de ce jour, mercredi, M. Cheikh Ahmed Ould Ould Ahmed Salem Ould Sidi est nommé Commissaire aux Droits de l'homme, à l'Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile.

La Présidence de la République a également annoncé la nomination de Mme Toutou Mint Mahfoudh Ould Khattri au poste de Commissaire à la Sécurité alimentaire.

Par La rédaction de Cridem

La Présidence de la République annonce un remaniement ministériel

  • PDF

 

La Présidence de la République annonce un remaniement ministérielAMI - La Présidence de la République a annoncé, en date de ce jour (mercredi, ndlr), un remaniement ministériel, en vertu d’un décret, et sur proposition du Premier ministre.

Aux termes de cet aménagement les personnalités suivantes ont été nommées :

Ministre de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif : Mohamed Melainine Ould Eyih ;

Ministre de la Santé : Sidi Ould Zahaf ;

Ministre de la Fonction publique et du Travail : Camara Saloum Mohamed ;


Ministre de la Transformation numérique de l’Innovation et de la Modernisation de l’Administration : Abdel Aziz Ould Dahi ;


Ministre des Pêches et de l’Économie maritime : Dy Ould Zein ;


Ministre de l’Agriculture : Sidina Ould Sidi Mohamed Ould Ahmed Ely ;


Ministre de l’Élevage : Lemrabott Ould Bennahi ;


Ministre du Commerce, de l'Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme : Naha Mint Hamdi Ould Mouknass ;


Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Taleb Ould Sid Ahmed ;


Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire : Sid' Ahmed Ould Mohamed ;


Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement : Mohamed El Hacen Ould Boukhreiss ;


Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Amal Sidi Cheikh Abdallahi ;


Ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Relations avec le Parlement, Porte- parole du gouvernement : Moktar Ould Dahi ;


Ministre de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Famille : Naha Mint Haroune Ould Cheikh Sidiya

Source : AMI