Tue08042020

Last update09:44:46 AM GMT

Back Economie Economie Economie en Mauritanie Autour d’un thé : Ex-président

Autour d’un thé : Ex-président

Autour d’un thé : Ex-président

Le Calame - Au pays des Nou’z’autres, les gens vivent de rien. De futilités. Sinon comment comprendre que depuis maintenant tout ce temps – je ne sais pas combien – tout le monde : le Président, les ministres, les hauts fonctionnaires, les militaires, les civils, les opposants, les « majoritants », les petits et les grands, les malhonnêtes et les honnêtes, les hommes et les femmes d’affaires, les agriculteurs, les éleveurs, les gens des quatre points cardinaux, les diables et les diablesses et tout ce que chacun de nous peut imaginer ; en sont toujours à parler d’un ex-président ?

Pour dire quoi de lui ? Que c’est un démocrate qui a accepté de faire passer pacifiquement le pouvoir…. « Ya khouti » (Ô mes frères), vous êtes morts de mensonge ! Et vous savez pourquoi ? À blatérer sur cette histoire de décennie qui ne finit pas.

On sait, chez nous, que les retraités passent leurs premiers mois de retraite à radoter, à délirer, à raconter n’importe quoi. Mais que toute une république radote, délire, déraisonne, ha ! Un peuple fatigué qui s’occupe de choses à ce point inutiles !

Le nouveau Président parle bien français : cela ne règle pas les problèmes. Il est bien poli et bien éduqué : est-ce justement cela qu’il nous faut ? Ni la politesse, ni l’éducation, ni encore moins l’intelligence n’ont jamais construit les États. Laissez l’ex-Président dire et faire ce qu’il veut.

Le temps lui apprendra rapidement qu’il n’est qu’un ex-Président. Laissez-le faire ses dîners avec qui il veut et passer ses fins de semaine là où il veut. Laissez-le faire la politique comme il veut. Il saura, à ses dépens, que la fin justifie les moyens et qu’il n’est, en réalité, qu’un ex-Président.

N’insultez pas l’histoire, s’il vous plaît. Les « gens » qui appellent à une commission d’enquête sur la gestion des dossiers de la décennie sont, à quelques personnes près, ceux-là mêmes qui faisaient le panégyrique du Président-fondateur, après avoir appelé à la formation de plusieurs autres commissions, pour éplucher les gestions de bien d’autres ex-Présidents.

Allah fasse que nos connaisseurs meurent ou oublient ! Les « gens de Toueimirtt » se connaissent. Taisez-vous et laissez le temps faire entendre à l’ex-Président qu’il n’est plus qu’un ex- Président. « Ghazouani la twelli » : Ghazouani ne recule pas.

Nos Présidents se suivent et se ressemblent. Moi, je ne comprends pas pourquoi préfèrent-ils toujours réserver leur première sortie médiatique à des organes de presse étrangers. Comme si nos journalistes nationaux étaient comme nos médicaments nationaux : périmés et contrefaits.

Si un peuple n’a confiance ni en sa presse, ni en son système de santé, ni en son système d’éducation, comment cela peut-il aller ? Je ne comprends pas pourquoi faille-t-il appeler un journaliste du Monde pour lui dire que les derniers mouvements au sein de notre armée sont une mesure de routine, qu’il y a effectivement une petite divergence de points de vue entre un nouveau et un ex-président, que l’opposition doit rester l’opposition ou qu’un dialogue politique n’est pas d’actualité et pas si opportun que le pensent certains.

Moi, je suis poli et bien éduqué, si tant est que cela soit important. Je n’irai donc pas jusqu’à dire que nos Présidents sont complexés. Mais, en tout cas, il y a problème. Certes, l’opposition existe, jusque dans la presse.

Tous comme les ennemis, nationaux et internationaux. Ceux-là qui peuvent augmenter, diminuer ou même carrément détourner. Mais il y a, quand même, l’AMI, la Mauritanienne, Radio-Mauritanie. Et c’est avec tambours et trompettes qu’on a fêté, voici à peine quelques jours, notre indépendance ! Souveraineté, souveraineté…

A-t-on jamais vu un Président français annoncer des choses françaises via Le Calame ou Al Akhbar ? Voilà tout un programme, monsieur l’ex-Président : reviens, ils sont en train de nous brader à l’Occident ! Recrutement de quatre cents imams et de quatre cents muezzins ! C’est depuis quand qu’on est payé pour appeler à la prière ou la diriger, dans une République islamique ? Signe des temps… Salut.

Sneiba El Kory
Source : Le Calame (Mauritanie)