Thu01232020

Last update06:18:43 PM GMT

Back Economie

Economie

Mauritanie: Ould Ghazouani à l’épreuve du pouvoir

Mauritanie: Ould Ghazouani à l’épreuve du pouvoirKassataya - Depuis 6 mois seulement à la tête du pays le président mauritanien envoie des signaux positifs d’une gouvernance plus lisible et plus dynamique que son prédécesseur. Son gouvernement a pris à cœur les secteurs porteurs d’emploi comme la santé l’éducation les mines et la pêche pour redresser une économie en état de dégradation avancée.

D’autant plus que cet objectif semble rencontrer un terrain favorable de feux verts avec une croissance attendue cette année a plus de 6 pour cent et une inflation soutenue à 3,5 pour cent. Seuls bémols une dette publique avoisinant plus de 80 pour cent du PIB et un chômage visible de plus en plus de jeunes diplômés.

Un quinquennat peut paraître long comme court. Pour l’instant Ould Ghazouani n’y prête pas attention. L’équipe gouvernementale formée de technocrates est à l’oeuvre depuis 6 mois.

La santé semble avoir pris de l’avance par rapport aux autres avec des réformes en profondeur pour lutter contre la pratique médicale illicite. Des pharmacies et des cabinets médicaux sont fermés. Des médicaments périmés et drogues sont incinérés.

Désormais les mauritaniens pourront savoir ce qu’ils mangent grâce à un contrôle systématique des étiquettes. Pour la première fois les déserts médicaux sont pris à bras le corps avec l’affectation de plus de 600 cadres à l’intérieur du pays. En définitive c’est la santé proche des citoyens.

Un autre secteur qui essaie de sortir la tête sous l’eau c’est l’éducation nationale avec la création de deux départements. Le fondamental et la réforme de l’éducation nationale et enseignement secondaire professionnel et technique dont le recrutement de 2000 prestataires éducatifs va combler en partie le déficit d’enseignants dans ce secteur resté longtemps paralysé par une politique d’approximation et de bradage de l’école publique.

Le plus dur reste à venir parce qu’il s’agit d’une refonte d’un système éducatif dont les résultats catastrophiques demandent des concertations techniques à la hauteur de l’ambition gouvernementale.

La pêche et les mines sont les deux secteurs dont les pillages des ressources ont véritablement impacté sur l’économie du pays. Plus de la moitié des ressources halieutiques sont revenues aux chinois depuis de longues années.Beaucoup de bateaux de pêche étrangers continuent de naviguer dans les zones interdites.

Un manque à gagner dans ce secteur qui emploie près de 60000 personnes et dont les recettes en 2018 ont atteint un milliard de dollars avec une production annuelle de plus de 400000 tonnes. La remise en cause des accords de pêche sous Ould Aziz permettra de corriger tous les abus de clientélisme.

Quant au secteur minier en première ligne la SNIM, véritable poumon de l’économie et en même temps vache laitière de l’ État quand il contribue largement au budget, a perdu ses recettes d’exportation à cause d’une mauvaise gestion et d’un bradage au sommet de l’Etat sous Ould Aziz qui a vendu le fleuron de l’industrie mauritanienne à une société australienne et à son gendre.

Un accord qui a été remis en cause et qui va permettre à la nouvelle direction de relever les exportations de ce minerai cher aux mauritaniens avec une production qui pourrait atteindre 12 millions de tonnes cette année.

Et ce vent de changement souffle dans tous les départements. Les observateurs y voient presque un mirage dans un pays fondamentalement miné par la gabegie et la corruption.

Cherif Kane
Source : Kassataya (France)

 

 

Mauritanie : Ould Ghazouani en danger face à la montée de l’intégrisme arabe

Mauritanie : Ould Ghazouani en danger face à la montée de l’intégrisme arabeLe 2ème congrès de l’UPR qui vient de s’achever cette semaine à Nouakchott a mis en place ses nouvelles instances avec un bureau exécutif composé de 31 membres dont un noyau dur de nationalistes arabes. Cette percée d’intégristes nasséro-baathiste est un danger pour la république.

Les signes ne trompent pas. Des députés de la majorité qui demandent l’exclusion du français avec une traduction simultanée de l’arabe aux langues nationales pour la session du budget 2020. Et une semaine après c’est une centaine de militants de l’UPR qui réclament la traduction de la séance inaugurale du congrès seulement dans les langues nationales. Deux faits gravissimes qui risquent de replonger le pays dans l’obscurantisme idéologique panarabe qui a déjà fait ses preuves sous le régime de Ould Taya.

Hier ces mêmes intégristes arabes avaient réussi à étendre leur influence dans tous les rouages de l’Etat et poussé ainsi Ould Taya à fermer l’institut des langues nationales pour arrêter le processus de leur enseignement dans le système éducatif mauritanien.

Aujourd’hui ils réclament à hue et à dia la traduction de l’arabe dans ces langues à la place du français. Un retournement de veste qui cache une nouvelle stratégie d’enfermement des locuteurs de ces langues pour la plupart des francophones.

Cette demande d’exclusion de la langue de Molière est un danger pour la stabilité politique du pays. Pour le président Ould Ghazouani dans un contexte de crise avec Ould Aziz qui n’a pas dit son dernier mot. Cette résurgence intégriste arabe est un danger pour la république.

La montée surtout des nasséristes au sein de l’UPR est un frein au multiculturalisme par conséquent un retour au statu quo la négation culturelle des négro-mauritaniens et Haratines. En brandissant l’étendard arabe-langues nationales les nationalistes arabo-berbères veulent parachever l’arabité de la Mauritanie. L’exclusion du français est un tremplin.

Cherif Kane
Source : Kassataya (France)

Autour d’un thé : Peuple de braves

Autour d’un thé : Peuple de bravesLe Calame - Qui vole un œuf, volera un bœuf. Et qui vole un budget, volera quoi ? Certainement une société, une démocratie ou même un État entier. Mais, c’est aussi connu que celui qui n’a rien englouti n’avalera pas un os de travers et qui n’a pas volé n’a pas peur des pisteurs.

De là à dire que nous avons tous peur des pisteurs ou que nous risquons tous avaler un squelette en entier de travers, il n’y a qu’un pas. Un peuple de preneurs de ce qui ne lui appartient pas. Un peuple de braves. Une certaine bravoure qui fait prendre, au planton, des ramettes de papier, quelques paquets de stylos et de registres à revendre au papetier du coin.

Une bravoure qui fait prendre, au comptable, des machines, photocopieurs, agrafeuses ; lui fait détourner une imprimante toute neuve ou surfacturer des dépenses au profit d’un indicible fournisseur qui s’enrichit entre une soirée et sa matinée.

Une bravoure de hauts officiers d’une normalement Grande Muette venus apprendre la nage chez les civils au point d’en devenir capables de les noyauter. Des militaires qui sont partout, sauf là où ils devraient normalement être.

Braves dans les affaires. Braves en investissements dans les secteurs des pêches, des bâtiments, des divers. Braves en avancements intempestifs aux grades militaires jusqu’à la clochardisation d’une si respectable institution. Braves dans la justification de l’injustifiable.

Qui n’a pas encore en tête ces images ridicules et catastrophiques de « nos chefs de guerre » en grosse campagne de dénigrement contre un vieil homme débarqué sans foi ni loi par un chef de bande aujourd’hui voué aux gémonies tant par ses soutiens que par ses détracteurs.

Bravoure d’indélicats députés collaborant au torpillage d’un processus démocratique via débarquement intempestif et sans appel d’un président démocratiquement élu. Et qui manigancent affreusement les budgets, au cours de sessions à huis clos des ministères et institutions, pour on ne sait quelle complicité ?

Bravoure de ministres carnivores, herbivores, dilapidateurs. Qui sans vergogne détournent honteusement l’argent public. Des braves. Des héros. Des audacieux. Qui osent parler. Rire. Danser.

Et même demander des comptes aux autres ! Que serait le procès de Maouiya Sid ‘Ahmed Taya ? Qui n’aura pas la corde à son cou, si un certain ex-dernier Président devrait répondre de ses actes ? Les quotas de poulpe, les attributions foncières, les autorisations de change, les soins à l’étranger, les grosses commissions occultes perçues de conventions et accords avec des sociétés comme Poly Hondong ou des multinationales comme MCM, Tasiast ou autre…

C’est qui dans tous ces coups ? Qui n’est pas dedans ? Qui a mis à genoux la SNIM ? Dans quelles poches ou dans quels comptes sont allées se fourrer les grosses fortunes engendrées du temps où les choses allaient encore excellemment pour ce fleuron de notre économie nationale ? La forêt ne suffit pas pour cacher le poltron.

Frémissez, bande de bandits et de receleurs ! Il faut faire bouger les dossiers de la décennie. Rien à vous voir remuer comme ça, comme cela suffit à comprendre que quelque chose ne va pas ou ne doit plus très bien aller ! Bravoure d’un Président qui comprend que la meilleure façon de se défendre est d’attaquer.

D’aller au fond du camp de l’ennemi, pour se prémunir contre ses potentielles agressions. Qui comprend qu’il faut mener la bataille sur un front loin de ses bases. Très loin de ses bases, pour résoudre les belligérants à rester dans leurs limites. Une stratégie qui a payé contre les groupes islamistes du Nord-Mali (c’est tellement d’actualité !).

Une stratégie qui a payé contre les voraces dévastateurs de la république, complètement affolés par les irrégulières incartades et les imprévisibles sorties d’un président-fondateur permissif à la limite de l’insolence.

Après la Mauritanie nouvelle, une autre Mauritanie nouvelle. Après le Président- fondateur, un autre Président-fondateur. Après la décennie des « réalisations », une autre décennie dont on ne sait encore de quoi sera-t-elle qualifiée. Applaudisseurs, soutiens, majorité et autres initiatives de soutien, groupes et que sais-je encore : Debout, on appareille ! Salut.

Sneiba El Kory
Source : Le Calame (Mauritanie)

 

 

Mauritanie : l’exclusion du français à l’assemblée nationale fait polémique

Mauritanie : l’exclusion du français à l’assemblée nationale fait polémiqueKassataya - La décision de traduire l’arabe dans les langues nationales sans le français au sein de l’assemblée nationale ouvre le débat sur la place de cette grande langue de communication en Mauritanie. L’histoire retiendra que le français est un acquis pour la Mauritanie.

Son usage dans l’enseignement et dans l’administration est une réalité depuis l’indépendance en 60 mais depuis la mise en place d’une politique d’arabisation à outrance la langue de Molière est en perte de vitesse dans tous les rouages de l’Etat.

Ce statut de seconde langue après l’arabe semble être remis en cause à l’assemblée nationale qui abrite depuis cette semaine une session plénière sur le budget 2020. Désormais le Pulaar, le Sooninke et le Ouolof auront droit de droit de cité dans l’hémicycle avec la création d’un service de traduction simultanée de l’arabe pour les sessions parlementaires excluant ainsi le français.

Ce choix politique ouvre le débat sur la place du français en Mauritanie. Ce qui semble être un acquis historique est entrain de perdre du terrain au profit des langues nationales qui avaient été longtemps reléguées aux oubliettes. Cette nouvelle orientation pourrait remettre au troisième plan la langue de Molière.

Cette aspiration des autorités de Nouakchott confirme l’inquiétude grandissante de l’ambassadeur français à Nouakchott qui comprends que certains mauritaniens n’apprécient pas cette réalité historique pour des raisons identitaires ou politiques selon les propres termes du diplomate français.

Cette crainte de la disparition du français relance le débat sur le plurilinguisme. C’est du moins pour les observateurs la seule voie pour la Mauritanie de sortir de l’extrémisme arabe pour renouer avec son histoire et sa position géo politique de trait d’union entre le monde arabe et africain.

La coexistence de l’arabe, des langues nationales et du français est possible dans le cadre d’une nouvelle politique d’indépendance culturelle qui passe par l’enseignement des langues nationales et l’utilisation de l’arabe et le français comme grandes langues de communication.

Cherif Kane
Source : Kassataya (France)

 

 

L'Editorial du Calame: Gabegistes sous tous rapports

L'Editorial du Calame: Gabegistes sous tous rapportsLe Calame - Accablants. Et fort révélateurs, les derniers rapports de la Cour des comptes qui ont fuité (à dessein?). Ils ont remis sur terre ceux, très peu nombreux, estimant encore que les slogans de lutte contre la gabegie et les détournements de deniers publics, si galvaudés au cours de la dernière décennie, étaient autre chose que de la poudre aux yeux.

L’étude a révélé, à la face du Monde, que malgré les « bonnes » intentions, aucun ministère ou société publique n’a échappé à cette entreprise de prévarication à ciel ouvert. Tout y est passé : surfacturations outrancières, dépenses incongrues, contrats léonins, marchés de gré à gré injustifiées...

Les contrôleurs de la Cour des comptes en sont restés bouche bée. Seules la Présidence et la Primature ont été épargnées. Savez-vous pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles n’ont pas été contrôlées. Rien n’indique pourtant qu’elles se révèleraient des îlots de bonne gestion dans un océan de forfaitures.

Le mal est beaucoup plus profond qu’on ne le pense. Certes, la presse et les réseaux sociaux n’ont cessé de lancer des alertes sur tel ou tel cas de mauvaise gestion ou de marchés de complaisance mais personne ne pouvait imaginer l’ampleur du gâchis.

Il en serait ainsi resté, si la Cour des comptes n’avait pas publié (par inadvertance ?) ses rapports couvrant dix ans (2007-2017) de gabegie sans nom. La preuve ? Ils ne sont plus accessibles. Comme si l’on voulait réparer une faute, en donnant l’impression qu’elle fut involontaire.

Mais en tout état de cause, elle a douché les ardeurs des plus convaincus partisans de l’ex-Président Ould Abdel Aziz et sans doute de ce dernier qui, après trois mois d’absence, commençait à se faire un peu trop bruyant.

Il fallait bien lui envoyer un signal fort pour lui rappeler qui était aux commandes lorsque les maigres ressources du pays étaient dilapidées par ceux-là mêmes qu’il avait choisis.

Et, à part quelques malchanceux qui ont été épinglés sous son magistère (avant d’être rapidement réhabilités), rien ne donnait l’impression que sa démarche dans la lutte contre la gabegie était empreinte de sérieux. Elle était même très sélective.

Le clan avait droit à tout et ceux qui servaient ses intérêts étaient intouchables. Les rapports de la Cour des comptes ou de l’IGE qui les épinglaient étaient mis sous le boisseau. Certains d’entre eux gardent même (haut) pignon sur rue. D’autres sont encore aux commandes.

Dans n’importe quel autre pays du Monde, de telles révélations donneraient lieu à un branlebas de combat, démissions en cascade, procès à la pelle, peines de prison et fortes amendes.

Mais nous sommes en Mauritanie. Où la superbe, aussi cynique soit-elle, suffit à balayer toute objection. Ainsi le clan d’Ould Abdel Aziz se targue-t-il aujourd’hui d’avoir fondé et dynamisé la Cour des comptes afin d’éradiquer la mauvaise gestion ; mais il omet « naturellement » de citer ce qui s’est passé et se passe autour de son chef.

La réalité était que les « commissions et la corruption furent l’exclusivité d’Ould Abdel Aziz et du clan » : le marché de l’aéroport, les ventes des écoles, celles du stade olympique et de l’école de police, la caserne de la gendarmerie d’escorte, la cite fanfare et... cie, en passant par Polyhondone, Sunrise, sans oublier, bien sûr, les comptes bloqués par les Américains à Dubaï et le pactole caché au Swaziland avec lequel nos rapports se sont subitement réchauffés, alors que rien ne nous lie : ni l’histoire, ni la géographie, encore moins l’économie…

Des « placements » négociables, donc, à l’heure des comptes en Cour ? On en est probablement là.

Ahmed Ould Cheikh
Source : Le Calame (Mauritanie)

 

 

Autour d’un thé : Ex-président

Autour d’un thé : Ex-présidentLe Calame - Au pays des Nou’z’autres, les gens vivent de rien. De futilités. Sinon comment comprendre que depuis maintenant tout ce temps – je ne sais pas combien – tout le monde : le Président, les ministres, les hauts fonctionnaires, les militaires, les civils, les opposants, les « majoritants », les petits et les grands, les malhonnêtes et les honnêtes, les hommes et les femmes d’affaires, les agriculteurs, les éleveurs, les gens des quatre points cardinaux, les diables et les diablesses et tout ce que chacun de nous peut imaginer ; en sont toujours à parler d’un ex-président ?

Pour dire quoi de lui ? Que c’est un démocrate qui a accepté de faire passer pacifiquement le pouvoir…. « Ya khouti » (Ô mes frères), vous êtes morts de mensonge ! Et vous savez pourquoi ? À blatérer sur cette histoire de décennie qui ne finit pas.

On sait, chez nous, que les retraités passent leurs premiers mois de retraite à radoter, à délirer, à raconter n’importe quoi. Mais que toute une république radote, délire, déraisonne, ha ! Un peuple fatigué qui s’occupe de choses à ce point inutiles !

Le nouveau Président parle bien français : cela ne règle pas les problèmes. Il est bien poli et bien éduqué : est-ce justement cela qu’il nous faut ? Ni la politesse, ni l’éducation, ni encore moins l’intelligence n’ont jamais construit les États. Laissez l’ex-Président dire et faire ce qu’il veut.

Le temps lui apprendra rapidement qu’il n’est qu’un ex-Président. Laissez-le faire ses dîners avec qui il veut et passer ses fins de semaine là où il veut. Laissez-le faire la politique comme il veut. Il saura, à ses dépens, que la fin justifie les moyens et qu’il n’est, en réalité, qu’un ex-Président.

N’insultez pas l’histoire, s’il vous plaît. Les « gens » qui appellent à une commission d’enquête sur la gestion des dossiers de la décennie sont, à quelques personnes près, ceux-là mêmes qui faisaient le panégyrique du Président-fondateur, après avoir appelé à la formation de plusieurs autres commissions, pour éplucher les gestions de bien d’autres ex-Présidents.

Allah fasse que nos connaisseurs meurent ou oublient ! Les « gens de Toueimirtt » se connaissent. Taisez-vous et laissez le temps faire entendre à l’ex-Président qu’il n’est plus qu’un ex- Président. « Ghazouani la twelli » : Ghazouani ne recule pas.

Nos Présidents se suivent et se ressemblent. Moi, je ne comprends pas pourquoi préfèrent-ils toujours réserver leur première sortie médiatique à des organes de presse étrangers. Comme si nos journalistes nationaux étaient comme nos médicaments nationaux : périmés et contrefaits.

Si un peuple n’a confiance ni en sa presse, ni en son système de santé, ni en son système d’éducation, comment cela peut-il aller ? Je ne comprends pas pourquoi faille-t-il appeler un journaliste du Monde pour lui dire que les derniers mouvements au sein de notre armée sont une mesure de routine, qu’il y a effectivement une petite divergence de points de vue entre un nouveau et un ex-président, que l’opposition doit rester l’opposition ou qu’un dialogue politique n’est pas d’actualité et pas si opportun que le pensent certains.

Moi, je suis poli et bien éduqué, si tant est que cela soit important. Je n’irai donc pas jusqu’à dire que nos Présidents sont complexés. Mais, en tout cas, il y a problème. Certes, l’opposition existe, jusque dans la presse.

Tous comme les ennemis, nationaux et internationaux. Ceux-là qui peuvent augmenter, diminuer ou même carrément détourner. Mais il y a, quand même, l’AMI, la Mauritanienne, Radio-Mauritanie. Et c’est avec tambours et trompettes qu’on a fêté, voici à peine quelques jours, notre indépendance ! Souveraineté, souveraineté…

A-t-on jamais vu un Président français annoncer des choses françaises via Le Calame ou Al Akhbar ? Voilà tout un programme, monsieur l’ex-Président : reviens, ils sont en train de nous brader à l’Occident ! Recrutement de quatre cents imams et de quatre cents muezzins ! C’est depuis quand qu’on est payé pour appeler à la prière ou la diriger, dans une République islamique ? Signe des temps… Salut.

Sneiba El Kory
Source : Le Calame (Mauritanie)

 

 

De plus en plus isolé, Aziz refuse de rendre les armes…

De plus en plus isolé, Aziz refuse de rendre les armes…Le Rénovateur Quotidien - L’ex- président Mohamed Ould Abdel Aziz est de plus en plus éloigné de l’épicentre de son Parti faute d’avoir réussi à maitriser la situation.

Refusant de se résoudre à l’évidente réalité du jeu politique et de se ranger sans orgueil, en bon perdant, il s’obstine à engager une bataille perdue d’avance et qui risque de précipiter son naufrage politique.

Seul abandonné comme un caïman loin des eaux, il ne doit son salut qu’à la soumission à la sagesse qui commande aux hommes de raison convaincus que le pouvoir est périssable et qu’une fois qu’on le quitte, on doit tourner la page et s’occuper d’autres affaires plus personnelles.

Autrement c’est courir à sa perte. Quand le virus politique hante un président qui vient de quitter fraichement le palais, soit il a des remords prématurés, soit il se croit toujours dépositaire de « l’ordre national du changement ». L’histoire ne bégaiera pas cette fois au sommet.

Les deux hommes qui se sont fait passer le flambeau se connaissent bien. Ils ont ensemble échafaudé des plans réussis pour présider aux destinées du pays. Le deal a marché jusqu’au jour où l’un ne trouva pas meilleur successeur que l’autre. Ce tandem allait-il rompre les amarres quelques mois seulement après la passation du pouvoir fêtée en grande pompe comme pour immortaliser une fidélité réciproque. Qui a semé les germes de la discorde ?

Quand un homme décide de quitter paisiblement le pouvoir même avec amertume, il doit éviter de tomber dans les travers de la tentation d’y revenir sans moyens pour ne pas s’exposer au ridicule. Mieux serait alors de s’y agripper fatalement pendant qu’il régnait en seigneur sachant bien que la chute n’était pas loin que de se cabrer sur une scène politique où les laudateurs d’hier deviennent les snipeurs impitoyables.

Le dernier carré des fidèles de l’ancien président n’a que quelques jours pour se rendre armes et bagages chez Ghazouani devenu maitre de la situation. Aziz est-il aussi impertinent pour croire qu’il a toujours la même autorité sur les cercles du pouvoir qu’il a laissés à son successeur ? C’est tout comme…

Source : Le Rénovateur Quotidien (Mauritanie)

 

 

Mauritanie : Ould Ghazouani rate l’occasion de réconcilier tous les mauritaniens

Mauritanie : Ould Ghazouani rate l’occasion de réconcilier tous les mauritaniensKassataya - C’est un président mauritanien retranché dans le traditionnel message à la nation à l’occasion de la fête de l’indépendance et derrière lequel les observateurs pointent une absence de geste politique sur le règlement du passif humanitaire qui empoisonne la vie des mauritaniens depuis presque 30 ans.

Ould Ghazouani s’est contenté de lancer la locomotive de mise en œuvre de son programme électoral selon ses propres termes.

Les observateurs tout comme l’opposition mauritanienne, les organisations de la société civile, des droits de l’homme n’ont pas apprécié sur le fond le premier discours de Ould Ghazouani pour souffler les 59 bougies de l’accession du pays à la souveraineté nationale.

Un message au peuple mauritanien qui ne rompt pas fondamentalement avec les habitudes manœuvrières de son prédécesseur sur le règlement du passif humanitaire comme l’a reconnu auparavant l’UFP dans sa déclaration à l’occasion de l’anniversaire des crimes commis contre les 28 soldats noirs en 90 à Inal au Nord du pays pour célébrer le 28 novembre. Un silence révélateur de deux commémorations.

L’indépendance et une journée de deuil national pour la communauté négro-africaine dont les blessures profondes n’ont pas trouvé un écho dans le message à la nation. Ould Ghazouani se contentant de lancer la locomotive de mise en œuvre de son programme électoral comme en témoignent les 100 premiers jours de sa mandature.

Pas de geste politique mais le changement dans la continuité d’une gouvernance plus technocratique donc de résultats.

Cherif Kane
Source : Kassataya (France)

 

 

Édito - Présidentielle en Algérie : comment sortir de l’impasse ?

Édito - Présidentielle en Algérie : comment sortir de l’impasse ?Jeune Afrique - Obstination et aveuglement, côté pouvoir. Intransigeance et mobilisation, côté population. Alors que la campagne pour l'élection présidentielle du 12 décembre a débuté depuis plus d'une semaine, la situation ressemble fort à une impasse, que le pays n’a guère le loisir de s’offrir.

« Notre peuple, toutes catégories confondues – hommes, femmes, étudiants et vieux [sic] – , est sorti dans la cohésion et la solidarité avec son armée pour exprimer sa volonté de voter massivement le 12 décembre. » Chef d’état-major de l’armée et véritable homme fort de l’Algérie, Ahmed Gaïd Salah est passé maître dans l’art du dithyrambe quand il s’agit du peuple algérien.

À moins qu’il ne soit un fervent sectateur d’Émile Coué de la Châtaigneraie (1857-1926) et de sa célèbre méthode.

À force de seriner qu’un formidable « élan populaire » en faveur de la présidentielle balaie le pays, que se multiplient spontanément à travers tout le territoire « les marches populaires » (la répétition est capitale dans le registre de l’autosuggestion) pour soutenir l’armée, sans doute finira-t-il par s’en convaincre lui-même. Quant à la rue, la vraie, c’est une autre affaire…

Situation alarmante

Vendredi 15 novembre, pour la trente-neuvième fois d’affilée, des millions d’Algériens ont défilé pour réaffirmer leur détermination absolue. Ils exigent la fin du système politique en vigueur depuis l’indépendance, le départ de tous ceux qui en sont issus – parmi lesquels Gaïd Salah lui-même, Abdelkader Bensalah, le président par intérim, et toute l’équipe gouvernementale – , la mise en place d’un régime civil et d’une transition gérée par des personnalités indépendantes.

Autant dire un reset total, à la vérité peu probable. Et ne parlons même pas, dans le peuple algérien, du rejet absolu de la présidentielle du 12 décembre ! Obstination et aveuglement, côté pouvoir. Intransigeance et mobilisation, côté population. Cela ressemble fort à une impasse, que le pays n’a guère le loisir de s’offrir, tant la situation économique est alarmante.

Défiance générale

Cinq prétendants sont pourtant entrés en campagne ce 17 novembre. Avec les moyens du bord et dans un climat de défiance générale. On a rêvé meilleure séquence démocratique, pour un pays qui traverse une période charnière et aspire à repenser de fond en comble son modèle politique et son projet de société. Aucun ne vient de la société civile. Encore moins des rangs des contestataires. De près ou de loin, tous sont liés à Abdelaziz Bouteflika.

Comment aurait-il pu en être autrement, dans un pays dirigé, vingt ans durant, par le même zaïm ? Ali Benflis et Abdelmajid Tebboune font figure de favoris. L’un et l’autre ont été les Premiers ministres de « Boutef ». Mais le premier a au moins eu le mérite de claquer la porte dès 2003. Il a même été, à cette époque, le seul à alerter l’opinion sur les dérives monarchiques du pouvoir.

Depuis, il est un opposant constant, qui en est à sa troisième candidature présidentielle. Inutile de préciser qu’en 2004 et en 2014 ses campagnes n’eurent rien d’une sinécure. Benflis dut se mesurer à la machine infernale d’un système tout entier dévoué à sa propre survie.

Les autres, Azzedine Mihoubi (ex-ministre de la Culture), Abdelkader Bengrina (ancien ministre du Tourisme) et Abdelaziz Belaïd (ex-membre du comité central du FLN), partent de – beaucoup – plus loin. Sauf coup de théâtre (mieux vaut rester prudent avec les Algériens : jamais au cours de leur histoire ils n’ont cédé un pouce de terrain à un ennemi intérieur ou extérieur), l’un de ces deux-là sera élu président. Mal élu, sans doute, contesté, probablement, mais élu tout de même.

Stratégie des petits pas

Dans l’interview qu’il nous a accordée, Ali Benflis explique les raisons qui l’ont amené à participer à ce scrutin voué aux gémonies par tous les acteurs du Hirak (mouvement de contestation) qui secoue l’Algérie depuis neuf mois. Elles peuvent se résumer à un mot : urgence !

Rien ne semblant pouvoir réconcilier les deux camps, aucune troisième voie ne se profilant, Benflis a fait un choix logique : se lancer à la conquête d’El-Mouradia pour, ensuite, être en position d’agir, de réformer, d’influer sur le cours des événements et, espérons-le, de répondre aux attentes des Algériens, ceux qui occupent la rue comme les autres.

Une stratégie des petits pas, en somme, en lieu et place de l’immobilisme prôné par les uns (pouvoir) et du « blitzkrieg (“guerre éclair”) institutionnel et humain » souhaité par les autres (la rue). Une sorte de transition qui ne dirait pas son nom.

Ce n’est sans doute pas la panacée, mais peut-être la moins mauvaise solution. Le choix de la raison plutôt que de la passion.

Par Marwane Ben Yahmed
Source : Jeune Afrique