Sun03072021

Last update09:22:38 AM GMT

Back Justice

Justice

Faits Divers

Teyarett: Les habitants de la poche 10 protestent contre l'attribution de leurs terrains à des influents

Teyarett: Les habitants de la poche 10 protestent contre l'attribution de leurs terrains à des influentsAl-akhbar - Les habitants du secteur dit poche 10, relevant de la moughataa de Teyarett, à Nouakchott Nord, ont protesté le mardi 16 février courant, devant le ministère de l’habitat, de l'urbanisme et de l’aménagement du territoire, contre l’attribution de leurs parcelles de terrain à des personnalités influentes et des hommes d’affaires.

« Nous n’avons ménagé aucun effort pour éviter de déranger le gouvernement, mais la ministre de l’habitat a persisté dans sa volonté despotique, après sa tentative d’exproprier les parcelles pour le compte d’hommes puissants », dit Savia Mint Mohamed Moustapha.

Elle a qualifié également de surprenant et d’inacceptable, la conduite de la ministre, relative à la démolition des habitations du secteur précité et la remise des parcelles à des tiers, appelant le Président Mohamed Ould Ghazouani à la révoquer de ses fonctions.

Mahmoud Allah Ould Cheikh, l’une des victimes de la poche 10, affirme pour sa part, qu’ils détiennent des documents et un plan architectural confirmant la reconnaissance du ministère de tutelle de leur droit de propriété du secteur, accusant la ministre d’octroyer les terrains à un proche.

Les habitants de la poche 10 avaient initié leur mouvement de protestation dénonçant la démolition de leurs maisons, au cours de la période de l’ex Premier ministre Ismail Bedda Ould Cheikh Sidiya, rappelle-t-on.

Edité par Al-akhbar

Traduit de l’Arabe par Cridem

L'Article Original

 

1269 cas de violence envers les femmes et les enfants en 2020

Les organisations non gouvernementales qui s'occupent des affaires sociales ne chôment pas. Après la publication  des rapports de plusieurs d'entre elles sur les viols au cours de l'année passée, voilà l'Association mauritanienne de la santé de la Mère et de l'Enfant qui vient de présenter le sien. Il fait état de 1269 cas de violence contre les femmes et les enfants au cours de l'année 2020. 351 ont été suivi de viols : 14 perpétrés sur des enfants de moins cinq ans ; 62 entre onze et seize ans ; 129  entre seize et dix-huit ans ; 146 au-delà. On compte 21garçons en ce triste lot.

Sur sa page électronique, l’association déplore que ses violences soient trop souvent taboues dans la société mauritanienne et insiste sur la nécessité de changer les mentalités, afin d’exiger, de tous, le respect de la spécificité de la femme et de l’enfant et d’en préserver partout les droits.

Mosy

Source : lecalame.info

Meurtre à Neteg : Papa « Essellal » avoue son forfait

Comme tout le monde le sait, la banlieue Sud de Nouakchott est classée par la police en zone à très haut risque. Le taux de criminalité y est particulièrement élevé. Des crimes en tout genre y sont commis quotidiennement.

Le quartier Neteg ne fait pas exception  à cette règle. Mercredi 13 Janvier vers le crépuscule, des témoins y remarquent deux jeunes hommes qui semblent se disputer un peu à l’écart d’une rue. Tout-à-coup, l'un d'eux poignarde l’autre et prend ses jambes à son cou. Le blessé s'écroule, baignant dans son sang… on s'approche  pour constater qu'il est déjà mort. La police vient sur place pour garder le lieu jusqu'à la fin des formalités habituelles. On évacue le cadavre à la morgue de l'hôpital de l'Amitié où il est identifié :un dépravé connu dans les commissariats et les prisons sous le pseudonyme de Papa « Bousneïna ». Une enquête est ouverte par le commissariat de police El Mina1. Vingt-quatre heures plus tard, un suspect est épinglé à Riyad : Papa « Essellal », un multirécidiviste fraîchement relâché du bagne. Lors de son audition, il avoue avoir eu une dispute avec son complice autour d'un téléphone portable dont ils avaient délesté la veille une victime qu'ils avaient agressée et braquée. Le défunt voulait le vendre alors que Papa « Essellal » l’exigeait pour ses besoins personnels. L'instruction de l’affaire est en cours. Après la reconstitution du meurtre, Papa sera envoyé vers le centre de confinement qui précède l'incarcération.

Le blessé des jardins décède au CHN

Les jardins maraîchers situés entre la Medina 3 et Sebkha  sont un terrain « traditionnel »des malfaiteurs et voyous en quête de proies. Le fameux Gougouhy terrorisales jardiniers et nombre de passants. Un bandit guinéen à coiffure rasta y sema lui aussi la peur avant d'être arrêté et expulsé du pays. On ne compte plus les victimes de braquages, agressions et même viols dans ces jardins maraîchers, parfois en plein jour.

Jeudi 14 Janvier vers 22 h, des passants découvrent, dans un des sentiers qui séparent les jardins, un homme à terre, grièvement blessé, inconscient  et ensanglanté. On l'évacue sans tarder aux urgences du Centre hospitalier national où il décède avant d’avoir reçu le moindre soin, négligence habituelle du service aidant. Après son identification par la police – Mouadh ould Badili, connu des fichiers – une enquête est diligentée par la fameuse Brigade de recherche du banditisme (BRB). Deux jours plus tard une piste conduit à Modou Cissé, un récidiviste étranger qui avoue avoir poignardé à mort feu ould Badili.  Le meurtrier est placé en garde à vue au commissariat de police Sebkha 2, avant la période de confinement post-carcérale.
La même nuit, une bande a agressé et blessé grièvement Brahim, commerçant à Dar ElBeïdha, avant de s’enfuir. Aux dernières nouvelles, ils courent toujours sans que la police n’ait encore pu les identifier.

Plus de trois cent viols en 2020

Le viol est malheureusement devenu quotidien en Mauritanie, avec une forte progression, ces dernières années, de celui perpétré sur des mineures. La majeure partie reste cependant inconnue, en raison du tabou pesant sur notre société. Règle générale, ce sont donc seulement au constat de grossesse qu’ils sont déclarés, malgré le travail de sensibilisation que mènent diverses ONG. De vrais monstres continuent à échapper à la justice, comme le tristement fameux violeur de Nouakchott qui court depuis 2004, après avoir violé plusieurs bébés de moins de deux ans.

Lourd bilan pour l’année écoulée, selon les chiffres avancés par ces ONG et confirmés par la police. La majorité des viols ont été perpétrés par des voisins des victimes :87 ;les bandits déclarés les suivant de peu : 83. Les amis des familles victimes arrivent en troisième position : 40. La quatrième place revient aux « inconnus » qu'on peut classer eux aussi comme malfaiteurs : 23. Viennent ensuite les taximen : 18 ; les domestiques et employés de maison : 16 ;les boutiquiers : 9 ; les oncles maternels des victimes : 7. Hommes en uniformes (4), maris des mamans des victimes (4), maîtres de Coran et condisciples de Mahadra (4). Les derniers de ce sinistre classement sont les parents qui habitent chez les victimes : 3.

Mosy


Mauritanie/Sécurité: La gendarmerie démantèle un réseau de passeurs de clandestins

 

Mauritanie/Sécurité: La gendarmerie démantèle un réseau de passeurs de clandestinsTawary - Une brigade de la gendarmerie nationale a arrêté, ce mardi 19 janvier 2021, à Nouakchott, un réseau de passeurs de clandestins vers l’Europe.

Au cours de cette opération, 150 personnes de différentes nationalités, en situation illégale ont été interpellées dans les wilaya de Nouakchott Ouest et Sud (Sebkha et dEl Mina). Les groupes sont entrés dans le pays par le canal de cette bande qui compte les faciliter le passage vers l’Europe, selon les informations.

Dans une déclaration faite à la Télévision Mauritaniya, le Colonel Dey Bamba Yezid, Commandant de la Zone-Ouest, a souligné que les éléments de la brigade de la gendarmerie ont mis la main sur les membres du réseau et un important matériel de transport et logistique.

L'opération de démantèlement de cette bande a duré quelques jours, dit-on. Dès la fin de l’enquête, les membres de ce réseau et les inculpés seront traduits en justice, a-t-il précisé.

Source : Tawary

Mauritanie : saisie de 16 000 cartouches de Kalachnikov sur un individu

Arrestation d’une personne en possession de 16.000 balles de Kalachnikov à Tintane dans l’Est du paysCe lundi 11 janvier, la police mauritanienne a réussi une opération de taille. Elle a procédé à l'arrestation d'un individu qui était en possession de 16.000 cartouches de kalachnikov. L'information est donnée par Alakhbar. L'interpellation a eu lieu à Tintane, une commune du sud de la Mauritanie, située dans la région de Hodh El Gharbi.

Cette affaire qui devra être élucidée, rappelle un cas similaire qui a secoué le Sénégal et la Mauritanie courant octobre 2019.

A l'époque, c'est 3900 munitions de calibre 7,62 mm qui avaient été dérobées dans un stock de l'armée sénégalaise.

Intercepté à Pire, dans le département de Tivaouane, le conducteur du véhicule dans lequel était transportée la marchandise qui devait être livrée à Rosso, à la frontière avec la Mauritanie, a mouillé un autre chauffeur sénégalais.

Arrêté et entendu à son tour, il a livré le nom du mauritanien impliqué dans ce trafic peu ordinaire au cœur duquel se trouvait un membre des forces armées sénégalaises. 

Pour dédramatiser cette affaire, la république islamique de Mauritanie avait précisé que les munitions étaient destinées à l'association de tir à la cible traditionnelle, sans convaincre.

Source : Dakaractu.com

Une fille retire 5 millions du compte bancaire de son beau-père et file tout droit vers le Sénégal

Une fille retire 5 millions du compte bancaire de son beau-père et file tout droit vers le SénégalElhawadith - Une famille résidant dans le quartier E-Nord relevant de la moughataa de Tevragh-Zeina, a fait l’objet d’un vol à la fin du mois de décembre dernier, ont révélé des sources généralement bien informées.

Le père de la famille affirme qu’un montant de 5 millions anciennes ouguiyas avait été retiré de son compte bancaire.

La pièce d’état civil qui a servi au retrait dudit montant appartient, selon une enquête diligentée par la police, à la belle-fille de la famille, dont l’époux vit au Canada, indique-t-on.

La suspecte vivait chez ses beaux-parents et se trouvait parmi eux, au moment des faits, avant de leur faire part de son souhait de passer quelques jours hors de la capitale Nouakchott avec les siens.

Mais, après investigations, il s’est avéré qu’elle a filé droit vers le Sénégal et qu’elle a été aidée dans son larcin par l’ami de son époux avec la complicité de ce dernier, qu’elle devra retrouver une fois hors de la Mauritanie, selon les sources précitées.

Edité par Elhawadith

Traduit de l’Arabe par Cridem

L'Article Original

Une patrouille militaire mauritanienne objet de tirs de feu après s’être approchée d’une position défensive marocaine

Une patrouille militaire mauritanienne objet de tirs de feu après s’être approchée d’une position défensive marocaineAMI - Un communiqué de l'Armée mauritanienne publié aujourd'hui, mercredi, indique qu’ "à la suite de l'enquête préliminaire menée après qu'une patrouille militaire ait fait l’objet de tirs de feu mardi soir, il s'est avéré que la patrouille s'était approchée de la position défensive d'une force marocaine qui l’a considérée comme cible hostile".

Le communiqué souligne que les éléments de la patrouille ont riposté à la source des tirs conformément aux règles d’accrochages, avant que l’identification ne soit établie et que cesse la fusillade, précisant en même temps qu’aucun dégât n’a été enregistré du côté des éléments de la patrouille.

L'armée marocaine tire par erreur sur un véhicule de l'armée mauritanienne (Al-akhbar)

L’armée marocaine a tiré par erreur sur un véhicule appartenant à l'armée mauritanienne, près de la zone de Boulenouar, relevant de la wilaya de Dakhet-Nouahibou.

Aucun dégât n’a été enregistré dans l’incident qui a été réglé à l’amiable, ont révélé des sources locales mauritaniennes.

L’incident intervient au lendemain de la tenue de la seconde réunion de la commission militaire mixte mauritano-marocaine, organisée lundi passé à Nouakchott.

La rencontre avait été coprésidée par le Chef d’état-major général des Armées mauritaniennes, le Général de Division Mohamed Bamba Meguett et l’Inspecteur général des Forces Armées Royales marocaines, le Général Abdelfatah Louarak, rappelle-t-on.

Edité par Alakhbar

Traduit de l’Arabe par Cridem

France: trois gendarmes tués, un quatrième blessé par un forcené

Un gendarme guide les pompiers à Saint-Just, près de l'endroit où trois gendarmes ont été tués et l'un blessé par un forcené dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 décembre.Les gendarmes avaient été appelés dans la nuit de mardi à mercredi pour porter secours à une femme qui avait trouvé refuge sur le toit d'une maison. Le suspect, un homme de 48 ans, a été retrouvé mort.

Trois gendarmes ont été tués et un quatrième blessé par un forcené dans un hameau isolé du Puy-de Dôme dans le centre de la France, dans la nuit de mardi 22 décembre à mercredi 23 décembre, selon l'Agence France-presse (AFP).

Les victimes sont le brigadier Arno Mavel (21 ans), le lieutenant Cyrille Morel (45 ans) et l'adjudant Rémi Dupuis (37 ans), a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Ils étaient affectés à la compagnie de gendarmerie d'Ambert.

Le suspect, un homme de 48 ans, « a été retrouvé mort dans son véhicule, a priori un suicide », a indiqué l'entourage du ministre de l'Intérieur.

Violence intra-familiale

Les militaires ont été blessés mortellement par arme à feu par l'homme de 48 ans alors qu'ils tentaient de porter secours à une femme ayant trouvé refuge sur le toit d'une maison, près du village de Saint-Just, dans la région de Clermont-Ferrand.

Peu après minuit, deux gendarmes, alertés pour des faits de violence sur conjoint ont été visés par des tirs, après avoir tenté de s'approcher de la maison où la femme menacée s'était réfugiée. L'un d'eux est décédé des suites de ses blessures tandis que le deuxième, blessé à la cuisse, a été transporté à l'hôpital par les pompiers.

« C'est une opération de gendarmerie qui s'inscrit dans un cadre de violence intra-familiale qui a connu des suites toujours en cours de développement », a indiqué la préfecture du Puy-de-Dôme.

Participation du GIGN

Après avoir mis le feu à sa maison, le forcené a de nouveau tiré sur les gendarmes présents aux abords de l'habitation, faisant deux nouvelles victimes parmi les militaires, a confirmé à l'AFP le parquet de Clermont-Ferrand, qui précise que la femme a été mise en sécurité. Les pompiers n'ont pu s'approcher des deux hommes qu'après plusieurs dizaines de minutes, le temps de sécuriser le périmètre. Appelé sur les lieux du drame, le Samu n'a rien pu faire pour les ranimer.

De très importants moyens avaient été mis en œuvre dans la nuit pour appréhender le suspect, avec quelque 300 militaires déployés, dont un escadron de gendarmerie mobile, ainsi que des brigades cynophiles, des membres du GIGN et un hélicoptère.

L'auteur des coups de feu mortels serait connu pour des faits liés à des problèmes de garde d'enfant. La femme menacée est actuellement interrogée pour tenter de faire la lumière sur les faits.

Hommage unanime de la classe politique

Le président Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes sur Twitter, les qualifiant de « héros » ayant agi « au péril de leur vie ».

Le Premier ministre Jean Castex a également salué la mémoire des trois militaires, en soulignant que ce drame « endeuill(ait) le pays tout entier ». « Je partage la douleur de leurs proches et de leurs frères d'armes et les assure de mon indéfectible soutien », a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui aussi salué la mémoire des victimes et se rendra en fin de matinée à la compagnie de gendarmerie d'Ambert où elles étaient affectées. Il tiendra un point presse à 12h00.

La classe politique à l'unisson leur a rendu un hommage appuyé. Il s'agit du plus tragique événement – hors terrorisme – impliquant les forces de l'ordre depuis des années.

Source : RFI

Voleurs de nuit de couvre-feu

Voleurs de nuit de couvre-feuL'Authentique - Beaucoup de gens pensent qu’il suffit de garer sa voiture le soir venu sous une lumière, pour la protéger de voleurs. Beaucoup d’autres sont persuadés que le soir, couvre-feu protège des voleurs...

Eh bien, tous ceux-là se trompent. S’ils n’y croient toujours pas, qu’ils le demandent aux habitants de la cité située à l’ouest du Carrefour Nouadhibou ! Jeudi dernier, pas moins de 15 voitures ont subi les actes de vandalismes de « marcheurs de nuit » alors qu’elles étaient toutes garées sous des lampes.

Quand ils sont venus récupérer matinalement le lendemain leurs voitures, les propriétaires desdits véhicules n’en croyaient pas leurs yeux : vitres latérales brisées, magnétophones arrachés, boites à gans vidées et d’importante sommes emportées….

Certaines males-arrières ont même subi des préjudices avec des pneus, des crics, des tableaux et autres matériels laissés imprudemment, qui ont disparu.

Vraisemblablement, les auteurs seraient des mécaniciens, ou du moins de personnes qui possèdent des dispositions en mécaniques : tous les effets volés auraient été arrachés minutieusement grâce à divers outils. Un véritable travail de professionnels, qui ont surtout agi sans faire de bruits.

Il faut dire que le couvre-feu n’est pas appliqué de manière stricte à Nouakchott où les personnes se permettent de circuler impunément jusqu’à des heures tardives de la soirée. D’autres abusent de la tolérance des forces de l’ordre en circulant jusqu’au matin, circulant à bord de voitures avec des phares éteintes et empruntant uniquement les ruelles.

A.B