Mon04192021

Last update12:21:14 PM GMT

Back Economie Economie Economie en Mauritanie Mauritanie : le conseil national de l’éducation controversé

Mauritanie : le conseil national de l’éducation controversé

Mauritanie : le conseil national de l’éducation controversé

Kassataya - L’exclusion de la coordination des associations culturelles mauritaniennes au conseil national de l’éducation qui compte 23 membres suscite des interrogations sur la crédibilité de la réforme de l’éducation nationale engagée par le gouvernement de Ould Bilal.


C’est une mauvaise nouvelle pour les défenseurs des langues nationales dans un pays à vocation multiculturelle. Une exclusion considérée par les observateurs comme une volonté politique du gouvernement d’écarter les véritables acteurs de la diversité culturelle en Mauritanie.

Le flop au niveau de la désignation des membres est assez révélateur de la nature du régime de Ould Ghazouani. Trois anciens ministres font partie des conseillers nommés par le président et quatre autres par le premier ministre.

Des nominations dès le départ qui obéissent à des critères politiques et qui ne sont que la face émergée d’une politique éducative à plusieurs vitesses. La proximité de la présidence et de la primature contribue au verrouillage d’un conseil national de l’éducation qui ne garde que le nom en faisant fi à la diversité culturelle.

Entre des formules pas claires pour désigner l’urgence d’une réforme de l’éducation et des intentions du président Ould Cheikh Ghazouani de construire un nouvel état et son ministre de l’éducation nationale dépassé par l’ampleur de la réforme, ce conseil national remet en cause l’école de la république par conséquent la chance à tous les mauritaniens de réussir.

L’exclusion de la coordination des associations culturelles ainsi que celle des enseignants est une erreur de casting politique.

La promesse électorale du président mauritanien d’unité nationale, l’utilisation désormais des langues nationales à l’assemblée nationale débouchant à la création d’un groupe parlementaire pour la défense des langues nationales, l’introduction des langues nationales dans un cycle de l’Ecole nationale d’Administration de la Magistrature et du Journalisme.

Autant de repères qui deviennent un écran de fumée masquant l’exemple de réussite dans la sous-région de l’expérience mauritanienne en matière d’enseignement des langues nationales mené par l’institut des langues nationales.

Cherif Kane