Thu01232020

Last update06:18:43 PM GMT

Back Santé Santé Santé en Mauritanie

Economie en Mauritanie

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi de règlement définitif du budget de l'État pour l'année 2018

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi de règlement définitif du budget de l'État pour l'année 2018AMI - L'Assemblée nationale a, lors d'une séance plénière tenue mardi, sous la présidence de M. Hamadi Ould Meimou, premier vice-président de la chambre, adopté le projet de loi de règlement définitif du budget de l’État pour l’année 2018.

Le projet de loi de règlement définitif du budget a déterminé le contexte général de l’exécution de ce budget, et les différentes recettes et dépenses par rapport aux prévisions initiales.

Le projet de loi de règlement définitif pour l'année 2018 a montré que les recettes au cours de l'exercice se sont élevées à 56 691 694 557,64 MRU, contre 51 830 521 474,58 MRU, dans l'exercice précédent.

L'examen par l'Assemblée nationale du projet de loi lui permet d’être édifiée sur les performances du gouvernement et, partant, de contrôler son action, tant en termes d'efficacité dans la collecte des recettes que dans la rigueur dans les procédures d’exécution des dépenses, et d'efficience dans la réalisation des programmes visant à améliorer les conditions de vie des citoyens dans le cadre d'une gestion transparente et d'optimisation des ressources publiques.

L'Assemblée nationale a pu également, à travers la discussion du projet de loi de règlement définitif du budget de l’État pour l'année 2018, évaluer le respect par le gouvernement de l’autorisation de dépenses du parlement.

Cette discussion permet également à l'Assemblée nationale d'approuver le projet de loi de règlement présenté par le gouvernement, et de donner un quitus à celui-ci pour sa gestion de l’exercice concerné. Dans sa réponse aux députés, le ministre a précisé que ce quitus avait un caractère plus politique que juridique, et qu'il ne dédouane, en aucun cas, les ordonnateurs et les comptables publics des fautes qu’ils pourraient commettre dans la gestion des deniers publics.

Le ministre des Finances, M. Mohamed Lemine Ould Dhehbi, a insisté, devant les parlementaires, sur l'importance du projet de loi, car il concerne le règlement du budget de l’État pour l'année 2018 et la clôture définitive des comptes de ce budget.

Dans leurs interventions, les députés ont souligné l’intérêt de voir la loi organique n ° 2018-039 du 9 octobre 2018 relative aux lois de finances, mise œuvre. Ils ont insisté, en outre, sur le respect des délais quant à sa présentation devant l’Assemblée, ce qui est de nature à faciliter le suivi des dépenses.

Ils ont demandé la révision des textes applicables à la comptabilité publique, de manière à permettre de résoudre la problématique résultant du fait que le directeur du Trésor et de la Comptabilité publique certifie aussi bien le compte de gestion que le compte général des finances qui font l’objet d'une déclaration générale de conformité, établie par la cour des comptes, et cela en sa double qualité de directeur de la Comptabilité publique, d’une part, et de comptable principal de l’État, d’autre part.

Certains députés ont souligné que le principal critère d'évaluation de la loi de règlement devrait être la mesure de sa contribution au développement, à travers la baisse du taux de pauvreté, la création d’opportunités d’emplois et la mise en place d’infrastructures de base. Ils ont estimé que, sur ce plan, l’apport du budget 2018 est très faible.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Sommet de Londres : 21 dirigeants africains et plusieurs milliards d’investissement

Sommet de Londres : 21 dirigeants africains et plusieurs milliards d’investissementDébut ce lundi à Londres du sommet Angleterre-Afrique avec la participation de 21 chefs d’état et de gouvernement africains, en plus de dizaines de sociétés et d’institutions internationales, un sommet qui doit consacrer des milliards d’investissement.

Dans un communiqué publié avant le sommet, le gouvernement britannique a révélé que le premier ministre Boris Johnson réaffirmera, au cours de ce sommet, que la Grande Bretagne était « le partenaire privilégié des pays africains ».

Le communiqué ajoute dans son communiqué publié sur sa page Facebook que le premier ministre Johnson réaffirmera que son pays dispose de l’expérience et l’innovation prouvées en matière de technologie, une croissance propre, une infrastructure de base et un financement à même de répondre aux aspirations du continent noir pour réaliser une croissance pérenne.

Ce sommet est le premier du genre au cours duquel se réunissent autant de représentants de gouvernements et de sociétés et de pays africains avec le gouvernement britannique et au cours duquel seront annoncés des investissements de plusieurs milliards de dollars, qui consolideront les opportunités d’emplois, stimuleront la croissance en Grande Bretagne et dans les pays africains.

Le gouvernement britannique a encore ajouté que le premier ministre profitera de ce sommet pour détailler le récent partenariat anglo-africain à l’image l’inauguration du projet d’éclairage public intelligeant au Nigéria et celui de la société irlandaise qui avait obtenu le marché pour la construction d’un parc d’affaires en Ouganda.

Le président mauritanien Mohamed O. Cheikh Ghazouani qui prend part à ce sommet avait eu des entretiens dimanche avec le président-directeur général de la société britannique British Petrolium (BP) qui ont porté sur les perspectives de la coopération entre la Mauritanie et le groupe britannique et les moyens de développer ses investissements en Mauritanie à la lumière des perspectives prometteuses dans le pays dans le domaine de l’énergie.

A la veille de l’ouverture de ce sommet la Mauritanie a signé un accord avec la société BP destiné à développer les énergies propres et leur intégration dans la production du gaz naturel.

Un accord signé pour la Mauritanie par le ministre du pétrole, de l’énergie et des mines Mohamed O. Abdel Fetah et pour la société britannique par Norman Christie, président de la zone Afrique de l’ouest au sein du groupe.

La société britannique exploite les champs gaziers naturels découverts récemment dans les eaux territoriales mauritaniennes dont celui de Hmeïm partagé avec le Sénégal en plus du champ ORKA situé entièrement dans les eaux territoriales mauritaniennes.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Mauritanie : vers la construction d’un marché de l’automobile

Mauritanie : vers la construction d’un marché de l’automobileSenalioune - Le marché de l’automobile est l’un des secteurs les plus prospères du territoire, avec des ventes de véhicules en pleine expansion, connu localement sous l’appellation des bourses mauritaniennes.

Ce sur, le gouvernement a pensé à investir sur le secteur afin de donner à la jeunesse une autre issue pour sortir du chômage.

En effet, la première pierre d’un nouveau marché pour la vente de véhicules d’occasion a été posée, mercredi, 15 janvier au KM 8 au nord de Nouakchott Ouest, par le chargé de mission au ministère au commerce et du tourisme, M.Ebay Ould Saleck El Walaty. Selon l’agence AMI.

Le nouveau marché sera construit sur une superficie de 20hectares pour abriter toutes les bourses de véhicules actuellement installées de manière anarchique sur les façades des principales avenues de la ville de Nouakchott.

Intervenant pour les circonstances, Ebay Ould Saleck El Walaty a indiqué que le déménagement des bourses de vente de véhicules vers cet endroit mettra en terme à l’anarchie qui caractérisait ce secteur, dont les conséquences négatives sont perceptibles sur le paysage de la ville.

Le marché de l’automobile dans le pays contribue considérablement dans la lutte contre la pauvreté et offre d’importants emplois à la jeunesse nationale.

Source : Senalioune

 

Signature d'une convention pour la création de 526 opportunités d'emploi et 300 opportunités de formation

Signature d'une convention pour la création de 526 opportunités d'emploi et 300 opportunités de formationAMI - Une convention portant sur la création de 526 opportunités d'emploi et 300 opportunités de formation a été signée mardi à Nouakchott.

La convention a été signée par le secrétaire général du ministère de l'emploi, de la jeunesse et des sports, M. Mohamed Ould Vall Ould Abdi et le directeur général de l'établissement des travaux exécutés, M. Mohamed lemine Ould Khattry, en présence du ministre de l'enseignement secondaire et de la formation professionnelle et technique et du ministre de l'emploi, de la jeunesse et des sports.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le directeur de l'établissement a indiqué que la convention signée aujourd'hui s'inscrit dans le cadre des pré-occupations du ministère de l'habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire qui traduisent la volonté du gouvernement, sur instruction du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, d'améliorer les conditions de vie des populations, en créant des opportunités d'emplois permanents.

Il a ajouté que le programme du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, "Mes engagements" comportent des réformes essentielles et axe sur la justice, la lutte contre la pauvreté, le chômage et toutes les formes de disparité ainsi que sur la disponibilisation des services de base au profit des citoyens où qu'ils se trouvent.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Approbation par l’AN d’un prêt de 3,1 milliards de MRO pour un port de pêche à Nouakchott

Les députés ont examiné et approuvé  un accord de prêt de 586 millions de yuans, soit 3,1 milliards de MRO contracté par l’Etat auprès de la banque  d’Import- Export  de Chine, destiné à la construction d’un port de pêche à Nouakchott, au cours d’une séance plénière qui s’est déroulée lundi après-midi.

Ce prêt « est remboursable sur une durée de 20 ans, avec un différé de 5 ans, assorti d’un taux d’intérêt de 2% par an, avec des frais de gestion de 0,25% et une commission d’engagement de 0,25% par an », selon les détails fournis par l’Agence Mauritanienne d’Information (AMI), un organe du gouvernement.

Devant les députés, le ministre  de l’économie et de l’industrie, Cheikh El Kebir Moulaye Taher, a expliqué que  le prêt  contracté auprès  de la banque chinoise « répond  aux efforts du gouvernement en vue de mettre en place des infrastructures appropriées pour le secteur de la pêche afin de stimuler ses performances. Il s’agit d’un port de pêche multifonctionnel à réaliser sur un site situé à 25 kilomètres au Nord de Nouakchott, doté d’une capacité de débarquement de 400.000 tonnes par an, favorisant quelques 2300 opportunités d’emplois, dont 1500 pendant la phase de construction et 800 emplois permanents ».
Evoquant l’importance du secteur de la pêche pour l’économie nationale, le ministre a rappelé qu’il offre « 226.000 emplois, contribue pour 14% aux ressources budgétaires et 40% des rentrées en devises ».

Source : lecalame.info (Mauritanie)

 

Mauritanie: sanction financière à l’encontre des opérateurs de télécommunications

Mauritanie: sanction financière aux opérateur de télécommunicationsSenalioune - L’Autorité de régulation mauritanienne a décidé d’imposer des sanctions financières aux entreprises de télécommunications opérant dans le pays.

L’Autorité de régulation a indiqué dans un communiqué qu’il avait invité les opérateurs à communiquer leurs éventuelles remarques et observations par rapport à son intention de leur appliquer les sanctions pécuniaires en raison des manquements constatés dans certaines villes et agglomérations publiées dans le rapport de la mission effectuée du 16 Novembre au 12 décembre 2019.

Le communiqué souligne: Etant donné que les motifs invoqués dans les lettres-réponses de ces opérateurs ne sont pas pertinents pour justifier les manquements à leurs obligations contractuelles, le Conseil National de Régulation a par conséquence décidé, lors de sa réunion du 24 décembre 2019 de leur appliquer les sanctions pécuniaires suivantes :

– Pour Mattel S.A: vingt-trois million neuf cent vingt-quatre mille quatre cent-un Ouguiya (23 924 401 MRU) ;

– Pour Mauritel S.A: Quatre-vingt-six Million Trois Cent quarante-six Mille six-cent vingt ouguiya (86 346 620 MRU) ;

– Pour Chinguitel S.A : Trente-trois millions Quatre-cent quarante-sept mille trois cent quatre-vingt-cinq Ouguiya (33 447 385 MRU).

Ces montants sont recouvrés comme créances de l’Etat et versés au Trésor Public.

Source : Senalioune

 

 

La Mauritanie choisit de reconduire le contrat d’Addax comme fournisseur des hydrocarbures

La Mauritanie choisit de reconduire le contrat d’Addax comme fournisseur des hydrocarburesMauriweb - Ce 19 Décembre 2019 à 10heures, s’ouvrait dans la salle de réunion de la Commission Nationale de Hydrocarbures la séance d’ouverture des plis afin de sélectionner un fournisseur pour les hydrocarbures liquides pour la période 2020/2022 et ce à compter du 16 Avril 2020.

Les plis techniques ont été ouverts en présence des représentants des Soumissionnaires qui le souhaitaient. 5 dossiers d’appels d’offres avaient été achetés il s’agit de Trafigura, un habitué du marché mauritanien, Addax/Oryx (l’opérateur en charge des deux précédents contrats et qui contrairement à ses prédécesseurs n’a jamais fait vivre au pays une situation de pénurie), BB Energy, Sahara Energy et Mercuria.

Cette dernière n’ayant pas déposé d’offre seuls les quatre sus nommés eurent à concourir. Après la validation de des offres techniques l’offre financière d’Addax/Oryx fut retenue comme la moins disant.

C’est donc sans doute Addax/Oryx qui sera le fournisseur exclusif du pays en hydrocarbure liquides (essence, gasoil, Kérosène, et fuel) destinés à couvrir la consommation du marché mauritanien pour une période de deux ans.

C’est ce qui ressort de la réunion marathon de la CNH qui s’est poursuivi jusque tard la nuit et qui failli finir en queue de poisson comme l’annulation de l’appel d’offre du Bunkering et la déclaration comme infructueux de l’appel d’offre pour le gaz.

Durant cette période, les seules importations autorisées pour ces produits à destination des importateurs agréés seront celles réalisées dans le cadre des contrats issus de ce marché, mais en sont exclus les produits destinés à l’avitaillement en haute mer.

Il faut cependant noter que les prix tous les types d’hydrocarbures ont connu une augmentation substantielle du différentiel par rapport aux contrats précédents ce qui aura sans doute une incidence sur les prix du fait de l’explosion prévisible des prix du fret dès l’année prochaine.

En effet A partir du 1er janvier 2020, la nouvelle Réglementation Low Sulphur mise en place par l'OMI (Organisation Maritime Internationale) entrera en vigueur. Tous les navires devront s'y conformer en réduisant leurs émissions de soufre de 85 %.

Pour entrer en conformité avec la Réglementation, la teneur en soufre présent dans le fioul devra diminuer de 3,50 % à 0,50 %. L'objectif de réduction des émissions d'oxyde de soufre apportera des bénéfices majeurs pour la santé et l'environnement, incluant l'amélioration de la qualité de l'air et la réduction des risques d'acidification des océans.

Les compagnies de transport devront utiliser des fiouls respectant les teneurs en soufre de 0,50 ou 0,10 %.

La nouvelle Réglementation Low Sulphur IMO 2020 impactant l'ensemble de l'industrie maritime, les coûts de transport seront amenés à augmenter. Le coût du VLSFO (Very Low Sulphur Fuel Oil) étant plus élevé que le HSFO (High Sulphur Fuel Oil) utilisé actuellement, de nouveaux taux de référence pour les contrats à court et long-terme seront mis en place

Pour les contrats à court-terme d'une validité de 3 mois ou moins : la LSS (Low Sulphur Surcharge) s'appliquera chaque mois en sus du fret à compter du 1er décembre 2019.

Et pour les contrats à long-terme d'une validité supérieure à 3 mois : le VLSFO remplacera le HSFO et constituera la nouvelle référence tarifaire pour le calcul trimestriel de la BAF (Bunker Adjustment Factor) à compter du 1er janvier 2020.

La BAF s'appliquera en sus du fret et sera révisée chaque trimestre avec un préavis d'un mois. La BAF applicable aux marchandises reefer sera 20% plus élevée que celle des marchandises dry à taille de conteneur identique, avec un minimum de 25 USD/EVP.

Cependant la CNH n’a semble-t-il, pas vu le coup venir. Et elle est tombée des nues lors du dépouillement des offres financières qui toutes avaient pris en compte cette nouvelle donne.

Rappelons que Oryx Energies est une société suisse, propriété exclusive du groupe privé AOG. Depuis plus de 30 ans, elle fournit dans toute l’Afrique subsaharienne des produits pétroliers et gaziers.

Fruit de la fusion des activités de négoce et d’aval pétrolier d’AOG, Oryx Energies a pour ambition de devenir la plus grande plateforme intégrée d’activités d’aval pétrolier de l’Afrique subsaharienne. Au fil des ans, elle s’est ainsi hissée au premier plan du négoce pétrolier indépendant en Afrique.

Source : Mauriweb (Mauritanie)

 

 

Nouadhibou, sans électricité pendant 20 heures d’affilée

Nouadhibou, sans électricité pendant 20 heures d’affilée Alakhbar - La capitale économique Nouadhibou a connu une coupure d'électricité qui a duré près de 20 heures d'affilée, provoquant une paralysie des activités économiques et commerciales tout au long de la journée de ce mardi 24 Décembre.

L'électricité s’est interrompue au niveau de nombreux quartiers de la ville, le mardi vers 4h du matin avant de n'y revenir vers 17 h, indiquent des sources.

Les habitants ont critiqué cette manière de rétablir l'électricité, qui leur rappelle à l’esprit, disent-ils, ce qui s’était passé en ao$ut dernier, où la ville était en proie à une série de délestages, l’ayant contraint à annoncer un plan alternatif.

Le Directeur Général de la Somelec et certains de ses hauts collaborateurs avaient effectué dernièrement une visite à Nouadhibou, destinée à résoudre les problèmes des délestages et de discuter de la question d’acquérir des groupes électrogènes de 11 Mgwts de capacités.

Mais les coupures se sont accélérées par la suite sans que la société révèle en détail ce qui s’est passé.

Par Al-akhbar,
Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie : signature pour le financement des coûts de sa quotepart du projet gazier

Mauritanie : signature pour le financement des coûts de sa quotepart du projet gazier Saharamédias - La Mauritanie et l’institution islamique pour la promotion du secteur privé ont signé un accord pour le financement des coûts de sa quotepart du projet gazier « AHMEYIM-GRANDE TORTUE ».

En vertu de cet accord signé mercredi à Djeddah, cette institution financière, une filiale du groupe de la banque islamique, se chargera de mobiliser les ressources financières nécessaires pour le financement de la quotepart de la Mauritanie dans ce projet.

Cet accord, qui sera effectif dès l’année prochaine, permettra à la Mauritanie de financer sa quotepart du projet, en toute indépendance, à travers des financements conséquents et à l’émission d’instruments islamiques.

L’accord a été signé par le ministre mauritanien de l’économie et de l’industrie, Cheikh El Kébir Moulaye Taher et Eymen Eymen Sejiny le président exécutif du groupe.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Mauritanie : signature d’un accord pour l’emploi de 6.000 travailleurs

Mauritanie : signature d’un accord pour l’emploi de 6.000 travailleursSaharamédias - Le ministre mauritanien de l’emploi, de la jeunesse et des sports Dr Taleb O. Sid’Ahmed et le président de l’union nationale des employeurs de Mauritanie Zein El Abidine O. Cheikh Ahmed ont signé mardi un accord en vertu duquel l’union s’engage à employer 6.000 travailleurs avant la fin du premier semestre de l’année prochaine.

Cet accord, selon le ministre est un acquis pour le peuple mauritanien, majorité et opposition, ajoutant que l’emploi des jeunes et l’amélioration de leurs compétences figure en bonne place dans le programme électoral du président Mohamed O. Cheikh Ghazouani.

Le gouvernement du premier ministre a encore dit le ministre travaille en ce sens et a mis en place nombre de projets en cours d’exécution ce qui sera de nature à réaliser les espoirs et les nombreuses ambitions de la jeunesse dans un proche avenir.

Le président du patronat s’est félicité pour la signature de cet accord et a remercié le ministère pour sa disponibilité à coopérer avec son institution, selon l’agence mauritanienne d’information.

Selon les mêmes sources les travailleurs seront répartis entre les différentes fédérations membres de l’union des employeurs de Mauritanie comme suit :

- fédération des agriculteurs 1500 emplois

- fédération de la pêche : 1000 emplois

- fédération des bâtiments : 1000 emplois

- fédération de l’industrie : 500 emplois

- fédération des transports : 500 emplois

- fédération des services et professions libérales : 500 emplois

- fédération du tourisme : 500 emplois

- fédération des boulangeries et pâtisseries : 500 emplois

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

Pêche : levée de l’embargo imposé à la GBM

Pêche : levée de l’embargo imposé à la GBMSahara Médias - Le ministère des pêches et de l’économie maritime a ordonné la levée de la mesure interdisant aux armateurs de traiter avec la « générale banque de Mauritanie (GBM) appartenant à l’homme d’affaires mauritanien Mohamed O. Bouamatou.

Cette décision est contenue dans une lettre adressée par le ministère des pêches et de l’économie maritime adressée au directeur général de la société mauritanienne pour la commercialisation du poisson relative aux relations avec les institutions bancaires.

Dans cette lettre le ministre des pêches révèle avoir été saisi, lors de sa dernière visite à Nouadhibou, par des demandes pressantes, orales et écrites, formulées par des acteurs du secteur de la pêche, relatives au grand préjudice qui leur est porté, par une instruction verbale et effective de la SMCP interdisant toute transaction avec la GBM.

Pour le ministre il n’existe absolument aucune raison de ne pas respecter la volonté des opérateurs travaillant dans le secteur de la pêche de choisir la banque avec laquelle ils veulent travailler pourvu qu’elles répondant aux exigences fixées.

Enfin le ministre, dans sa correspondance, a appelé la société à faciliter aux opérateurs travaillant avec elle à leur garantir leurs droits, sans aucune restriction, de choisir l’institution bancaire avec laquelle ils veulent travailler.

Il y a quelques semaines, lors d’une rencontre avec le président Ghazouani, des hommes d’affaires ont demandé la levée de l’embargo imposée à la Générale Banque de Mauritanie.

Cette mesure intervient après multiples demandes pour la nécessité d’annuler par le président Ghazouani les poursuites judiciaires à l’encontre de l’homme d’affaires mauritanien Mohamed O. Bouamatou, eu égard au nouveau climat d’apaisement politique que connait le pays.

L’homme d’affaires mauritanien avait fait l’objet d’un mandat d’arrêt sous le régime du président O. Abdel Aziz considérée alors comme une conséquence d’un différend politique entre les deux hommes.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Début d’une semaine du Maroc à Nouakchott

Le coup d’envoi officiel marquant le démarrage des activités de la première édition d’une semaine marocaine à Nouakchott,  a été donné lundi en début d’après-midi à l’Office du Complexe Olympique (OCO) en présence du ministre mauritanien du commerce et du tourisme, Mahmoud Sid’Ahmed, du ministre de la culture et de l’artisanat, Dr Sid’Ahmed ould Ghaber, de l’ambassadeur en Mauritanie, Hamid Chabar,  de plusieurs autres personnalités mauritaniennes, marocaines et membres du corps diplomatique. Cette semaine se déroule du 16 au 22 décembre.
Elle est  organisée par l’ambassade du Maroc  en Mauritanie, en partenariat avec le ministère mauritanien  du commerce du tourisme, de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations  (AMDIE), la Maison de l’Artisan (MA), l’Etablissement Autonome de contrôle et de Coordination des Exportation (Morocco FOODEX) et la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Mauritanie (CCIAM). Cette semaine va permettre « de consolider les relations séculaires au niveau humain, commercial et culturel,  entre les 2 pays, au moment ou on évoque avec force, l’idée d’une intégration poussée du continent africain à travers un vaste et unique marché », a souligné le ministre mauritanien du commerce, Mahmoud Sid’Ahmed, dans une déclaration faite à la presse.
Pour sa part, l’ambassadeur du Maroc, Hamid Chabar, a présenté la manifestation comme une nouvelle étape « sur le chemin de la consolidation des relations séculaires et multiples entre les peuples de Mauritanie et du Maroc ».
La semaine marocaine à Nouakchott intervient un mois après la neuvième édition du Festival des Villes Anciennes de Mauritanie (FVAM), organisée dans la ville de Chinguetti (Nord), dont le Maroc était l’invité d’honneur.
Au programme de la semaine,  des pavillons exposant l’artisanat et les produits du terroir du Maroc, des soirées musicales, des rencontres B to B, des conférences sur le climat des affaires  et les opportunités d’investissement en Mauritanie, la présentation du secteur de l’artisanat marocain, une communication sur l’expérience marocaine dans la  création des zones logistiques, une conférence sur les échanges commerciaux entre le Maroc et la Mauritanie : état des lieux et perspectives, des  veillées poétiques, des  séances de gastronomie…. ».

Source : lecalame.info (Mauritanie)

 

Large Mauritanie-Sénégal : BP découvre encore du gaz

Large Mauritanie-Sénégal : BP découvre encore du gaz Senego - BP Plc a déclaré lundi, lors d’un forage de trois puits au large de la Mauritanie et du Sénégal avoir rencontré du gaz de « haute qualité », renforçant sa confiance dans les ressources gazières de la région, rapporte Reuters.com, visité lundi par Senego.

Beaucoup de gaz découvert

En novembre, le puits Orca-1 au large de la Mauritanie, détenu en partie avec Kosmos Energy et la Société Mauritanienne des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier, a été approfondi et a rencontré davantage de gaz.

« Nous avons identifié une vaste zone de prospection avec un potentiel de ressources considérable dans le sud de la Mauritanie. Nous allons maintenant procéder à d’autres forages d’évaluation. BP en a trois pour trois au large de la Mauritanie, Sénégal.

Vers d’autres forages d’évaluation

« Il s’agit d’un résultat passionnant car il prouve que nos données sismiques permettent d’identifier des gisements d’hydrocarbures plus profonds que nous ne l’avions cru « , a déclaré Howard Leach, responsable de l’exploration à BP.

« Nous avons identifié une vaste zone de prospection avec un potentiel de ressources considérable dans le sud de la Mauritanie. Nous allons maintenant procéder à d’autres forages d’évaluation pour aider à éclairer les décisions futures en matière de développement. »

Du gaz dans les neuf puits

La société a indiqué que cette campagne de trois puits s’est achevée dans la région de la Mauritanie et du Sénégal, où elle a également découvert du gaz aux puits GTA-1 et Yakaar-2. Ces trois puits ont ciblé neuf sables contenant des hydrocarbures et ont trouvé du gaz dans les neuf puits.

Il s’agissait des premiers puits exploités par BP dans la région. Ces trois projets ont été réalisés en toute sécurité, soit 30 millions de dollars de moins que prévu au budget et 40 jours plus tôt que prévu. L’Orca-1 a été foré dans le bloc C8 de Mauritanie avec du gaz trouvé dans les cinq sables d’origine ciblés et une zone plus profonde.

Par Mangoné KA
Source : Senego

 

 

Le PM préside une réunion sur le projet de Création d’une Zone Économique spéciale à Tanit

Le PM préside une réunion sur le projet de Création d’une Zone Économique spéciale à TanitAMI - Le Premier Ministre Monsieur Ismaïl Ould Bedde Ould Cheikh Sidiya a présidé, vendredi à la salle de réunion de la primature, une réunion du comité interministériel chargé du suivi et de la mise en œuvre du projet de Création d’une Zone Économique spéciale dénommée Pôle de Développement de Tanit.

La réunion a examiné les mesures nécessaires pour favoriser la dynamisation de l’activité du port de Tanit. Dans ce cadre, un ensemble d’actions visant la viabilisation et l’aménagement du port ont été identifiées.

Enfin, le Premier ministre a instruit les départements concernés à l’effet de réaliser, chacun dans son domaine de compétence, et suivant un calendrier optimal, les actions relatives à:

- la fourniture des services de base, d'eau, d'électricité et de routes, essentiels à l’activité du port.

- l’identification des mesures incitatives à l’investissement en vue d’attirer des investisseurs nationaux et étrangers pouvant contribuer au développement du port.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Petits pélagiques : Surexploitation supposée et fausses annonces

Petits pélagiques : Surexploitation supposée et fausses annoncesLe Courrier du Nord - Nous étions le « pays du million de poètes », nous sommes devenus celui du million d’autres choses. Un million de politiciens. Un million d’experts « en toutes choses ».

Ce « titre » vaut autorité, pour certains, pour s’autoriser à s’exprimer sur n’importe quel sujet ! La politique, les questions de société, le sport, les stratégies de défense et de sécurité, l’économie. L’économie : l’agriculture, l’élevage, les mines (le fer, l’or, le cuivre), les hydrocarbures (le pétrole, le gaz), la monnaie, le commerce, les échanges, la pêche.

La pêche ! Voilà, justement, un secteur qui alimente, depuis quelques jours, de vifs débats. Sur les accords de pêche. L’Union européenne, la Chine, la Turquie…La farine de poisson (moka). Les politiques et stratégies mises en œuvre pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. Le potentiel permissible. Le débarquement au Port de Tanit. L’apport en devises, etc. etc. etc.

Dans un domaine sensible comme l’économie, les profanes n’ont pas de place. Le langage est celui des chiffres et des indicateurs de performance. Les voix autorisées sont celles qui savent les interpréter. C’est une affaire de raison, pas de sentiments.

Quand on dit, par exemple, que le secteur de la pêche connait actuellement une certaine embellie, les contre-arguments ne tiennent pas face à la réalité : le secteur permet, selon les estimations les plus basses, 40.000 emplois directs et représente environ 20 % des recettes budgétaires de l’État. En chiffres, cela donne 65,4 milliards d’Ouguiyas, soit un taux de réalisation de 106% par rapport aux prévisions (61,7 milliards d’UM, selon le Rapport de la Cour des Comptes (2017). La mise en place de textes réglementant le secteur (comme celui de la « Mauritanisation ») a fortement impacté le sous-secteur de la pêche artisanale, longtemps considérée comme une zone de « non droit ».

Le socle de ces réformes est, incontestablement, la Stratégie 2015-2019 pensée et mise en œuvre pour maximaliser les profits que les mauritaniens sont en droit d’attendre de l’exploitation de leurs ressources halieutiques. Toute prise de décision se fait sur des bases scientifiques. Avec l’élaboration de tableaux de bord (Stratégies, Plan d’action, Cadre d’investissement, Plans d’aménagement, Procédures, Planning de Formation), à partir de 2014, le secteur a mis un terme à la navigation à vue qui lui portait d’énormes préjudices.

La Stratégie, qui arrive à terme, cette année, aura permis de penser le développement du secteur de la pêche en fonction d’objectifs stratégiques (6) déclinés en objectifs spécifiques pour poser des actes sortant du cadre des généralités et mesurables en termes d’indicateurs. Citons quelques exemples : « définition et adoption d’une clé de répartition des possibilités de pêche entre les segments par pêcherie » ; « adoption d’un régime fiscal spécifique, incitatif et motivant pour les entreprises installées au niveau des nouveaux pôles » ; « construction de débarcadères dans la zone sud du littoral » ; « création d’un label national de qualité des produits de la pêche » ; « actualisation du registre d’immatriculation des navires mauritaniens » ; « institutionnalisation des plans d’aménagement comme mode de gestion au niveau législatif… »

La seule chose sur laquelle on peut être d’accord est : « peux mieux faire », mais là, c’est un autre débat.

Si on en vient à cette histoire de farine de poisson (moka), brandie depuis un certain temps, comme « l’affaire du siècle », on se rend compte que les détracteurs ne mettent en avant que le « quart vide » du verre. La partie pleine (les ¾) ne l’intéresse point.

Ils oublient de souligner, par exemple, que les installations sur terre sont une exigence (de rentabilité) économique évidente. La moindre des avantages de cette mesure est qu’elle permet le contrôle strict d’une activité qui a toujours été pratiquée, en toute illégalité, en haute mer !

Ils ne disent pas également qu’elle génère des bénéficies énormes, en termes d’emplois indirects. Le poisson qui n’avait pas une grande valeur commerciale pourrissait sur la plage des pêcheurs de Nouakchott et dans les zones de pêche tout le long du littoral. C’est ce produit et les déchets qui entrent réellement dans la production de la farine de poisson. Considérer qu’on peut utiliser 4 tonnes de poisson de qualité pour produire une tonne de farine de poisson rapportant entre 1000 et 1500 USD relève de l’absurde.

Pour garantir les besoins en poisson d’une population de moins de 4 millions, l’industrie de la pêche devrait débarquer pour cela environ 45.000 tonnes par an pour la consommation locale (à raison de 15 kg de poisson par personne et par an). C’est 5 Kilogrammes de plus que la consommation de poisson dans les pays d’Afrique de l’Ouest, estimée à un peu plus de 10 kg par personne, souligne un rapport citant la Coalition pour des accords de pêche équitable (CAPE).

Scientifiquement, il est prouvé que la Mauritanie a un potentiel permissible de 1.200.000 tonnes par an. Mais, comprenons une chose. Ce « potentiel » n’est une richesse que s’il est capturé, commercialisé et transformé en devises pour servir le développement du pays ; pas quand on le laisse filer (émigrer) vers d’autres pays qui, eux, ne laisseront pas passer l’occasion de se servir. Ça aussi, les profanes ne le comprennent pas.

Sneiba Mohamed
Source : Le Courrier du Nord (Mauritanie)

 

 

Le ministre de l'économie reçoit le président de l'établissement islamique pour le développement du secteur privé

Le ministre de l'économie reçoit le président de l'établissement islamique pour le développement du secteur privéAMI - Le ministre de l'économie et de l'industrie, M. Cheikh El Kebir Moulaye Taher, a reçu en audience lundi à Istanbul, en Turquie, M. Eymen Emine Sijini, président de l'établissement islamique pour le développement du secteur privé relevant du Groupe de la Banque Islamique de Développement.

La rencontre a porté sur le financement de projets structurants dans les secteurs des mines et des hydrocarbures. Les deux hommes ont aussi passé en revue les moyens susceptibles d'impulser le secteur privé et de mobiliser les financements nécessaires à cela.

Le ministre a, par ailleurs, eu des rencontres avec des personnalités financières et économiques de haut niveau, en marge de la conférence pour les investissements organisée par la Turquie en collaboration avec l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) du 7 au 10 décembre 2019.

L'audience s'est déroulée en présence du directeur général des financements, des investissements publics et de la coopération économique, M. Mohamed Salem Ould Nany.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

بيان صحفي

ماتل تربط البنك الشعبي الموريتاني BPM بشبكتها للأنترنت على الألياف البصرية

26 نوفمبر 2019

تعلن الشركة الموريتانية التونسية للاتصالات - ماتال ، عن توقيع اتفاقية شراكة مع البنك الشعبي الموريتاني BPM يحصل من خلالها هذا الأخير على عرض للربط بالأنترنت عالي الصبيب على الألياف البصرية.

وتعتبر هذه الشراكة جزأ من السياسة التجارية لماتال و التي تهدف إلى تلبية تطلعات المؤسسات الموريتانية بتمكينهم من حلول و أدوات تكنولوجية فعالة تساهم في تحقيق أهداف نموهم وتعزيز إنتاجيتهم

و تعتبر عروض ماتال للربط العالي الصبيب على الألياف البصرية بمثابة حل أساسي مناسب لاستبدال الاتصال السلكي التقليدي كما يمكن اعتمادها أيضًا كحل احتياطي للمؤسسات.

و بفضل نشرها لبنيتها التحتية للألياف البصرية، تتموقع شركة ماتال كشريك متميز في مجال التكنولوجيا الموجهة للمهنيين، حيث تقدم لزبائنها من الشركات خدمات أنترنت عالية السرعة موثوقة وآمنة.

 

Mattel raccorde la BPM à son réseau Internet sur Fibres Optiques

26 Novembre 2019

La Mauritano-Tunisienne de Télécommunication – Mattel annonce la signature d’une convention de partenariat avec la Banque Populaire de Mauritanie -BPM portant sur la mise en service d’une solution d’accès Haut Débit Internet sur Fibres Optiques.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la politique commerciale de Mattel visant à répondre aux attentes des entreprises mauritaniennes en leur proposant des solutions et outils technologiques efficaces leur permettant d’atteindre leurs objectifs de croissance et de productivité.

En effet, les offres de connexion Haut Débit par Fibres Optiques de Mattel sont une solution de base idoine pour le remplacement des accès filaires classiques et peuvent aussi être installées comme solution de backup pour les clients entreprises.

Grâce au déploiement de son infrastructure Fibre Optique, Mattel se positionne comme un partenaire technologique de premier choix sur le segment B2B offrant à ses clients Entreprises des services internet haut débit, fiables et sécurisés.

 

Le ministère du Commerce lance une campagne de saisie des produits expirés

Le ministère du Commerce lance une campagne de saisie des produits expirésAMI - Le ministère du Commerce et du Tourisme, a lancé, mercredi, au niveau de la moughataa de Tevragh Zeina (Wilaya de Nouakchott-Ouest), une campagne de saisie des produits aux dates de péremption expirées.

Outre la saisie des produits périmés, cette campagne de plusieurs jours conduite par les équipes de la direction de la concurrence, de la protection du consommateur et de la lutte contre la fraude vise à établir les listes tarifaires des produits.

A cette occasion, le directeur adjoint de la direction de la concurrence, de la protection du consommateur et de la lutte contre la fraude, M. Moustapha Ould Ely, a indiqué que les équipes ont saisi ce mercredi des quantités de ces produits et ont donné un délai d’une semaine aux propriétaires des épiceries pour afficher la liste des prix sur toutes leurs marchandises.

Il a souligné que l’expiration de ce délai, le ministère va prendre les dispositions réglementaires qui imposent l’obligation de l’affichage des prix sur les marchandises exposées.

Il a ajouté que l’article 1218 du code du commerce précise que tout vendeur de produits ou tout prestataire de services doit, par voie de marquage, d’étiquetage et d’affichage ou par tout autre procédé approprié, informer le consommateur sur les prix.

Il a indiqué que la campagne va s’étendre aux trois wilayas de Nouakchott, invitant tous les commerçants de respecter ces directives.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Mauritanie: les pêcheurs protestent contre les insuffisances du port de Tanit

Mauritanie: les pêcheurs protestent contre les insuffisances du port de TanitRFI Afrique - En Mauritanie, 700 pêcheurs artisanaux ont organisé un sit-in devant la présidence la République pour protester contre le débarquement de leur capture de poisson à 60 kilomètres de Nouakchott. Une décision du gouvernement mauritanien pour contrôler l’exploitation de la ressource halieutique.

Les pêcheurs se sont donné rendez-vous lundi et mardi devant les grilles de la présidence de la République. Ils veulent dénoncer la mesure qui leur impose le débarquement du produit de leur pêche au port de Tanit, situé 60 kilomètres au nord de Nouakchott.

Il y a des pierres au bord du port, nous explique Moctar Maouloud, le porte-parole des pêcheurs, et elles peuvent gêner l'accostage des pirogues. « Ensuite, le port n’est pas aux normes pour 300 pirogues. Quand tu prends 300 pirogues-400 pirogues, il est bloqué. Quand ça bloque, les gens ne peuvent pas venir, tout le monde ne peut pas venir là-bas. Si la mer est agitée à deux mètres, on ne peut plus arriver là-bas ».

Le conseiller technique du ministre des Pêches et de l’Economie maritime rejette les affirmations des pêcheurs. Mohamed Salem louli évoque un port moderne et sécurisé : « C’est un port qui répond parfaitement à toutes les normes.

C’est un port très moderne, qui a pour vocation de recevoir les embarcations de la pêche artisanale et côtière et il répond à toutes les conditions de sécurité. »

Financé avec l’aide de l’Union européenne, le port de pêche artisanale et côtière de Tanit a coûté à l’État mauritanien 100 millions de dollars.

Près de 400 unités de pêche peuvent accoster en même temps, selon le ministère des Pêches. Avant son inauguration en décembre dernier, la Mauritanie n’avait que deux ports de pêche, situés à Nouadhibou la capitale économique.

Source : RFI Afrique

 

 

Le DG de la SOMELEC annonce de nouvelles mesures pour sortir la société de sa "léthargie"

Le DG de la SOMELEC annonce de nouvelles mesures pour sortir la société de sa Tawary - Le nouveau directeur général de la société mauritanienne de l’électricité (SOMELEC), Dr Mohamed Ali Ould Sidi Mohamed a dans le but de redresser la situation dans laquelle se trouve ladite société, annoncé un certain nombre de mesures au cours d’une réunion tenue, ce dimanche 17 novembre, dans l’enceinte de l’École des Métiers avec ses travailleurs et agents.

Pour les agents chargés des interventions sur le terrain le port de la tenue de travail portant le sigle de la société et un numéro d'identification est obligatoire, l’ouverture d’un numéro vert au profit des citoyens durant le week-end, les jours fériés et en dehors des heures de travail, sont là certaines nouvelles mesures annoncées par le patron de la SOMELEC.

Il a précisé que le numéro vert permettra aux citoyens d’exposer leurs problèmes qui seront résolus dans les plus brefs délais.

Ould Mohamed Ali a souligné qu’une vaste campagne sera engagée contre les mauvais comportements au nom de la société envers les citoyens.

Au cours de cette rencontre première de son genre et à laquelle ont assisté des directeurs centraux et chefs services de la société, le directeur général a vivement insisté sur l’importance d’une réforme pour sortir la société de sa "léthargie".

"Toutes les mauvaises pratiques et les comportements irresponsables que vivent les citoyens et porte atteinte à la crédibilité de la société doivent cesser",martela le directeur. "Nous devons œuvrer pour améliorer les relations entre la société et les clients tout en étant au service du citoyen" a-t-il souligné.

Dès sa prise fonction, le nouvel homme fort de la SOMELEC avait rendu publique une circulaire à toutes les agences de la société dans laquelle, il a exhorté les employés et agents sur la nécessité du respect des heures de travail et d’être au service des populations.

A noter que la SOMELEC a vécu ces dernières années une période difficile accentuée par la fraude sur les branchements, la multiplication des branchements frauduleux sur les poteaux et les lignes domestiques, les installations sauvages et dangereuses des niches dans les quartiers populaires, la propagation du clientélisme, la corruption, l’incivisme à grande échelle chez un bon nombre d’agents chargés de la relève sur les compteurs et de la coupure, et selon nos sources, absence d’un service de distribution des factures dans certaines zones surtout les plus reculées (Riyadh, Tarhil, Mellah, Dar Beidha,...).

En plus un manque de communication au sujet des coupures d’électricité souvent surprises et de façons récurrentes et prolongées dans les quartiers.

Des coupures qui font perdre aux citoyens des quantités importantes de leurs rations alimentaires qui étaient gardées au frais (viandes, poissons, conserves, repas, …) dans les congélateurs.

A. SIDI
Source : Tawary (Mauritanie)

 

 

Création d'une nouvelle Agence de protection sociale

Création d'une nouvelle Agence de protection sociale Le Calame - Un montant de plus de vingt neuf milliards d'anciennes ouguiyas est réservé dans le projet de budget 2020 à une nouvelle Agence dépendant de la présidence dénommée Agence de la Protection Sociale (APS) qui va remplacer l'agence nationale des études et suivi des projets et l'agence Tadamoun dont les budgets réunis ont atteint en 2019 plus de huit milliards d'anciennes ouguiyas alors que celui du nouvel établissement est de 29,76 milliards d'anciennes ouguiyas.

La nouvelle Agence sera chargée de missions comme la lutte contre la pauvreté, l'élimination des séquelles de l'esclavage, la construction et la réhabilitation des écoles et le soutien des réseaux d'assurance sociale.

Cette nouvelle institution est une promesse électorale du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani. Bien que ses textes constitutifs n'aient pas encore été faits, l'agence suscite déjà beaucoup de convoitises.

Dans sa dernière réunion le 29 octobre 2019 avec l'ambassadeur des États-Unis unies accrédité à Nouakchott, Boubacar Messaoud, président de l'organisation des droits de l'homme et de lutte contre l'esclavage déclarait que l'Etat devrait éviter à la nouvelle agence les travers dans lesquels Tadamoun est tombée comme sa gestion par quelqu'un qui n'a rien à voir avec les missions qui lui sont dévolues et la non représentation des principaux concernés dans ses organes de gestion et de pilotage (direction générale, conseil d'administration....)

Source : Le Calame (Mauritanie)