Thu10222020

Last update05:58:11 PM GMT

Back Tribune Libre

Tribune Libre

Criminalité endémique ou la faillite d’un ministère. Par Pr ELY Mustapha

Criminalité endémique ou la faillite d’un ministère. Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha - Du ministère de l’intérieur, l’on ne connait que les images sanguinolentes d’étudiants battus en sang ou de manifestants pacifiques violentés et bastonnés pour l’on ne sait quelle raison. Du ministère de l’intérieur l’on ne connait que ces agents aux carrefours qui monnayent les passe-droits.

Du ministère de l’intérieur, l’on ne connait que cette administration routière qui cautionne, les milliers de véhicules, ces tombereaux de la mort, ces carcasses tétaniques qui sillonnent les villes et qui tuent tous les jours.

Du ministère de l’intérieur, l’on ne connait que les milliers d’enregistrements d’accidents, de décès de la route, de constat de viols et d’agressions devenus le quotidien de la vie urbaine. Du ministère de l’intérieur, l’on ne connait que ces patrouilles arrogantes qui, souvent, ignorent la loi, ridiculisent et molestent le citoyen lui refusant toute dignité.

Du ministère de l’intérieur, l’on ne connait qu’une police violente ignorant toute déontologie, formée à la matraque et à la répression de toute expression d’opinion. La police générale chargée du maintien et du rétablissement de l’ordre public, une police notoirement répressive.

Quant à la sécurité civile et la gestion des crises relevant des compétences du ministère, voilà que le ministre vient de déclarer, à la suite du conseil des ministres du 30 septembre 2020 : "Selon les chiffres en notre possession, une baisse de la criminalité a été observée sur les 7 derniers mois.

Nous rappelons qu'un centre de coordination de l’action des forces sécuritaires a été créé avec pour objectif de rendre la ville de Nouakchott beaucoup plus sûre. Cela passe par l’usage des méthodes traditionnelles mais également d’outils modernes de surveillance, des marchés et lieux publics notamment"
,

Les chiffres, quant à la baisse de la criminalité, n’étant pas publiés, c’est le citoyen qui en est juge, jour et nuit.

Les déclarations contredisant la réalité, la question est alors de savoir : d’où vient l’impuissance des autorités publiques à juguler cette criminalité ascendante ?

L’actuel ministre de l’Intérieur et de la décentralisation est l’héritier d’une situation de criminalité qui a prévalu depuis des décennies et la combattre relève du mythe…de Sisyphe. En effet, ce ne sont pas les mesures répressives ni le renforcement des capacités en « surveillance de lieux publics et des marchés », ni la capture et le dépôt des délinquants dans des prisons surpeuplées qui va résoudre la problématique de la criminalité.

Cette criminalité continuera à se renforcer et à exister parce que sa solution ne réside pas dans la coercition et la répression mais dans une stratégie qui dépasse le ministère de l’intérieur, et qui s’ancre dans la structure même de gouvernance.

Voici ce que rapporte en 2020, l’OSAC (Overseas Security Advisory Council) du Département d’Etat Américain ( Mauritania 2020 Crime & Safety Report) :

« Le Département d'État des États-Unis a évalué Nouakchott comme étant un lieu de menace CRITIQUE pour le crime dirigé ou affectant les intérêts officiels du gouvernement américain.

« Le gouvernement mauritanien signale une augmentation des crimes violents (par exemple, meurtre, voies de fait, coups et blessures, vols, cambriolage occupé, enlèvement, détournement de voiture) et non violents (par exemple, vol, cambriolage de véhicule, vandalisme, cambriolage inoccupé) depuis 2015, qui affectent tous de manière prédominante les Mauritaniens; Les criminels ont tendance à ne pas cibler spécifiquement les Occidentaux, bien que des ressortissants américains et d'autres expatriés occidentaux aient été victimes de crimes à Nouakchott ces dernières années, notamment de vols et d'agressions sexuelles.

Les gangs criminels sont actifs dans les principales villes.

Le gouvernement mauritanien a pris de petites mesures pour atténuer la criminalité. Par exemple, la garde nationale et la gendarmerie patrouillent dans les quartiers les plus criminels, en particulier dans le sud de Nouakchott.

Ces initiatives ont permis de réduire l'activité criminelle à la fin de 2017, mais les forces de l'ordre étant de plus en plus impliquées dans des crimes, y compris un vol à la lumière du jour très médiatisé de la banque BMCI et de multiples cas d'agression sexuelle, il est difficile de vérifier les allégations gouvernementales de progrès des initiatives de réduction de la criminalité.

Les crimes de rue et les crimes d'opportunité sont également en augmentation à Nouakchott. Les crimes de rue typiques incluent le vol à la tire, l'arrachement de sac à main, le vol de téléphone portable, le vol de véhicules et les agressions.

Il y a également des rapports de piétons signalant des automobilistes (un type courant de covoiturage) pour voler leur véhicule ou leurs effets personnels. Des risques similaires de criminalité existent à Nouadhibou, Rosso et dans d'autres villes (..). »


Conduire en Mauritanie peut être extrêmement dangereux.

Les règles de circulation et l'étiquette du conducteur diffèrent considérablement des règles de la route à l’américaine. De nombreux Mauritaniens conduisent sans se soucier des limites de vitesse, des panneaux de signalisation ou des feux de signalisation. Il est courant que les conducteurs se frottent aux véhicules adjacents lorsqu'ils se précipitent pour se positionner sur la voie.

Les conducteurs changent de voie sans vérifier au préalable la présence d'autres véhicules. Les conducteurs passent illégalement sur les accotements et peuvent pousser les autres automobilistes lorsqu'ils reviennent sur la chaussée.

Ce mépris flagrant pour la sécurité de base entraîne de fréquents accidents de la route et des blessures aux conducteurs et aux passagers. Pour réduire le risque d'accident ou de blessure, adoptez une posture de conduite défensive. Cela signifie souvent céder la priorité aux conducteurs plus agressifs.

De plus, les obstructions et les dangers de la chaussée causée par le sable à la dérive, les animaux et le mauvais entretien affligent souvent les automobilistes. Les piétons tentent souvent de traverser des rues animées sans attendre que la circulation transversale ralentisse ou s'arrête.

Ces risques, associés au nombre de conducteurs non formés et de véhicules mal entretenus, rendent impérative une plus grande prudence. Conduisez avec une extrême vigilance et portez toujours une ceinture de sécurité Évitez de conduire la nuit.

Les transports publics ne sont pas sûrs en Mauritanie, en particulier à l'intérieur.

Les taxis et les transports publics ne sont pas des moyens de transport sûrs pour les visiteurs occidentaux. (…). Presque tous les taxis et autres formes de transports publics ne sont pas réglementés et en mauvais état.

Des agressions sexuelles ont eu lieu la nuit dans des taxis. Refusez les promenades d'étrangers; les sujets proposant des manèges ont attiré des victimes dans leur véhicule pour une agression sexuelle. »

(https://www.osac.gov/Content/Report/37f54420-a772-4254-af59-1875fb6f7f5a )

La situation n’est donc pas sous contrôle comme pourrait le faire croire la déclaration du ministre de l’intérieur sur la baisse de la criminalité. Le rapport 2020 de l’OSAC précité mentionne, en effet, « qu’il est difficile de vérifier les allégations gouvernementales de progrès des initiatives de réduction de la criminalité. »

Aussi, posons-nous simplement les bonnes questions et éliminons les mauvaises.

Les mauvaises questions, qui ne servent que les solutions à court terme, sont les suivantes :

- Comment renforcer les effectifs et les moyens de la police pour réprimer davantage ?

- Comment aggraver les peines pour des sanctions plus lourdes ?

- Comment déployer des centaines d’agents pour dissuader de la criminalité ?

Etc.

Autant de questions que tous les ministres de l’intérieur, présent et passés, se sont posées en appelant des millions d’ouguiyas en renforcements budgétaires annuels, sans que cela ne donne le moindre résultat.

En effet, la lutte contre une criminalité, passe d’abord par la question que tout commun des mortels se poserait : pourquoi la criminalité s’accroit de jour en jour?

La réponse à cette question coule de source : parce que les méthodes et les moyens utilisés sont inadaptés.

En effet, prenons juste un exemple. Voici une machine industrielle qui se met à produire une barre métallique tordue alors qu’elle devait produire une barre métallique bien droite. La question est : faudrait-il continuer à vouloir, redresser, entre l’enclume et le marteau, chaque barre métallique produite, ou plutôt réparer la machine ? La situation devient alors ingérable si la cadence de production augmente, sans intervention. Car à ce moment-là, ni les moyens matériels, ni les moyens humains alloués à la production, ne suffiront.

C’est exactement, ce qui arrive à ce ministère Sisyphe qui est celui de l’intérieur. Un ministère au bout d'une chaine de production d’une délinquance qu’il poursuit, réprime et emprisonne, sans succès. Car la « machine » qui les produit est détraquée et continuera à en produire de milliers.

Cette machine « sociale » qui n’est autre que la société produit, par fournées entières des délinquants, que ni la répression, ni la correction, ni la privation de liberté ne va arrêter.

La vraie question est alors la suivante : Pourquoi ?

Réponse : parce que le délinquant est le produit de ceux-là même qui veulent le supprimer. En effet, qu’est-ce qu’un délinquant produit par la société mauritanienne ?

C’est un reflet de la délinquance qui sévit au sommet de l’Etat. Qu’il vit chaque jour et à laquelle il s’identifie chaque jour. En effet, les gouvernants, eux-mêmes, n’ayant pas donné l’exemple, comment voudrions-nous que ceux qui les contemplent n’agissent pas de même. Pire, ils les prennent en exemple.

Le délinquant est un paria, un chômeur, un laisser pour compte familial ou social, un dépendant des stupéfiants ou tout simplement une progéniture de la classe bourgeoise corrompue qui a phagocyté l’Etat et qui a pris sa parentèle en modèle.

Et ce délinquant ne disparaitra pas par la répression. Il s’en créera des milliers tous les jours, tant que les conditions de son existence perdurent toujours et dictent son comportement criminel. Et l’impuissance du ministère de l’intérieur de juguler s’explique justement par le fait que les facteurs qui président à la délinquance lui échappent, il ne fait que « redresser » une barre métallique indéfiniment tordue et produite à une cadence qu’il ne peut maitriser.

Alors ce ministère ne fait plus que jouer de la matraque, de la répression, des arrestations, des emprisonnements de façon indéfinie engagent des moyens humains matériels et financiers grandissant avec les résultats que l’on sait.

C’est ainsi qu’il convient de repenser totalement la lutte contre la criminalité en Mauritanie, et elle ne passe pas en priorité par le ministère de l’intérieur.

Elle passe par un modèle de gouvernance qui doit:

- Mettre à contribution le chef de l’Etat lui-même qui doit être « visible », présent pour dynamiser par ses directives la société et lui donner confiance en son action.

- Moraliser la vie politique, en donnant l’exemple d’une bonne gestion transparente et des résultats probants.

- Assainir l’administration publique, en éradiquant les poches de la corruption et de l’incompétence (voir : mon article : «Khadijetou Sow, le crime en col blanc » http://cridem.org/C_Info.php?article=739257 )

- Appliquer urgemment un programme national de création de l’emploi doté de moyens suffisants pour résorber le chômage.

- Apporter un soutien massif aux structures de l’éducation nationale. En renforçant le tissu éducatif en moyens humains et matériels en quantité et en qualité.

- Mettre en place une politique de formation professionnelle efficiente, privilégiant le formations moyennes et courtes à forte valeur ajoutée et à forte employabilité pour les jeunes.

- Améliorer par des actions ciblées et efficaces les conditions économiques et sociales de la jeunesse défavorisée (des banlieues et de l’intérieur du pays)

- Juguler les poches de pauvreté dans les zones sensibles et lutter contre le dénuement des populations à risque de développement de « sites » de délinquance.

- Mettre en place une véritable politique de lutte contre la criminalité à travers l’éducation, l’emploi, l’entreprenariat et adossée sur de véritables structures de conseil et d’assistance aux jeunes dans tous les lieux de rencontre (clubs, maison de jeunes, complexes sportifs, événements) afin de créer le contact et générer la confiance.

- Encourager les forums publics pour l’expression de la jeunesse sur ses préoccupations et ses doléances et affecter une structure administrative pour leur suivi et leur concrétisation avec les organismes concernés.

Si tout cela n'est pas fait, l’on pourrait, sans se tromper, dire que la lutte livrée par le ministère de l’intérieur et de la décentralisation est perdue d’avance, ses résultats épisodiques n’en garantissent pas la pérennité.

En effet, la véritable lutte contre la criminalité ne relève pas du ministère de l’intérieur mais d’abord et avant tout de la volonté du chef de l’exécutif, lui-même de mettre en place une véritable gouvernance de l’intégrité, de la transparence et de l’efficacité dans la gestion de la chose publique.

C’est uniquement à travers une tel mode de bonne gouvernance, que la criminalité pourra être résorbée.

En effet, tant que la société se reflète dans un Etat de corruption, ses membres ne seront que l’exemple le plus affiné de la délinquance de ses dirigeants. Une criminalité devenue endémique. Et des victimes innocentes, connues et inconnues, continueront, chaque jour et chaque nuit, à payer de leur vie la turpitude des gouvernants. Faillite d’un ministère, reflets d’une société.

A la mémoire de Khadijetou Oumar Sow
et Moyma Mint Mohamed Amar.
Paix à leurs âmes.


Pr ELY Mustapha

 

Et si la commission d’enquête parlementaire est illégale et anticonstitutionnelle !

Et si la commission d’enquête parlementaire est illégale et anticonstitutionnelle !Kassataya - Rien dans la constitution mauritanienne, ni dans son préambule, ni dans son corps, ni dans sa rédaction originelle, ni dans ses versions révisées, une seule disposition énonçant l’institution d’une quelconque commission d’enquête parlementaire, ou prévoyant sa création.

Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir notre loi fondamentale. Cela ne nécessite aucun effort, du fait même de son caractère squelettique, composée comme elle l’est, d’une centaine d’articles dont on peut prendre connaissance d’un trait.

Mais elle a le mérite d’être claire, en ce qui concerne le principe de séparation des pouvoirs, chacun des trois pouvoirs disposant d’attributions expressément énumérées, sans interférence ni empiètement, outre une bonne intelligence dans les rapports entre les pouvoir exécutif et législatif.

On s’apercevra alors que le pouvoir de contrôle de l’Assemblé Nationale ne concerne que l’action du gouvernement, alors que la responsabilité du Président de la République ne peut, et ne saurait être mise en mouvement que devant la Haute Cour de Justice comme le précise sans ambages, l’article 93 de la constitution libellé de la sorte « Le Président de la République n’est responsable des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions qu’en cas de haute trahison.

Il ne peut être mis en accusation que par l’Assemblée Nationale statuant par un vote au scrutin public et à la majorité absolue de ses membres ; il est jugé par la Haute Cour de Justice ».

Ainsi donc, la responsabilité du Président de la République ne peut se concevoir qu’à travers une procédure judiciaire à caractère exceptionnel, et devant un organe constitué à cet effet, précisément la Haute Cour de Justice, présentée comme étant le juge naturel du Président de la République.

Il faudra bien que l’on se résigne à faire une distinction entre le gouvernement et le Président de la République dans un régime constitutionnel dont le caractère présidentiel est suffisamment mis en évidence par sa loi fondamentale, comme il faudra se résigner à l’idée que le mécanisme de la mise en mouvement de la responsabilité du gouvernement et celui de la mise en cause de celle du Président de la République ne sont ni identiques, ni comparables ; on ne devrait donc pas prendre l’un pour l’autre, ni confondre l’un avec l’autre ; tout cela est clairement exposé dans la constitution, pour qui veut prendre un peu de son temps, afin de la parcourir à travers une lecture posée.

Non seulement, le Président de la République bénéficie d’un privilège de juridiction, ce qui veut dire que sa responsabilité, faut-il le répéter encore et encore, ne peut être mise en cause que devant la Haute Cour de Justice, mais en outre, pour être complet sur ce sujet, le seul motif susceptible de fonder cette responsabilité, c’est celui de la haute trahison.

La haute trahison a été envisagée à un certain moment de l’instruction initiée par la commission d’enquête parlementaire , quand on a enfin compris que c’était la seule hypothèse envisageable pour mettre en cause la responsabilité de l’ancien Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, puis on s’est très vite ravisé, après avoir acquis la conviction que les faits rapportés à ce sujet relevaient de la fabulation, d’une intention manifeste de nuire, de soustraire l’ancien président à son juge naturel, plutôt que d’une volonté sincère de recherche de la vérité.

Notre texte fondateur, eu égard à la responsabilité du Président de la République est identique à celui de la constitution française de 1958, faut-il le préciser, dont il reproduit textuellement l’article 68, repris tel quel dans l’article 93 de la constitution mauritanienne ; puis lorsqu’en France, on a voulu en 2007, modifier le régime de la responsabilité du Président de la République, on y a procédé, en accord avec le respect du principe du parallélisme des formes, par la voie d’une révision constitutionnelle, en modifiant les dispositions du titre IX devenue « La Haute Cour » en lieu et place de la « Haute Cour de Justice », prévoyant au visa de l’article 67 que le Président de la République ne peut désormais faire l’objet d’une quelconque poursuite durant son mandat, sauf qu’à l’expiration de celui-ci, les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être engagées ou poursuivies à son encontre, à l’expiration d’un délai d’un mois suivant la cessation de ses fonctions, puis l’article 68 de préciser un autre mode de mise en cause de la responsabilité du Président qu’est la destitution, et qui donc s’opère lorsqu’il y a un manquement grave manifestement incompatible avec l’exercice du mandat présidentiel, et dans ce cas, la destitution est prononcée par le parlement constitué en Haute Cour ; il va de soi que cette dernière procédure n’est applicable que durant la mandature, car on ne peut destituer un président qui n’est plus en place.

En Mauritanie, il n’existe aucune trace d’une réforme identique dans la constitution, aucune trace également de l’article 24 alinéa 1 nouvellement introduit dans la révision française de 2017, qui prévoit que le parlement « contrôle l’action du gouvernement. Il évalue les politiques publiques », disposition dont le mécanisme de mise en application va cette fois-ci prévoir enfin, la création ardemment souhaitée, vivement recherchée, des commissions d’enquête, au visa de l’article 51-2 introduit dans la nouvelle constitution de France révisée, en ces termes : « Pour l’exercice des missions de contrôle et d’évaluation définies au premier alinéa de l’article 24, des commissions d’enquête peuvent être créées au sein de chaque assemblée pour recueillir dans les conditions prévues par la loi, des éléments d’information. La loi détermine leurs règles d’organisation et de fonctionnement. Leurs conditions de création sont fixées par le règlement de chaque assemblée ».

Ainsi donc, la réforme constitutionnelle de 2017 intervenue en France, à laquelle nous sommes restés sourds en Mauritanie, ne prévoit la création de commissions d’enquête parlementaires que s’il s’agit de contrôler l’action du gouvernement ou d’évaluer les politiques publiques, nullement lorsqu’il s’agit de mettre en jeu la responsabilité du Président de la République, qui s’opère par la voie de la destitution, ou par le biais des juridictions de droit commun, un mois après l’expiration de sa mandature, et à condition qu’il ait fait l’objet d’une plainte au cours de celle-ci.

En France, comme dans tous les pays où les institutions sont perçues avec déférence, on respecte le principe du parallélisme des formes, en veillant à ce qui a été créé par une disposition constitutionnelle ne puisse être modifié que par une révision constitutionnelle.

Or, aucune révision constitutionnelle n’est intervenue en Mauritanie, instituant une modification du régime juridique de la responsabilité du Président de la République ou des règles de la mise en cause de cette responsabilité.

On objectera vainement, argument dérisoire s’il en est, qu’en Mauritanie les commissions d’enquête parlementaires sont prévues par le règlement intérieur de l’assemblée nationale.

Que vaut un règlement intérieur face à une disposition constitutionnelle ? Peut-il la modifier, en paralyser l’application, l’abroger ? Dans quelle enseigne va-t-on alors loger le bloc de constitutionnalité, le corps de la constitution, les lois, les décrets, les arrêtés, les circulaires et tous les actes réglementaires qui ponctuent la vie publique ?

Que fait-on de cette règle prudentielle qu’est la hiérarchie des normes qui irrigue le cœur de l’Etat de droit et que l’on se doit d’observer avant de créer un texte quelconque, pour ne pas faire prévaloir un arrêté sur un décret, un décret sur une loi.

Il est donc évident qu’un règlement intérieur ne peut avoir une autorité ou préséance sur une disposition constitutionnelle!

Maître Takioullah Eidda, avocat

Nouakchott, Mauritanie.

 

Pourquoi le Premier ministre Ould Bilal s’est inscrit en doctorat ? Par Pr ELY Mustapha

Pourquoi le Premier ministre Ould Bilal s’est inscrit en doctorat ? Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha - Depuis 2017, Mohamed Ould Bilal est inscrit en Doctorat en business administration (DBA), programme Dakar (Dakar n°4, 2017-2020) une formation en ligne en partenariat entre le CESAG de Dakar et le Business Science Institute. (https://www.facebook.com/BusinessScienceInstitute/)

Interrogé par « Zoom alumini » dudit institut, le 17 septembre courant, sur le pourquoi de son engagement dans une thèse d’exécutive DBA, Ould Bilal a répondu : « durant mon parcours professionnel, j’ai eu à diriger et à coordonner des activités importantes dans la vie des entreprises industrielles et commerciales telles que les techniques de planification stratégique et opérationnelle, de gestion des ressources humaines et matérielles ainsi que les techniques d’audit et de monitoring.

Je me suis engagé dans une thèse d’Exécutive DBA dans l’objectif d’approfondir, conceptualiser et documenter cette expérience notamment dans le domaine des infrastructures de BTP en vue d’en faire profiter les professionnels du secteur et de renforcer mes connaissances théoriques sur ce sujet »

Cet Executive DBA coûte environ 21000 euros soit près de 9 millions d’ouguiyas.

Outre que l’on a compris maintenant son engouement pour les BTP, qui explique cette étude d’un marché de construction de 10 échangeurs à Nouakchott, voilà donc un premier ministre qui dépense… dans le savoir.

Un premier ministre qui semble bien croire en la valeur du savoir et en l’importance des diplômes réellement acquis et leur apport pour le développement.

Alors les questions que chacun se poserait sont les suivantes :

Pourquoi ce premier ministre participe-t-il à cautionner la médiocrité dans l’administration publique mauritanienne qui hypothèque toute la gestion des ressources publiques humaine, matérielle et financière ?

Pourquoi ce premier ministre ferme-t-il les yeux sur les nominations abusives et injustifiées dans l’administration publique mauritanienne, qui n’ont pour référence, que la tribu, le clan ou l’omnipotence des géniteurs ?

Pourquoi ne s’est-il pas opposé aux récentes et scandaleuse nominations au ministère des finances ? Pourquoi ne diligente-t-il pas une enquête sur les faux diplômes qui gangrènent l’administration mauritanienne ?

Pourquoi ne s’opposent-ils pas à ces résultats de concours et autres recrutements dans la fonction publique et ailleurs qui excluent des franges entières de la population ?

Pourquoi, participe-t-il et laisse-t-il faire un système éducatif défaillant et une université déficiente, qui, depuis des décennies, ne produisent que bigotisme et chômage ?

La réponse à toutes ces questions se trouve tout simplement dans la réponse à une seule et unique question : Pourquoi le Premier ministre Mohamed Ould Bilal, s’est-il inscrit en doctorat ?

Un exécutive DBA qui coûte très cher et qui lui permettra d’avoir un diplôme de plus ?

Les diplômes ne sont que la preuve d’un savoir, d’une science. Ils doivent servir une propédeutique de l’action sociale ; des connaissances qui préparent à une dynamique plus approfondie au service du développement de la société humaine.

Si par son intérêt pour la véritable diplomation, le premier ministre a bien pris conscience de l’intérêt des diplômes chèrement acquis (en temps, moyens et en vie humaine), alors il ne cautionnera pas ce délabrement de la science, du savoir, de l’éducation qui mine aujourd’hui le pays. Et les questionnements précédents trouveront une réponse à la mesure des enjeux qu’ils posent, et il prouvera que son attachement au savoir ne se limite pas à un DBA.

Si, par contre, son DBA, n’est qu’un faire-valoir chèrement payé pour une promotion professionnelle, alors il n’aura pas saisi la dimension de sa charge de premier ministre ; et celle-ci, détachée de la morale, de l’éthique et de la déontologie de la fonction qu’il occupe, ne ferait de lui qu’un diplômé inconscient. Or comme le soulignait déjà Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Et les questionnements précédents ne trouveront, comme toujours, et pour le malheur du pays, aucune réponse.

Pr ELY Mustapha

 

La destruction massive de l’administration publique par le pouvoir ‎discrétionnaire de nomination aux emplois supérieurs. Par Pr ELY ‎Mustapha

 

La destruction massive de l’administration publique par le pouvoir ‎discrétionnaire de nomination aux emplois supérieurs. Par Pr ELY ‎MustaphaPr ELY Mustapha - «Les critères de la compétence et de l’expérience, qui devaient primer dans les nominations dans les hautes fonctions, ont été occultés au profit du clientélisme, de l’appartenance politique et de la proximité avec le ministre», a martelé le président de la Commission des finances de la Chambre des conseillers, Rahal El Mekkaoui, devant le ministre de la Réforme de l’administration et de la fonction publique lors des questions orales à propos de l’examen du projet de loi organique relative aux nominations aux emplois supérieurs.

Il a mis en cause la façon par laquelle le gouvernement a appliqué ce texte qui a fragilisé l’administration.(L'Economiste -Maroc- Edition N°:5517 Le 16/05/2019)

Si le Maroc et d’autres pays ont pris les devants et ont modifié depuis des décennies, leurs lois relatives à la nomination aux emplois supérieurs pour juguler cette destruction massive de l’administration publique à travers les nominations discrétionnaires aux emplois supérieurs (directement par le chef de l’État ou par décret en conseil des ministres), la Mauritanie continue à payer un lourd tribut du fait de ces nominations.

En effet, en application de l’article 5 de la loi de 1993 (Loi 93-09 du 18 janvier 1993 portant statut général des fonctionnaires et agents contractuels de l’État), le Décret n°2016-061 du 07 Avril 2016 relatif aux emplois supérieurs de l’État "fixe la liste des emplois supérieurs laissés à la discrétion du Président de la République".

Et si dans la législation mauritanienne sur la fonction publique, il ya un décret néfaste c'est bien celui-là. C'est une véritable machine destructrice de toute possibilité pour l'administration publique de répondre à une bonne gouvernance et à une gestion saine lui permettant d'être au service du pays.

En effet, ce décret donne au pouvoir politique la possibilité de pourvoir les postes-clefs de l’administration publique en personnel à son propre service, malléable et corvéable à merci et qui ne répond ni aux critères de compétence, ni à ceux de l’expérience ou même de la qualification académique ou professionnelle.

Et ni le chef de l’État et ni le ministre qui propose ces nominations n’est passible d’une quelconque redevabilité. Ils n’ont à rendre compte à aucune commission ou juridiction à propos de ces nominations.

Ce pouvoir discrétionnaire du Président de la république porte, pour les nominations directement par décret sur :

- Ministres et assimilés ;

- Président de la Cour Suprême ;

- Président de la Cour des Comptes ;

- Président du Conseil Constitutionnel ;

- Président du Haut Conseil Islamique ;

- Inspecteur Général de l’État ;

- Président du Conseil Économique et Social ;

- Médiateur de la République ;

- Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie ;

- Chargés de Mission et Conseillers à la Présidence de la République ;

- Chargés de Mission et Conseillers au Premier Ministère ;

- Chefs de mission diplomatiques et consulaires ;

- Président de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle.

Et pour la nomination par décret pris en conseil des ministres sur:

- Secrétaires Généraux des Ministères ;

- Chargés de mission, conseillers techniques et inspecteurs généraux des ministères ;

- Présidents d’universités publiques ;

- Directeurs généraux et directeurs généraux adjoints d’administration centrale ;

- Inspecteur général d’État adjoint ;

- Directeurs et directeurs adjoints d’administration centrale ;

- Directeurs et directeurs adjoints de services ;

- Inspecteurs des ministères ;

- Walis et walis mouçaids ;

- Hakem et hakem mouçaid

- Chefs d’arrondissement et autres autorités de l’administration territoriale ;

- Directeurs et directeurs adjoints des EPA (s) ;

- Directeurs généraux et directeurs généraux adjoints des EPIC (s).

C’est autant dire que toute l’administration est soumise à la manipulation politique, la réduisant à un dépôt d’une masse de personnel qui ne répond qu’aux « critères » voulus par le politique.

Ce qui explique pourquoi l’administration publique mauritanienne est l’une des plus médiocres au monde et pourquoi il n’y règne qu’incompétence, corruption et gabegie.

En effet, tous les postes-clefs, qui doivent être le cœur battant, la centrale de gouvernance et de gestion, le management et la supervision, la conception et l’exécution, la projection, le suivi et l’évaluation de l’administration publique sont nommés par décret par un pouvoir discrétionnaire.

Et ce pouvoir discrétionnaire, use et abuse de ses prérogatives. Comme le montrent si bien les récentes nominations au Ministère des finances. Nominations de complaisance partisane, « d’encoquinage » politique, et de marchandage d’intérêts claniques et tribaux. Et il en est ainsi depuis des décennies au mépris du développement du pays, expliquant la pauvreté et la misère du fait de projets et d’investissements portés par une administration publique incompétente qui gère ses appuis politiques vers lesquels elle dérive les ressources publiques (en marchés publics plombés et en corruption généralisée par valets « nommés » interposés).

Le pouvoir nomme, mais il ne le fait pas dans l’intérêt du pays ou de la nation ; il le fait dans son propre intérêt de clan et de tribu. Il le fait dans l’intérêt de ses soutiens économiques et financiers et pas dans celui du pays. En somme le pouvoir discrétionnaire de nomination aux emplois supérieurs est un véritable outil de neutralisation de l’administration publique mauritanienne par sa mise au service d’intérêts égoïstes.

Ceci est d’autant plus grave que ce pouvoir « discrétionnaire », comme sa nature l’indique, exclut toute référence aux qualifications, diplômes ou expérience ou même un quelconque droit à l’emploi ou à la fonction. Il nomme c’est tout, pourvu que cela réponde à des enjeux politiques et à la gestion d’alliances de toute nature permettant le maintien du pouvoir en place.

Même le ministre qui propose, en conseil des ministres des nominations scandaleuses par décret, n’est ni responsable de son acte, n’est pas appelé à y répondre et ne serait même pas poursuivi pour avoir induit le chef de l’État en erreur. D’ailleurs ce dernier, n’y prêterait même pas attention, son pouvoir discrétionnaire le couvre en tout point.

Chaque ministre n’est en fait que la boite à résonance d’un système discrétionnaire de nomination par lequel il répercute la volonté de la nomenklatura politique en place pour la longévité au pouvoir.

En matière de nomination aux emplois supérieurs, le décret mauritanien susvisé ne se réfère à aucune grille professionnelle, à aucun référentiel de compétences et de métiers sur lesquels peuvent être alignées ces nominations. Tout est discrétionnaire.

Et même pour la nomination par décret en conseil des ministres, que l’on pourrait penser « réfléchie » puisqu’elle se fait en « conseil des ministres » justement, passe comme lettre à la poste puisque ledit décret stipule simplement, que « la nomination aux emplois supérieurs pris par décret en conseil des ministres est effectuée sur proposition des ministres gestionnaires ou utilisateurs pour les emplois relevant de leur autorité. (..)" Rien de plus.

Nous savons cependant, comme on l’a déjà montré dans un article précédent, intitulé « Sois ministre et tais-toi ! » (Http://www.cridem.org/C_Info.php?article=738937), que ces emplois nombreux et importants sont négociés et passent par le Premier ministre qui lui-même les présente au Président de la République, qui donne ses orientations, en fonction des enjeux tribaux, claniques, économiques et électoraux du moment.

Et c’est ainsi que l’égoïsme et l’irresponsabilité de nos gouvernants président à la nomination aux emplois stratégiques d’une administration publique qui se meurt et, à travers elle, tout le pays.

Quelles solutions apporter à cela ?

Face à cette grave situation, il faut des solutions radicales.

Ainsi, il faut absolument réviser la constitution mauritanienne et y introduire, à l’instar de la constitution marocaine, les principes auxquels doivent répondre les nominations aux emplois supérieurs dans l’administration publique et prévoir une loi organique les concrétisant dans les faits.

L’exemple marocain: les principes et critères de nomination aux fonctions supérieures sont imposés par une loi organique

L’article 92 de la constitution marocaine du 1er juillet 2011 dispose qu’une loi organique (prévue à l'article 49 Constitution) « peut compléter la liste des fonctions à pourvoir en Conseil de Gouvernement, et déterminer les principes et critères de nomination à ces fonctions, notamment ceux d'égalité des chances, de mérite, de compétence et de transparence. »

Cette loi organique adoptée, en 2012 (loi organique n° 02-12 promulguée par le dahir n° 1-12-20 du 27 chaabane 1433 (17 juillet ‎‎2012) relative à la nomination aux fonctions supérieures en application des dispositions des articles 49 et 92 de la Constitution), pose dans son article 4, les principes et les critères de nomination aux fonctions supérieures :

« En application des dispositions de l'article 92 de la Constitution, sont fixés comme suit les principes et critères de nomination aux fonctions supérieures prévues au paragraphe 2 de l'article premier ci-dessus :

I. - Principes de nomination :

* l'égalité des chances, le mérite, la transparence et l'égalité à l'égard de l'ensemble des candidates et candidats ;

* la non-discrimination, sous toutes ses formes, dans le choix des candidates et candidats aux fonctions supérieures, y compris en raison de l'appartenance politique ou syndicale, ou en raison de la langue, la religion, le sexe, le handicap ou pour tout autre motif incompatible avec les principes des droits de l'Homme et les dispositions de la Constitution ;

* la parité entre les hommes et les femmes, en tant que principe dont l'État œuvre à la réalisation conformément aux dispositions du 2ème alinéa de l'article 19 de la Constitution, sous réserve des principes et critères prévus par le présent article.

II. - Critères de nomination :

* jouir de ses droits civils et politiques ;

* disposer d'un haut niveau d'enseignement et de la qualification exigible ;

* être connu pour son intégrité et sa probité ;

* avoir une expérience professionnelle dans les administrations de l'État, dans les collectivités territoriales, dans les établissements ou entreprises publics ou dans le secteur privé, à l'intérieur ou à l'extérieur du pays. "

Des décrets d’application sont intervenus de façon explicite sur l’application de ces principes et critères au sein de l’administration publique :

- Le Décret n° 2.12.412 du 11 octobre 2012 pris pour l’application des articles 4 et 5 de la loi organique n° 02.12 concernant la procédure de nomination aux fonctions supérieures. Ces textes sont soumis l’accès aux emplois de : secrétaire général, de directeur central, d’inspecteur général, directeur de certains établissements publics, et autres emplois qui relèvent du domaine du Chef de gouvernement, à une procédure d’appel à candidature reposant sur: La Consécration des principes de mérite, d’égalité des chances et de transparence.

- Le Décret n°2.11.681 du 25 novembre 2011 fixant les modalités de nomination des chefs de division et chefs de services (2011)

Depuis fin 2011, l’accès aux emplois de chefs de division et chefs de services et de certains emplois similaires, est soumis à une procédure d’appel à candidature ouverte aux candidats remplissant certaines conditions d’ancienneté (compétence, formation et de mérite…) l’objectif visé a été d’attirer les compétences de haut niveau, aptes à améliorer et à augmenter le niveau manageriel des services publics et Garantir leur efficacité afin d’améliorer la qualité des prestations (Référence: Ministère de l'économie, des finances et de la Réforme administrative. Maroc. septembre 2020)

Ainsi la constitutionnalisation des principes et des critères de nomination aux emplois supérieurs est un véritable frein aux pratiques malsaines qui caractérisent les nominations aux emplois supérieurs en Mauritanie.

Il reste cependant que certains emplois supérieurs se situant à la jonction du système politique et de l’administration (les ministres notamment, avec leur dédoublement fonctionnel, autorité administrative et autorité politique) relèvent naturellement du pouvoir discrétionnaire de nomination du Président de la République (notamment en régime présidentiel ou présidentialiste).

Toutefois, il est absolument nécessaire, en Mauritanie que le reste des fonctions supérieures (notamment celles pourvues par décret en conseil des ministre) échappent à ce pouvoir discrétionnaire et répondent aux principes et critères de toute nomination en terme de compétence, d’expérience et de qualification.

De même que doit accompagner de telles nominations la possibilité de mise en jeu de la responsabilité des ministres pour les nominations qu’ils proposent et l’ouverture de possibilités de recours contre ces nominations devant une commission instituée à cet effet. Il y va non seulement de l’efficacité de l’administration publique mais de son existence même.

Pr ELY Mustapha

 

De la responsabilité de la Presse mauritanienne dans la corruption : morale, éthique et déontologie. Par Pr ELY Mustapha

De la responsabilité de la Presse mauritanienne dans la corruption : morale, éthique et déontologie. Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha - Les médias mauritaniens traversent tous les régimes. Et c’est en cela que, de la Presse écrite à la presse audiovisuelle, ce secteur porte une lourde responsabilité dans ce que la corruption est devenue en Mauritanie. Non point que ce secteur, par essence, l’encourage, mais qu’il contribue à promouvoir ceux qui en sont les barons.

Dans sa liberté d’informer, le journaliste mauritanien joue un rôle primordial, mais la question est : ne contribue-t-il pas à l’enracinement des non-valeurs en Mauritanie. Non- valeurs qui président à la corruption : le mensonge, le vol et la dissimulation.

Certes, la définition du journaliste à laquelle nous nous attachons ici, n’est pas simplement celle de celui (ou celle) qui s’est fixé(e) pour métier de rechercher et de délivrer l’information au public, ce qui engloberait même le concierge d’immeuble, mais le vrai journaliste. Celui qui dans cette noble mission s’est fixé une éthique dans l’action, une morale dans le comportement et une déontologie dans la profession.

Ceux des journalistes qui, dans cette optique, ont essayé de garder leur indépendance, et leur dignité, ont soit disparu soit vécu chichement sur leurs ressources propres avec tous les harcèlements des régimes que l’on sait. Alors que ceux qui se sont encoquinés avec les régimes ont reçu leur rétribution de la honte et payeront le tribut de leur turpitude.

Or aujourd’hui, plus que jamais, le journalisme mauritanien se doit de devenir un instrument au service des valeurs sociales et participer à combattre les non-valeurs qui minent, depuis des décennies, le pays.

J’avais consacré un article à la corruption des intellectuels et autres collaborateurs qui entourent, nos dictateurs et sur l’obligation de les combattre, considérant qu’ils étaient leur talon d’Achille montrant que ces collaborateurs ne sont ni plus ni moins que le véritable moteur qui maintient la dictature en marche. Ils sont son talon d’Achille.

Son point faible. Et c’est en frappant son talon d’Achille que l’on met à genou le système qu'il porte. (voir Combattre autrement : le Talon d’Achille de nos dictatures : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/combattre-autrement-le-talon-d-184353).

Aujourd’hui, le dictateur s’en est allé, mais ceux qui l’ont « construit », porté adulé, facilité le forfait sont encore là, continuent à corrompre le système et aux aguets afin de continuer à pourrir tout système qui se met en place.

Toujours sur la scène politique, ces tyrannosaures veulent se faire une nouvelle virginité, en reniant et en vilipendant leur maître d’hier.

Certes, la démocratie impose de laisser s’exprimer ces vendus de régime en régime, mais rien n’impose aux journalistes de vulgariser leurs dires et leur image dans le public.

Si cela est, alors les médias mauritaniens continuent à contribuer à la corruption.

En effet, il doit être contraire à la déontologie et à l’éthique journalistique de donner la parole à des individus qui ont publiquement, notoirement, et preuve à l’appui, soutenu les régimes corrompus.

Comment un média, digne de ce nom, peut-il encore inviter sur un plateau ou sur ses colonnes des personnes qui hier ont contribué, par leurs actes leurs paroles et leur vil soutien, à un régime dont les pontes sont aujourd’hui traduites devant la justice ?

Lorsqu’un personnage aujourd’hui, condamne publiquement Aziz et demande son jugement pour corruption, alors qu’hier même il l’érigeait le bon Dieu, trompant ainsi le peuple et mettant en péril toute une nation, alors c’est un véritable crime que de lui donner aujourd’hui la parole.

Une inestimable contribution des médias mauritaniens serait de boycotter tous ceux et celles connu(e)s sur la scène politique qui ont contribué directement aux dégâts causés par le régime. Et parmi ceux-ci, ceux et celles qui les ont soutenus en connaissance de cause de leur délinquance. Car ils sont aussi complices des criminels.

En effet, la morale cet « ensemble des valeurs supérieures qui conduisent chacun à différencier le bien du mal et qui devraient fonder les conduites humaines, tout au moins pour les individus conscients de leurs devoirs et responsables de leurs actes », doit dicter à nos journalistes, tout au moins ceux définis plus haut, d’avoir des positions de principe sur le traitement, dans leurs moyens d’information, de ces vils membres de cette classe politique qui détruit le pays,

Allier à cette morale, forgeant les principes, une éthique personnelle de l’action qui dicte en permanence de renoncer à donner un quelconque espace médiatique d’expression à ces criminels politiques.

Il en va, ainsi, de la vérité, de la dénonciation des maux du pays et de la santé mentale de tout un peuple, trahit par des individus qui le vendent au premier dictateur venu et qui ne pensent qu’à leurs bas intérêts.

A la morale des principes et l’éthique de l’action, pratiquer la déontologie de la profession et faire que chaque acte de journaliste soit le reflet, non pas seulement d’une mission d’informer, mais d’un acte de responsabilité à l’égard de toute une nation.

Dans une nation meurtrie par une classe politique du ventre, de la délation, de l’indignité et qui s’affiche sans honte dans la vilénie et le déshonneur, le rôle du journaliste se doit d’être, aujourd’hui, celui d’un militant et d’un résistant.

Un militant, car face à cet envahissement du pays par une classe politique corrompue, le journaliste a le devoir de ne pas contribuer à sa prolifération. Résistant ensuite, face à ses appels qui le mettent à contribution pour continuer à s’afficher et induire le peuple en erreur.

En somme, tant la morale, l’éthique et la déontologie, appellent aujourd’hui bien plus qu’hier, le journaliste mauritanien à prendre ses responsabilités face à cette gangrène de l’État et l’empêcher de continuer de se propager à travers les médias.

Le journaliste mauritanien se doit urgemment, de repenser son rôle dans cette société mauritanienne politiquement abusée et que les médias, à travers l’audience qu’ils donnent à ceux qui l’abusent, l’abusent davantage.

Pr ELY Mustapha

 

Le pouvoir judiciaire et l’occasion en or

Le pouvoir judiciaire et l’occasion en orLe Calame - La Commission d’Enquête Parlementaire (CEP) a remis son rapport à l'Assemblée nationale qui, comme à son accoutumée, l'a «instantanément» transmis au ministère de la justice, sans même en corriger les coquilles et autres fautes de syntaxe, et ce pour engager, au plus vite, les poursuites judiciaires contre les personnes « impliquées » dans les dossiers de corruption présumée.

De nombreuses incongruités ébranlent la crédibilité dudit rapport:

1. Au départ, la CEPfut proposée par l’opposition aiguillonnée par les « Frères musulmans » (14 députés sur les 24 qui avaient parrainé cette initiative). En démocratie, ce type de manœuvre politique est assez « standard », il relève d’une tactique de harcèlement médiatique et populaire du pouvoir, régulièrement réactivée par l'opposition pour rappeler qu’elle existe et tester, au passage, la cohésion politique de ses adversaires.

En général, de telles manœuvres ne font pas long feu, vite oubliées à la faveur d’un échange de vaines salves oratoires. On comprend alors que la création de la CEP ne visait nullement un objectif d’enquête sérieuse et n’avait –a priori- aucune chance de réussir.

Si la CEP avait été «naturellement» proposée par la majorité parlementaire, les choses auraient été complètement différentes...

2. L’aval de la majorité en faveur de la CEP, est venu alors que cette majorité était empêtrée dans le débat acrimonieux, au sein du parti au pouvoir, au sujet de la « référence ». On peut ainsi estimer que cet aval faisait partie intégrante de la panoplie de mesures visant à trancher, dans le vif et au plus vite, un tel débat,

3. La plupart des parlementaires qui ont soutenu, sur le tard, l'initiative de la CEP, avait défendu –mordicus- les projets autour desquels planent aujourd’hui des soupçons de corruption, et avait unanimement légiféré dans ce sens,

4. La majorité des parlementaires actuels a pathétiquement milité (hier par écrit)en faveur du renouvellement du mandat présidentiel, en violation des dispositions pertinentes de la Constitution du pays ; en somme, ils ont tenté d’octroyer une nouvelle « décennie de gabegie », en sus de celle qu’ils critiquent en chœur aujourd’hui et de manière si véhémente!

5. La commission parlementaire comprenait des membres connus pour leur hostilité déclarée à l’endroit de l'ex-président de la République; bien entendu cette observation confirme à nouveau le point n°2,

6. C’est notoire, certains membres de la CEP elle-même, disposent de lourds « dossiers » en matière de corruption et de gabegie, du temps où ils exerçaient des charges publiques,

7. Les dossiers d'inspection ont été choisis de manière sélective, visant principalement à incriminer l’ex-président de la République et certains de ses anciens collaborateurs, en épargnant d’autres, et ce parfois de manière vulgaire, invraisemblable et sur la base de calomnies vite démenties par leurs auteurs,

8. La CEP a fait appel à trois bureaux d'études (tous étrangers) pour contrôler des faits, en rapport avec la souveraineté du pays, sans expliquer nulle part les précautions techniques en matière de sécurité politique. La probabilité d’une « influence intelligente» (extérieure ou intérieure) ne peut plus être entièrement écartée,

9. Dans son rapport, la CEP a critiqué « vertement » tous les organes officiels de contrôle, à l’exception notable du parlement, dont la plupart des membres actuels avait approuvé les projets et accords «suspects» et dont est issue la commission,

10. On est fondé de s'inquiéter du nombre limité de dossiers arbitrairement sélectionnés par la CEP, car cela pourrait consister en une tentative par les adeptes de le corruption et de la gabegie, durant la «décennie», «la vingtaine» et la «trentaine», visant à incriminer un nombre limité de responsables, en victimes expiatoires, au moindre coût, d’un profond problème de société, permettant ainsi à ces adeptes de s’adonner sans risque à leur activité nocive favorite, du moins sur le court terme.

Acteurs politiques partiaux

Contrairement au pouvoir exécutif au sein duquel un « PNP », n’ayant jamais travaillé pour l’Etat, peut miraculeusement occuper les postes les plus prestigieux de l’administration publique, et agir, à son tour, dans cet esprit sur le double plan financier et administratif, ou au pouvoir législatif dont l’accès n'exige que moins de deux semaines de campagne électorale, au cours desquelles, en plus de l’argent sale, les « leviers » sordides de tous les particularismes (tribalisme, régionalisme, « ethnicisme », sectarisme …) sont actionnés à tout bout de champ, contrairement donc aux deux pouvoirs précédents, le pouvoir judiciaire n'est accessible que via des concours en bonne et due forme, exigeant de vraies qualifications professionnelles. Ce pouvoir est, fort heureusement, indépendant des deux pouvoirs exécutif et législatif.

Il me semble que ce pouvoir judiciaire dispose, aujourd’hui, d’une occasion en or susceptible d’aider le pays à porter un coup décisif à la culture de la corruption et de la gabegie, une culture qui a régulièrement freiné les efforts publics en faveur de la lutte contre la misère et l’atténuation significative des écarts sociaux. Ce pouvoir peut considérer le rapport remis par le parlement et rédigé par trois bureaux d’études étrangers, sous l’influence d’acteurs politiques partiaux, comme une notification formelle au sujet d’une présomption d’existence d’actes illicites dans la gestion publique, et procéder, sur cette base, au prélèvement d’un nouvel échantillon aléatoire parmi les départements ministériels, les institutions publiques et les grands projets de développement, conforme aux procédés statistiques rigoureux en matière de contrôle et de vérification, « lissant » ainsi les données comprises dans un rapport notoirement politique et donc subjectif. Ceci aura l’avantage de mesurer avec une grande précision l’ampleur du phénomène au sein de l’appareil de l’Etat, sur une base professionnelle, impartiale et donc indiscutable ; ceci serait en phase avec les méthodes et procédures d’investigation judiciaire, étroitement encadrées par les textes légaux et déontologiques. Ceci aura enfin l’avantage de rassurer, demain, les coupables éventuels à propos des raisons de leur condamnation, de préserver l’image extérieure du pays et la dignité de ses fonctionnaires.

Si, en plus, le pouvoir judiciaire pouvait éclairer, à titre comparatif et en respectant naturellement les normes juridiques de prescription, les lanternes des citoyens mauritaniens sur la manière dont les affaires publiques étaient gérées avant la « décennie », ce serait, sans nul doute, «le gâteau sous la cerise»…

Dr IsselkouOuld Ahmed Izidbih

Source : lecalame.info (Mauritanie)

Objection, M. le Président ! par Nana Mint Cheikhna

Objection, M. le Président ! par Nana Mint CheikhnaLe Calame - Visiblement pétri d'une tradition bien ancrée, le président de la République a, dès son élection, apposé une empreinte de grande aménité à son auguste magistère. Il a en effet reçu et écouté, l'un après l'autre les leaders de l'opposition jadis voués aux gémonies par son prédécesseur.

Puis ils sont invités et reçus avec les honneurs pour glorifier dans la ferveur Chinguetti l'une des plus prestigieuses et des plus emblématiques villes anciennes. Et, cerise sur le gâteau, ils sont conviés et reçus à Akjoujt avec les mêmes égards pour célébrer dans la communion la commémoration de notre liberté, notre éclosion commune au monde, l'indépendance du pays.

Outre une volonté de civiliser ce rapport, cette amabilité constitue la housse dont les Zewayas et de surcroit s'ils sont " Echyakhs" revêtent le piédestal sur lequel les hissent la naissance et le pouvoir spirituel que leur attribue une multitude d'adeptes et une aura qui s'étend bien au delà de ceux-ci.

Cependant cette attitude a été aussitôt interprétée par l'ensemble des observateurs comme un prélude louable et jugé incontournable par un grand pan de l'opinion, à la programmation d'une concertation, un dialogue entre le pouvoir et l'ensemble des protagonistes politiques et sociaux afin de venir à bout d'une crise - il faut appeler les choses par leur nom - une crise politique, sociale, économique qui mine tous les aspects de la vie de la nation.

Une unité nationale dangereusement disloquée, une éducation qui produit de plus en plus l'ignorance et dont les règles renforcent l'exclusion et la division, une gouvernance économique désastreuse qui a mis à genoux la presque totalité des entreprises nationales, une forme de redistribution injuste creusant dangereusement le fossé entre les classes et les composantes sociales, des opposants poursuivis, exilés pour des raisons tenant à la haine d'un homme qui a mis le pays en coupe réglée, une démocratie bancale foulant au pied les règles élémentaires indispensables à l'organisation d'élections transparentes et crédibles.

Cette situation, encore en l'état, comporte évidemment des risques pour un pays cerné par une insécurité chronique dont les germes de déstabilisation et de contagion sont indéniables et à la veille d'exploitation de gisements importants.

Un moment qui requiert plus que jamais la résolution de tous ces problèmes devenus chroniques et qui couvent le danger en dépit d'un calme superficiel.

Mais à la surprise générale, dans son interview accordée au journal le Monde, le Président a tenu des propos au sujet du dialogue qui sont tombés comme une réplique parallèle à l'orientation insinuée par les gestes d'ouverture ainsi entamée.

En effet en répondant par ces mots à une question relative au dialogue: "ce n'est pas opportun, on se parle, on se rencontre, ils peuvent faire des propositions. Nous ne sommes pas dans une situation qui nécessite une un dialogue inclusif." Et plus loin : " par la suite nous pourrons définir une autre forme d'ouverture. "

Ceci laisse entendre qu'il suffit de se parler, de se rencontrer et faire des suggestions unilatérales demeurées sans répondant, pour que les problèmes s'estompent à la faveur de quelques Salamalecs.

Comment peut-on imaginer que des partis politiques, des mouvements, des leaders qui ont enduré durant des décennies l'exclusion, l'exil, la prison pour avoir défendu l'idéal supérieur d'une Mauritanie démocratique, juste, unie et égalitaire pourraient se suffire d'inaugurer les chrysanthèmes avec le président de la Républiques.

Résoudre les problèmes du pays ne peut se faire par le replâtrage et quelques politiques sectorielles. Les questions sont plus profondes que cela.

Le dialogue est urgent et incontournable pour des solutions consensuelles et apaisées.

Monsieur le Président, vous avez mis une semence de qualité dans le sillon, elle ne doit pas produire l'ivraie ou des nielles de blé qui viendront pourrir une moisson que nous souhaitons heureuse pour la Mauritanie.

Source : Le Calame (Mauritanie)